fr.news
1779

François continue de couper l'herbe sous le pied du cardinal de Buenos Aires

François a reçu le cardinal de Buenos Aires Mario Poli, 74 ans, pendant quatre-vingt-dix minutes, écrit Mariano De Vedia sur LaNacion.com.ar (5 mai).

Poli a provoqué la colère de François parce qu'il ne s'est pas révélé être un simple exécutant des ordres, comme François l'aurait souhaité.

Se référant à des "sources fiables", De Vedia sait que la rencontre a été "très chaleureuse" et que François a déclaré : "Je ne veux pas que Poli soit sali, c'est une victime." En réalité, François lui-même était à l'origine d'un audit sévère et injuste accusant Poli de "mauvaise gestion".

Les "sources fiables" de De Vedia connaissent même les sentiments de François et savent qu'il a "perçu une certaine lassitude" chez Poli et que ce dernier veut rester en fonction jusqu'à 75 ans - alors que François garde ses larbins jusqu'à 80 ans.

Caminante-Wanderer.Blogspot.com (9 mai) identifie les "sources fiables" de De Vedia comme "certains des copains de François à qui il confie lui-même la mission de diffuser ce qui sert ses stratégies".

Caminante paraphrase le message de François : "le pauvre Poli est très fatigué" et "nous le déchargerons du poids de sa charge dès qu'il aura 75 ans ou même, dans un excès de miséricorde, un peu avant". Il y reconnaît "la petite politique que nous, Argentins, ne connaissons que trop bien".

Conclusion de Caminante : "Ce sont les fruits d'un pontificat imprudemment remis par les cardinaux à un personnage marginal et médiocre qui conduit l'Église vers des crises impensables dans tous les domaines."

#newsAofkiaizlz

Etienne bis
"Ce sont les fruits d'un pontificat imprudemment remis par les cardinaux à un personnage marginal et médiocre qui conduit l'Église vers des crises impensables dans tous les domaines."

😊 😊 😊

Là franchement : "Qu'en termes galants ces choses-là sont dites".