Clicks548
fr.news
2

Retrait d'un signataire de la correction filiale - sa décision n'est "pas" liée aux pressions subies

L’universitaire italien Giuseppe Reguzzoni, signataire de la correction filiale de septembre 2017 contre Amoris Laetitia s’est rétracté.

"Je ne le referais pas", a-t-il déclaré au journaliste du tribunal de Bergoglio, Andrea Tornielli (Vatican Insider, 28 septembre 2008).

Reguzzoni psychologise sa signature : "Je vis et ai vécu dans une situation matrimoniale difficile". Et, "la signature [de la correction filiale] a semblé ancrer ma difficulté subjective à la pierre stable de la tradition."

Il accuse maintenant les signataires de la correction filiale de "légalisme", de "n'aimer personne" et de "porter un masque de juste".

Reguzzoni confirme que sa signature a eu des conséquences "terrifiantes" pour lui.

L’Université catholique de Milan, en Italie, l’a abandonné sans aucun dialogue et il a perdu ses contrats de traducteur : "Cela me rend difficile de croire aux discours du Vatican sur la miséricorde."

Reguzzoni assure que sa rétractation ne vise pas à inverser les difficultés qu'il subit.

#newsWnzjazayhg
GChevalier
Voilà un traître, point barre.
blanche52
Il fait un aveu, en réalité : je n'aurais pas eu ce courage si j'avais su ce qui m'arriverait