Le rapport allemand contre Ratzinger se disqualifie lui-même

Un rapport sur les abus sexuels commis à Munich, dont les médias dominants font grand cas, accuse l'archevêque de Munich Joseph Ratzinger (1977-81) d'avoir réagi à des cas de violences homosexuelless dans quatre cas "de manière non conforme aux règles ou non appropriée". Les actions de Ratzinger sont mesurées selon les normes d'aujourd'hui. Même dans ce cas, elles sont exemplaires.

Première affaore : Un prêtre a été condamné à la prison dans les années 1960 pour des crimes homosexuels. Après avoir purgé sa peine, le cardinal Döpfner de Munich l'a transféré à l'étranger. Pendant le mandat de Ratzinger, le prêtre a demandé à pouvoir passer sa retraite dans sa patrie bavaroise. Cette demande a été acceptée à la fin des années 1970.

Le rapport affirme à tort que Ratzinger connaissait l'individu parce qu'il avait passé des vacances dans son ancienne paroisse. La vérité : ces vacances ont eu lieu en août 1982, alors que Ratzinger n'était plus archevêque de Munich. Le rapport reproche également à Ratzinger le fait que le prêtre ait été appelé "curé" [correspond en Allemagne à "Père"] lors de son retour en Bavière, ce qui est faussement présenté comme un "titre honorifique".

Ratzinger déclare qu'il ne savait pas pourquoi le prêtre homosexuel avait travaillé à l'étranger. Le prêtre n'a jamais rechuté. L'affaire est présentée alors que même le rapport décrit Ratzinger "comme disculpé dans l'ensemble".

Deuxième affaire :Un prêtre du diocèse d'Essen a été condamné au début des années 1970 pour "tentative de fornication avec des enfants et insulte à caractère sexuel" et cinq ans plus tard pour exhibitionnisme. Selon le rapport, Ratzinger a accepté que le prêtre travaille à Munich, où il a fait une rechute. Un tribunal l'a condamné à une peine de prison avec sursis. Il a suivi un traitement psychiatrique et a travaillé comme professeur de religion. Benoît XVI nie avoir été pleinement informé de l'affaire d'Essen, une affirmation contestée.

Troisième affaire : Le prêtre d'un diocèse étranger, dont l'évêque était son oncle, avait été condamné à une peine avec sursis dans son pays d'origine pour avoir abusé d'enfants. L'oncle évêque a cherché à faire placer son neveu à Munich pour des études de doctorat. Ratzinger a accédé à cette demande. Le prêtre a également été affecté à la pastorale en tant qu'aumônier. À Munich, on l'a vu se baigner nu et s'efforcer d'avoir des contacts privés avec des enfants de chœur. En conséquence, il a été licencié et interdit de tout travail pastoral. L'expertise affirme sans aucune preuve que Ratzinger "savait" la condamnation à l'étranger.

Quatrième cas Un prêtre de Munich a été condamné pour avoir pris des "photos obscènes" de filles de moins de 14 ans. Ratzinger l'a transféré dans un foyer pour personnes âgées et dans un hôpital. Il vivait dans une paroisse où il présidait également l'Eucharistie. Le rapport accuse Ratzinger de "défaillance" ou "d'indifférence et de désintérêt" - là encore sans présenter de faits.

La conclusion : Les Allemands ont produit une nouvelle "expertise sur les abus sexuels cléricaux" qui se disqualifie elle-même.

Image: 27.02.2013 © Mazur/catholicnews.org.uk, CC BY-NC-ND, #newsBhcecnzbxx




Renee Flora Toussaint shares this
1
Etienne bis
Il ne s'agit dans ce cas-ci que d'une contre-attaque (méchante, hors de propos) de la part de ce sauvage de Bergoglio, contre son prédécesseur.
Ceci dans le seul but de détourner l'attention des médias et du public sur les camouflages avérés par Bergoglio, archevêque de Buens Aires, d'agressions sexuelles par un clerc du diocèse couvert et protégé par son patron, ledit Bergoglio.

Dieu veuille …More
Il ne s'agit dans ce cas-ci que d'une contre-attaque (méchante, hors de propos) de la part de ce sauvage de Bergoglio, contre son prédécesseur.
Ceci dans le seul but de détourner l'attention des médias et du public sur les camouflages avérés par Bergoglio, archevêque de Buens Aires, d'agressions sexuelles par un clerc du diocèse couvert et protégé par son patron, ledit Bergoglio.

Dieu veuille nous en libérer le plus tôt possible.