Clicks237

Circoncision du Seigneur

«Et quand huit jours furent accomplis pour la circoncision de l'enfant, son nom s'appelait JESUS, qui fut ainsi nommé de l'ange avant qu'il ne fût conçu dans l'utérus» (Luc 2:21). Ce court verset, qui forme la conclusion et le point culminant du texte évangélique, contient les trois fondements de la fête qui marque également le début de l'année civile. (…)

Jésus est né à Bethléem (cf. Luc 2, 4.15), mais on peut dire que huit jours plus tard son identité a été chantée, ainsi que son affiliation: comme il était écrit dans la Loi, Jésus serait circoncis pour entrer " la sainte alliance »établie par Dieu avec Abraham (cf. Genèse 17: 10-11). Dans le corps vulnérable de Jésus, qui restera à jamais, il indique qu'il est le fils d'Abraham, dans une alliance durable et éternelle avec Dieu; ce signe gravé dans le corps de Jésus indique qu'il est juif, juif pour toujours. Le Saint Apôtre Luc mentionne cet événement parce qu'il est important sur l'identité et l'appartenance de Jésus: la circoncision est un signe de la promesse faite aux pères qui est maintenant accomplie (cf. Luc 1: 72-73), bien que ce soit un signe qui sera dépassé par le Nouveau Alliance nécessaire par circoncision incirconcis (cf. Colossiens 2, 11), circoncision du cœur annoncée par les prophètes (cf. Jérémie 4,

Mais la circoncision est aussi la circonstance dans laquelle le bébé est nommé, et il en fut de même avec Jésus: Joseph et Marie l'appellent «Yeshua». En fait, ce nom - qui fait référence au Nom inexprimable de Dieu, JHWH - lui est donné par Dieu lui-même (cf. Luc 1, 31), non par les hommes: Jésus est un bébé né de la volonté et de l'action de Dieu et par conséquent, donner le nom est le devoir de Dieu. Yeshua est un cri pour le salut - "Seigneur, sauve!" - mais c'est aussi un acte de salut - "Dieu sauve!" (…). C'est le nom saint dans lequel les hommes seront sauvés, le nom par lequel les signes seront faits, le nom par lequel le royaume de Dieu sera étendu et Satan sera enlevé. Toute l'histoire chrétienne raconte la puissance, la sainteté et la grâce en ce Nom, qui est appelé de tout cœur dans la joie ou la douleur, au début de la vie, ou au bord de la mort ...

Enfin, Jésus est "né d'une femme" (Galates 4: 4), et cette femme est Marie, la Vierge de Nazareth, que Dieu a regardée avec amour (Luc 1:48). Et par la puissance du Saint-Esprit, Marie est tombée enceinte (cf. Luc 1, 35), et par la volonté de Dieu, elle a donné naissance à Celui que Dieu seul pouvait donner à l'humanité. Le Très-Haut est devenu le Très Humble, l'Infini est devenu limité, l'Éternel est devenu déterminé par le temps, le fort est devenu faible; et cela, dans le sein de Marie. Oui, le Saint-Esprit par sa puissance éclipsa le sein de Marie et fit d'elle la mère du Seigneur lui-même: Jésus sera appelé le fils de Marie et le Fils de Dieu. Ainsi, le fruit béni de l'utérus de cette femme est la bénédiction de Dieu, qu'elle a promise à Abraham, qui est maintenant devenu le Corps de Jésus, l'homme au nom duquel toutes les nations seront bénies. En effet, en Marie «la terre a produit son fruit, et Dieu nous a bénis, notre Dieu!

Au début de l'année civique, qui est en fait devenue le début de l'année qui marque les événements de notre vie, cette fête nous donne un message très important: la grâce de Dieu sur l'humanité - ie. Jésus, né de Marie, symbole de toute l'humanité - chaque jour de notre vie est sur nous, une bénédiction pour le mariage entre Dieu et l'humanité aimée par lui.