Clicks179

Matthieu regarde l'invisible

shazam
14
Matthieu regarde l’invisible. Commentaire par Régis Burnet du tableau de Rembrandt : Saint Matthieu et l'Ange (1661), conservé au Musée du Louvre. - Dans la peinture traditionnelle, l’évangéliste…More
Matthieu regarde l’invisible. Commentaire par Régis Burnet du tableau de Rembrandt : Saint Matthieu et l'Ange (1661), conservé au Musée du Louvre.
-
Dans la peinture traditionnelle, l’évangéliste Matthieu est toujours accompagné de son attribut : un homme.

Rembrandt le peint non pas son livre déjà achevé à la main, comme d’habitude, mais en plein travail de rédaction, et l’ange n’est plus un simple attribut. Venue de l’arrière, il a posé avec une délicatesse infinie sa main sur l’épaule du vieil homme comme pour le pousser à l’aller de l’avant, et, avec douceur, il entrouvre les lèvres pour un ineffable message.

Nul ne sait ce que dit l’ange, et il est probable que Matthieu ne le sait pas lui-même. C’est une idée qui a fait irruption en lui. Une intuition éblouissante qui a arrêté sa plume, et lui a fait lever la tête et regarder devant lui.

Que voit-il, ce vieil homme aux yeux creusés et aux rides profondes ? Le regard perdu dans le vague, on a l’impression qu’il distingue quelque chose de très proche et de très loin à la fois, comme un souvenir qu’il croyait oublié, et qui prend tout à coup chair.

Qu’il est jeune cet ange. Rembrandt lui a donné les traits de son fils adoré : Titus, comme une déclaration d’amour, comme pour dire que cet enfant est un peu son ange à lui, lui qui pourrait avoir l’âge du vieil évangéliste.
Et puis, ce visage juvénile constitue une véritable déclaration théologique : Quoique présent dès la création du monde, l’Esprit Saint est toujours renouvelé, il a toujours la nouveauté des surgissements enfantins.

Joint avec les cheveux blonds de l’adolescent, la lumière fait une sorte de parcours pictural qui lui aussi nous parle de théologie : d’abord sur les lèvres, le souffle de l’inspiration, puis sur l’oreille qui écoute la voix divine et sur le visage tout illuminé de l’intérieur par la soudaine certitude, puis sur la main, que Matthieu porte à sa gorge, comme pour dire qu’avant d’être des signes tracés sur le parchemin, ce qu’il perçoit est une parole vivante, articulé par une gorge d’homme.

Et enfin sur le livre, ouvert en grand, qui recueille comme un miroir, toute la Lumière divine qui va se charger de transmettre à tous ceux qui le liront et le reliront.

Matthieu, qui n’a pas vu venir l’ange, reçoit cette parole de l’invisible,
et les yeux dirigés vers la pénombre,
il regarde l’invisible qu’il va bientôt transcrire dans le livre.
Thierry73 and 3 more users like this.
Thierry73 likes this.
Psaume 62 likes this.
doue_ha_mem_bro likes this.
shazam likes this.
shazam
(Un article de "Rencontrer Jésus")

Austère et sombre, à première vue "Saint Matthieu et l'Ange" n’attire pas, mais il faut s’y arrêter pour goûter le fameux clair –obscur de cet artiste. Rembrandt est né en 1606 et meurt en 1669 à Amsterdam. En 1661, date de ce tableau, il arrive en fin de carrière.
Tout son génie s’y concentre : un enfant souffle à l’oreille de Matthieu un secret tandis qu’un …More
(Un article de "Rencontrer Jésus")

Austère et sombre, à première vue "Saint Matthieu et l'Ange" n’attire pas, mais il faut s’y arrêter pour goûter le fameux clair –obscur de cet artiste. Rembrandt est né en 1606 et meurt en 1669 à Amsterdam. En 1661, date de ce tableau, il arrive en fin de carrière.
Tout son génie s’y concentre : un enfant souffle à l’oreille de Matthieu un secret tandis qu’un trait de lumière traverse tout le corps de l’évangéliste : le front, les mains, pour aboutir au livre ouvert sur la table.

Pour connaître Jésus, redevenir comme un enfant
Arrêtons-nous d’abord à cet ange, avec son bout de nez dans la lumière et sa petite main posée sur l’épaule de Matthieu qui, lui, occupe presque tout le tableau. Un ange ? On dit aussi que ce pourrait être son fils Titus, l’un et l’autre ne faisant qu’un. N’est-ce pas à travers les événements de nos vies, qui sont souvent inattendus et nous bousculent, que nous retrouvons un chemin de réflexion, d’ouverture, pouvant même aboutir au divin ? Un enfant, son enfant devient le messager de Dieu.
Nous voici invités à redevenir comme eux, curieux, fragiles, attentifs à un message venu d’ailleurs : première attitude pour connaître qui est Jésus.

Pour connaître Jésus, se laisser pénétrer par la Parole de Dieu
Et puis, il y a ce parcours de lumière qui traverse tout le tableau : le front plissé est illuminé. Cette lumière arrive ensuite sur la main gauche et se pose sur le cœur. Elle le pénètre. La Parole de Dieu que nous avons reçue, que nous avons entendue, il faut qu’elle pénètre dans notre intelligence, que nous la comprenions, qu’elle devienne nôtre. Il faut aussi qu’elle enflamme notre cœur. Alors Jésus devient quelqu’un, un compagnon de route reconnu : une amitié peut commencer.
Cette traînée de lumière invite à nous plonger dans la parole de l’Évangile de saint Matthieu pour qu’elle pétrisse tout notre être et renouvelle notre vie. C’est une deuxième manière de connaître Jésus.

C’est la deuxième étape : après avoir écouté, il faut longuement et patiemment assimiler.

Faire connaître Jésus et ainsi mieux le connaître
Enfin, il y a ce beau livre ouvert et lumineux. Matthieu avec l’aide de sa communauté chrétienne l’a écrit page après page. C’est un récit organisé, rédigé à partir d’une expérience et de documents pour communiquer, dire à une communauté chrétienne et à son entourage qui était Jésus dont ils devenaient peu à peu les disciples. Devenu un ami, un proche, un bien-aimé de Jésus, nous ne pouvons plus nous taire : c’est une nécessité intérieure, il nous faut le révéler et le faire connaître dès maintenant.
Certains le font par l’écriture, d’autres par la parole et les mains, les derniers par le cœur. C’est notre troisième façon de connaître Jésus : le faire connaître, et encore et toujours, c’est le mieux connaître nous-mêmes.

Et ce n’est jamais achevé…
Ce tableau nous donne le goût de nous plonger dans l’évangile de Matthieu, mais aussi dans les trois autres de Marc, Luc et Jean qui compléteront notre connaissance de Jésus. Il invite aussi à découvrir l’œuvre de Rembrandt se rapportant à la Bible et parmi tant de chefs d’œuvre, « La pièce aux cent florins » qui résume tout l’Evangile et nous fait découvrir un Jésus plein de bonté pour tous ceux et celles qui viennent vers lui ; « Mais qui es-tu Seigneur, pour nous aimer ainsi ? » ?

Abbé Michel Becquart, membre de la commission d’art sacré du diocèse d’Arras

Saint Matthieu et l'ange de Rembrandt | - Rencontrer Jésus
Psaume 62 and one more user like this.
Psaume 62 likes this.
Thierry73 likes this.