[Les Sorcières de la Nuit, l'escadron soviétique de femmes qui terrifia l'armée allemande]

[Les Sorcières de la Nuit, l'escadron soviétique de femmes qui terrifia l'armée allemande]
Les femmes du 588e Régiment de bombardiers de nuit soviétique volaient sur des avions biplans obsolètes, sans radar, sans armement, sans radio et même sans parachute. Ces pilotes devaient utiliser une carte et une boussole pour trouver leurs cibles en pleine nuit. Pourtant, elles ont conduit plus de 30 000 missions de bombardement durant la Seconde Guerre mondiale, devenant la terreur nocturne des soldats allemands, qui les surnommèrent "die Nachthexen", les Sorcières de la Nuit !
En juin 1941, lorsque l'armée allemande attaque l'Union Soviétique, les femmes sont cantonnées à des rôles de soutien, dans les usines, dans les services de soins ou en remplacement des hommes. Très peu combattent. Pourtant, beaucoup de femmes soviétiques sont lassées de jouer un rôle secondaire : elles désirent partir pour le front. L'un d'elles s'appelle Marina Raskova, une Colonel de l'armée de l'air. Autour d'elle, plusieurs femmes pilotes se rassemblent et veulent combattre dans les airs.
🛩 Raskova décide alors d'étudier les dossiers de chacune. Et finalement, elle écrit un long plaidoyer à Joseph Staline, chef de l'URSS. L'idée est d'organiser un régiment de femmes pilotes pour lutter contre les Allemands. Le dictateur donne finalement son accord en octobre 1941 : trois escadres des forces aériennes de l'Armée Rouge seront entièrement féminins !
🛩 L'Union soviétique devient la première nation à autoriser les femmes à effectuer des missions de combat. Même si au final des hommes sont déployés avec les femmes dans deux des escadres, le 588e Notchnoï Bombardirovotchny Aviatsionny Polk ne va compter, et ce pendant toute la guerre, que des femmes, des officiers aux pilotes, en passant par le personnel de soutien et même les mécaniciens !
🛩 En 1942, le régiment est rassemblé à Engels, une petite ville près de Stalingrad. Les quelque 400 femmes qui sont incorporées sont toutes volontaires et âgées de 17 à 26 ans. Elles sont accueillies et briefées par Marina Raskova, la cheffe de l'unité. Mais dès leur arrivée, premier soucis : leurs uniformes sont beaucoup trop grands pour elles, car destinés aux hommes. Certaines femmes recoupent leurs uniformes tandis que d'autres fourrent leurs bottes avec des morceaux de literie afin d'éviter qu'elles ne glissent !
🛩 On assigne à l'unité des appareils totalement obsolètes, qui datent de la fin des années 1920, des biplans utilisés depuis comme avions pour l'épandage, qui n'ont jamais connu le combat et qui n'ont aucun blindage : le Polikarpov Po-2, un biplace à cockpit ouvert fabriqué ... en contreplaqué avec une toile. L'avion, très lent, n'offre aucune protection contre la météo et le froid. Dans un pays comme la Russie, avec des températures glaciales, les femmes doivent survivre au froid en altitude. Mais pire encore : les avions sont si petits qu'ils ne peuvent transporter que deux bombes à la fois. Les pilotes doivent donc exécuter plusieurs missions chaque nuit, une dizaine en moyenne !
🛩 Mais le Polikarpov Po-2 offre pourtant plusieurs avantages : il est presque indétectable, il peut planer moteur coupé, peut presque faire du sur place en vol et est particulièrement silencieux. Il est le parfait appareil furtif. Très vite, les femmes sont surnommées les Nochnyye Vedmy, les Night Witches en anglais, les Sorcières de la nuit, les Allemands estimant que ces femmes étaient des sorcières, pilotant avec le seul manche à balai de leur Po-2 !
🛩 La psychose gagne très vite les rangs ennemis : les soldats allemands refusent ainsi d'allumer leurs cigarettes la nuit, par crainte d'être détectés et engagés par les Po-2. Une rumeur veut même que les Sorcières de la Nuit posséderaient une vision améliorée par chirurgie ou par médicaments. Pour contrer ce défaitisme, l'armée allemande décide d'automatiquement délivrer la Croix de fer, la médaille pour bravoure au combat, à tout pilote ou soldat capable d'abattre l'une des Sorcières de la nuit.
🛩 Conscientes de leurs inconvénients techniques, les Sorcières de la Nuit ne volaient qu'en pleine nuit. Toujours par groupes de trois : deux des avions servaient de leurres et attiraient les projecteurs et les coups de feu. Les deux avions partaient alors dans des directions opposées tandis que le troisième appareil se dirigeait vers la cible pour larguer les bombes. Cette séquence se répétait jusqu'à ce que chacun des trois avions ait largué toutes ses bombes.
🛩 Les Sorcières de la Nuit utilisaient leur vitesse lente à leur avantage et qui leur donnait une plus grande maniabilité. De plus, les avions envoyés contre elles volaient à des vitesses beaucoup plus rapides et avaient du mal à engager les biplans soviétiques. Néanmoins, l'unité de femmes paya un lourd tribut : 32 pilotes, dont le Colonel Raskova, furent abattues. 23 de ces pilotes reçurent le titre prestigieux de Héros de l'Union soviétique. Cependant, les Sorcières de la Nuit furent exclues du défilé du jour de la Victoire à Moscou. La raison étant ... leurs avions, jugés trop lents pour suivre le rythme !
🛩 Pourtant, entre fin 1941 et mai 1945, cette unité va mener à bien près de 30 000 raids de bombardement, larguant plus de 23 000 tonnes de munitions sur les armées allemandes. Une histoire méconnue, oubliée. Qu'il est important de réhabiliter aujourd'hui !