Gloria.tv And Coronavirus: Huge Amount Of Traffic, Standstill in Donations
Clicks4.9K

Fête de Sainte Jeanne d'Arc à Saint-Franc

jacbuffet
2
Souvenirs de la Tradition: la fête de la Sainte Jeanne d'Arc en 1993 à Saint Franc en Savoie, pour les écoles de La Providence de Malvières et de La Péraudière. Chant choral traditionnel.
adriender
L'arbre aux fruits qu'il porte

Pensionnaire de la Péraudière de 1984 à 1988, de huit à douze ans, je considère, pour ma part, avoir été gravement maltraité dans cette institution.

La méthode de la Péraudière consistait principalement à briser la personnalité de l'enfant pour en obtenir une soumission totale. Pour ce faire, j'ai été régulièrement battu de coups de fouet (appelé là-bas "martinet"…More
L'arbre aux fruits qu'il porte

Pensionnaire de la Péraudière de 1984 à 1988, de huit à douze ans, je considère, pour ma part, avoir été gravement maltraité dans cette institution.

La méthode de la Péraudière consistait principalement à briser la personnalité de l'enfant pour en obtenir une soumission totale. Pour ce faire, j'ai été régulièrement battu de coups de fouet (appelé là-bas "martinet"). L'élève devait ensuite remercier le professeur qui l'avait battu, certains demandaient même qu'on les embrasse en signe de reconnaissance.

Particulièrement réticent à ce type de pédagogie, j'ai été régulièrement conduit dans le "petit salon" pour subir ce traitement. Lequel ne donnant rien, l'on m'a sorti de mon équipe (l'école se compose de façon paramilitaire en sections, groupes, équipes), isolé de mes camarades et fait manger à part pendant plusieurs années. Le fait que je sois étranger portait aussi à diverses remarques vexatoires de la part des enseignants.

Je pense encore avoir été particulièrement marqué par le rituel de la douche hebdomadaire, où il fallait attendre que "Monsieur Paul" vérifie physiquement, en touchant, que l'on était bien savonné pour obtenir le droit de se rincer. A huit ans, ce genre de choses laisse des traces. J'ai encore reçu du même une volée de coups de poings dans le dos sans la moindre raison, laquelle a laissé longtemps des séquelles douloureuses ; "Monsieur Paul" avait ses sautes d'humeur...

Mais le plus grave, à mon sens, fut l'instrumentalisation de la religion au service de cette entreprise d'asservissement complet de la personnalité. Privation de sacrement pour des peccadilles (avoir prononcé le terme "dégueulasse" devant un autre élève qui crachait dans son assiette), passer devant l'élève au confessionnal pour le dénoncer, lequel se fait durement reprendre si sa version ne correspond pas à celle de l'enseignant.

Par la suite des violences subies, j'ai développé un psoriasis lourd qui ne m'a plus jamais quitté. C'est pour être soigné que l'on m'a enfin rapatrié.

Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Il n'est pas si simple de débarrasser son âme d'enfant de cette chape de plomb et de comprendre, surtout, que l'on n'était pas coupable et que rien de ce qui s'est passé n'était normal.

En ce qui regarde la considération que l'on doit avoir de la Péraudière, il suffit de constater que sa direction n'a jamais désavoué ces méthodes ni ceux qui en ont fait usage.

Adrien de R.
durdur500
bonjour,
que de bon moment nous avons passé ensemble!avec ces filles et garçons de saint franc et la péraudière je me rappel,merci encore,et souhaite revoir encore d'autres films,union de prières