montfort.kingeshop.com shares this
37
JEUDI : OFFRANDE du COURONNEMENT d’ÉPINES
forumactif.com/…de-de-la-passion-pour-tous-les-jours-de-la-semaine
1. Je vous offre, ô divin Sauveur ! (pour N...) les pas douloureux que vous avez faits du lieu de votre flagellation jusqu’au prétoire de Pilate, où vos ennemis vous traînèrent avec cruauté, pour ajouter à l’ignominie du supplice les outrages les plus sensibles.
2. Je vous offre tout …More
JEUDI : OFFRANDE du COURONNEMENT d’ÉPINES
forumactif.com/…de-de-la-passion-pour-tous-les-jours-de-la-semaine
1. Je vous offre, ô divin Sauveur ! (pour N...) les pas douloureux que vous avez faits du lieu de votre flagellation jusqu’au prétoire de Pilate, où vos ennemis vous traînèrent avec cruauté, pour ajouter à l’ignominie du supplice les outrages les plus sensibles.
2. Je vous offre tout ce que vous souffrîtes de douleur et de honte lorsque vos bourreaux arrachèrent avec violence votre tunique collée à votre chair par le sang de vos blessures, dont ils rouvrirent les innombrables cicatrices.

3. Je vous offre, ô Roi des siècles, la patience invincible que vous fîtes paraître quand les soldats, vous revêtant par dérision d’un manteau de pourpre, vous mirent un roseau à la main, et sur la tête une couronne d’épines très piquantes, qu’ils enfoncèrent avec une extrême violence.

4. Je vous offre le Sang précieux que vous fit verser ce nouveau martyre, et l’excessive charité qui vous fit préférer, comme roi de douleurs, une couronne d’épines à toute autre, pour expier nos vanités criminelles, nous apprendre à y renoncer nous-mêmes et à mériter, par de courtes et légères privations, une couronne immortelle.

5. Je vous offre la douceur infinie avec laquelle vous avez souffert les insultes de ceux qui vous couvrirent d’opprobres, et qui, par mille atrocités révoltantes, se jouèrent de vous comme d’un roi de théâtre.

6. Je vous offre, ô homme de douleur ! l’état d’humiliation profonde où vous vous trouvâtes, lorsque, à tout le peuple assemblé, Pilate vous montra vêtu d’un manteau d’écarlate, couronné d’épines et tout couvert de plaies, en disant : « Voilà l’homme ! »

7. Je vous offre tous les sentiments de votre Cœur profondément affligé lorsque vous vous vîtes rejeté de ce peuple que vous aviez aimé avec tendresse et comblé de bienfaits, et que vous l’entendîtes proférer, avec la plus noire ingratitude, ce cri de mort : « Crucifiez-le ! Crucifiez-le ! »

8. Je vous offre la douleur dont fut percé votre Cœur Sacré lorsque vous entendîtes tous ces malheureux, d’une commune voix, s’attirer la plus horrible des malédictions par ces paroles imprécatoires : « Que son Sang retombe sur nous et sur nos enfants ! »

9. Je vous offre, ô bon Jésus, la constance invincible avec laquelle vous avez écouté l’arrêt de mort prononcé contre vous, et l’humble acceptation que vous en avez faite, par obéissance aux ordres de votre Père et par le désir du salut des hommes.

10. Je vous offre enfin l’abandon plein de charité avec lequel vous vous êtes remis entre les mains de vos bourreaux, qui, triomphant de vous voir à leur discrétion, se saisirent de votre Personne adorable, et se hâtèrent de vous entraîner au supplice et à la mort.

« Mon aimable Jésus, pour vous témoigner ma reconnaissance et pour réparer mes infidélités, moi..., je vous donne mon cœur, je me consacre entièrement à vous et je me propose, avec votre secours, de ne plus vous offenser. »

« Cœur Sacré de Jésus,
Que votre règne arrive !
Cœur Sacré de Jésus,
Je crois en votre amour pour moi !
Cœur Sacré de Jésus,
J’ai confiance en vous ! »