Clicks32

Écoute : Parole et Évangile chaque jour | Jeudi 24 septembre

Irapuato
1
cathoglad Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,7-9. En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, …More
cathoglad

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,7-9.
En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts.
D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. »
Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Saint Clément de Rome

pape de 90 à 100 environ
Épîtres aux Corinthiens ; Grande prière, 59, 2-4 (Les Pères apostoliques, II. Clément de Rome; trad. H. Hemmer; Éd. Picard et Fils, 1909, p. 119-123; rev.)

Dieu se donne à voir en Jésus, son Fils bien-aimé
Que l'Artisan de l'univers conserve intact sur la terre le nombre compté de ses élus, par son enfant bien-aimé, Jésus Christ. Par lui il nous a appelés des ténèbres à la lumière, de l'ignorance à la connaissance de la gloire de son nom. Nous mettons notre espérance en toi, Principe de toute la création. Tu as ouvert les yeux de nos cœurs afin qu'ils te connaissent, Toi le seul Très-Haut, au plus haut des cieux, le Saint qui repose au milieu des saints. Tu abaisses l'insolence des orgueilleux, tu déjoues les calculs des nations, tu exaltes les humbles et abaisses les grands ; tu enrichis et appauvris, tu prends et tu donnes la vie. Unique bienfaiteur des esprits, et Dieu de toute chair ; tu scrutes les profondeurs, tu surveilles les œuvres des hommes, Secours dans les dangers et Sauveur dans le désespoir, Créateur et Gardien de tout esprit vivant ! (...) Nous t'en prions, ô Maître ! Sois notre secours et notre soutien. Sois le salut des opprimés, prends pitié des humbles, relève ceux qui sont tombés. Montre-toi à ceux qui sont dans le besoin, guéris les malades, ramène les égarés de ton peuple, rassasie ceux qui ont faim, délivres nos prisonniers, redresse les faibles, console les pusillanimes, que tous les peuples reconnaissent, que tu es le seul Dieu, que Jésus Christ est ton fils, que nous sommes ton peuple et les brebis de tes pâturages.
Irapuato
Livre de l'Ecclésiaste 1,2-11.
Vanité des vanités disait Qohèleth. Vanité des vanités, tout est vanité !
Quel profit l’homme retire-t-il de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ?
Une génération s’en va, une génération s’en vient, et la terre subsiste toujours.
Le soleil se lève, le soleil se couche ; il se hâte de retourner à sa place, et de nouveau il se lèvera.
Le vent part vers le …
More
Livre de l'Ecclésiaste 1,2-11.
Vanité des vanités disait Qohèleth. Vanité des vanités, tout est vanité !
Quel profit l’homme retire-t-il de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ?
Une génération s’en va, une génération s’en vient, et la terre subsiste toujours.
Le soleil se lève, le soleil se couche ; il se hâte de retourner à sa place, et de nouveau il se lèvera.
Le vent part vers le sud, il tourne vers le nord ; il tourne et il tourne, et recommence à tournoyer.
Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n’est pas remplie ; dans le sens où vont les fleuves, les fleuves continuent de couler.
Tout discours est fatigant, on ne peut jamais tout dire. L’œil n’a jamais fini de voir, ni l’oreille d’entendre.
Ce qui a existé, c’est cela qui existera ; ce qui s’est fait, c’est cela qui se fera ; rien de nouveau sous le soleil.
Y a-t-il une seule chose dont on dise : « Voilà enfin du nouveau ! » – Non, cela existait déjà dans les siècles passés.
Mais, il ne reste pas de souvenir d’autrefois ; de même, les événements futurs ne laisseront pas de souvenir après eux.

Psaume 90(89),3-4.5-6.12-13.14.17ab.
Tu fais retourner l'homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d'Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c'est un jour qui s'en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n'est qu'un songe ;
dès le matin, c'est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains.