22:15
Le Diable a un pied dans la porte et le Vatican ne fait rien.More
Le Diable a un pied dans la porte et le Vatican ne fait rien.
durdur bis shares this
66
AveMaria44
S'il n'avait que le pied dans la porte......en retard d'une révolution: 'le coup de maître de Satan est d'avoir détruit l’Église par la vertu principale du catholique : l'obéissance"
Roy-XXIII
AveMaria44
Et l'infiltration maçonnique et l'infiltration communiste, et l'infiltration moderniste, et l'infiltration homo/pédo..........
Catholique et Français
Il est consternant et décourageant d'en être encore à dire, comme ce sympathique monsieur Combaz, que "le diable a un pied dans la porte et (que) le Vatican ne fait rien" ! Alors que l'on sait depuis au moins 45 ans que le diable non seulement "a un pied dans la porte" mais surtout qu'il a toutes ses aises dans la Maison de Saint-Pierre et que le Vatican en semble, au moins officiellement, ravi !…More
Il est consternant et décourageant d'en être encore à dire, comme ce sympathique monsieur Combaz, que "le diable a un pied dans la porte et (que) le Vatican ne fait rien" ! Alors que l'on sait depuis au moins 45 ans que le diable non seulement "a un pied dans la porte" mais surtout qu'il a toutes ses aises dans la Maison de Saint-Pierre et que le Vatican en semble, au moins officiellement, ravi ! Et ce n'est pas moi, qui suis rien et qui compte le rester, qui l'affirme, mais un pape disparu dans des circonstances pour le moins troubles : « …Pour célébrer avec dévotion le soixantième anniversaire des Apparitions de Notre-Dame, le père Leandro Tireront, s.j., confesseur du Cardinal Luciani, futur Jean-Paul Premier fut le promoteur d’un pèlerinage de Vénitiens à Fatima. Or, un jour du mois de mai (1977), il demanda à son patriarche : «Eminence, accepteriez-vous de venir avec nous à Fatima ?» - «Oui, je viendrais volontiers, c’est un désir que je porte dans mon coeur depuis longtemps. C’est une promesse secrète que j’ai faite à la Madone.» (note en bas de page : Bassotto, op. cit. p.114). Peu après, le Cardinal Luciani téléphona à madame Olga, marquise do Cardaval. C’était une amie, d’origine vénitienne, qui avait épousé un membre de la haute aristocratie portugaise. Il voulait la charger de prévoir et d’organiser à Fatima son pèlerinage. «Eminence, lui répondit-elle, je ne puis pas. Je ne suis pas qualifiée pour remplir cette charge. Vous devriez entrer en relation avec le patriarche de Lisbonne, ou bien vous adresser au Vatican.» Le Cardinal l’arrêta : «Ah, non ! Impossible !» Et il fit cette réponse tellement impressionnante : «Je ne veux rien faire avec le Vatican. Il y a le diable au Vatican.» (note en bas de page : Madame Olga do Cardaval (+ 21 décembre 1996) nous a elle-même rapporté par deux fois cette parole du Cardinal Luciani, au cours d’un entretien en présence de deux amis, le 25 février 1993, à Sintra. Lors de cette rencontre, la marquise, d’une extrême pondération, ne se départit à aucun moment de sa déférence et de sa grande dévotion pour le Pape, pour les autorités romaines et pour les évêques. Cette parole, rapportée spontanément, tranchait donc avec le reste des propos qu’elle nous a tenus). Si le Cardinal Luciani était convaincu que le diable régnait au Vatican, c’était probablement à cause de ce qu’il savait des malversations financières de la maffia milanaise, toute puissante au Vatican (note en bas de page : supra, chap.7; infra, chap.9. Cette parole stupéfiante s’explique d’autant mieux qu’en Italie l’argent du Vatican est surnommé « lo sterco del diavolo, la fiente du diable »)…» in «Jean-Paul Premier, le Pape du Secret» (Frère François de Marie des Anges : «Toute La Vérité sur Fatima» Tome IV. page 311).
Alors, cher monsieur Combaz, un petit conseil : réveillez-vous !
Roy-XXIII
Màj : Quand, en trois jours tu apprends que monsieur Combaz avoue être en lien avec l'Univers, que le Frère trois-points Collard rejoint la Reconquête "Patriote" Zemmourienne, et que De Villiers (du Léon de Campagnol) replonge dans le caniveau en lui faisant un accueil aussi incroyable que pitoyable. Ça fait un peu beaucoup (pour moi)