Clicks11
Irapuato
Écoute : Parole et Évangile chaque jour | Jeudi 29 octobre. cathoglad Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,31-35. En ce jour-là, quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire : « …More
Écoute : Parole et Évangile chaque jour | Jeudi 29 octobre.

cathoglad

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,31-35.
En ce jour-là, quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire : « Pars, va t’en d’ici : Hérode veut te tuer. »
Il leur répliqua : « Allez dire à ce renard : voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme.
Mais il me faut continuer ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem.
Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !
Voici que votre Temple est abandonné à vous-mêmes. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vienne le jour où vous direz : ‘Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !’ »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Julienne de Norwich (1342-après 1416)

recluse anglaise
Révélations de l'amour divin, ch. 31 (trad. Evangelizo.org d'après le texte original)

« Combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants »
La soif spirituelle du Christ aura une fin. Voici sa soif : son désir intense d'amour envers nous qui durera jusqu'à ce que nous en soyons témoins au jugement dernier. Car les élus qui seront la joie et le bonheur de Jésus durant toute l'éternité sont encore en partie ici-bas, et, après nous, il y en aura d'autres jusqu'à ce dernier jour. Sa soif ardente est de nous posséder tous en lui, pour son grand bonheur — c'est ce qu'il me semble, du moins. (...) En tant que Dieu, il est la béatitude parfaite, bonheur infini qui ne saurait être augmenté ni diminué. (...) Mais la foi nous enseigne que, par son humanité, il a voulu subir sa Passion, souffrir toutes sortes de douleurs et mourir par amour pour nous et pour notre bonheur éternel (...). En tant qu'il est notre Tête, le Christ est glorifié et il ne saurait plus souffrir ; mais puisqu'il est aussi le Corps qui unit tous ses membres (Ep 1,23), il n'est pas encore complètement glorieux et impassible. C'est pourquoi il éprouve toujours ce désir et cette soif qu'il ressentait sur la croix (Jn 19,28) et qui étaient en lui de toute éternité, il me semble. Et ainsi en est-il maintenant et en sera-t-il jusqu'à ce que la dernière âme sauvée soit entrée en cette béatitude. Oui, aussi véritablement qu'il y a en Dieu la miséricorde et la pitié, il y a en lui cette soif et ce désir. En vertu de ce désir qui est dans le Christ, nous aussi nous le désirons : sans cela aucune âme ne parvient au Ciel. Ce désir et cette soif procèdent, il me semble, de la bonté infinie de Dieu, comme sa miséricorde (...) ; et cette soif persistera en lui, tant que nous serons dans le besoin, nous attirant à sa béatitude.