03:10
Adrien
211.5K
Quelles différences entre Maria Valtorta, Anne-Catherine Emmerich, et Marie d'Agreda ? Plusieurs mystiques ont eu des visions de la vie de Jésus. Quelles sont les différences entre ces visions, et …More
Quelles différences entre Maria Valtorta, Anne-Catherine Emmerich, et Marie d'Agreda ?

Plusieurs mystiques ont eu des visions de la vie de Jésus. Quelles sont les différences entre ces visions, et pourquoi de telles différences? François-Michel Debroise, spécialiste de Maria Valtorta, donne son interprétation.
De mon côté, je crois savoir qu'un prêtre a ordonné en confession à Marie d'Agreda de brûler ses écrits et qu'elle a tenté de les réécrire de mémoire 35 ans plus tard mais cette fois sous surveillance...

Maria Valtorta / Présentation de son oeuvre par François-Michel Debroise
avecrux.avemaria
@Adrien Paix et bien Adrien 🤗 Une seule explication est possible mon cher, cette video est en doublon. Un autre pseudo a posté la même vidéo. Conclusion, j'ai posté sur un autre fil. En toute sincérité, cela ne m'a pas vexé du tout cette suppression de mes commentaires. Et.... je n'ai pas pu résister à cette envie de laisser libre cours à mon imagination ! 😁 C'est un vice bien étrange. 🥴More
@Adrien Paix et bien Adrien 🤗 Une seule explication est possible mon cher, cette video est en doublon. Un autre pseudo a posté la même vidéo. Conclusion, j'ai posté sur un autre fil. En toute sincérité, cela ne m'a pas vexé du tout cette suppression de mes commentaires. Et.... je n'ai pas pu résister à cette envie de laisser libre cours à mon imagination ! 😁 C'est un vice bien étrange. 🥴 ...... Dis-donc ! 1 an... oooOOOOooohhhh !!!! Ça se fête ! Joyeux Anniversaire alors pour vos 1 an ! Hip hip hip Vive Andrien ! 😎
avecrux.avemaria
@olivierjean Paix et bien 🤗 je vous prie d'accepter mes excuses pour vous avoir accusé d'etre Aube Nouvelle. Belle journée en Jésus-Christ 🙏
One more comment from avecrux.avemaria
avecrux.avemaria
@Adrien 😎 Paix et bien ! Holà ! Mais vous supprimez mes commentaires 😁 Et pourquoi pas olivierjean et apvs ? Ils sont ennuyeux à mourir... ✍️ ohlalala Y'a du favoritisme dans l'air ☕ Malheureusement je n'ai pas un rond pour vous payer un droit de commenter. Est-ce que vous acceptez le credit maison sur une durée minimale de 50 ans pour un emprunt de 100 euros avec possibilité de commenter …More
@Adrien 😎 Paix et bien ! Holà ! Mais vous supprimez mes commentaires 😁 Et pourquoi pas olivierjean et apvs ? Ils sont ennuyeux à mourir... ✍️ ohlalala Y'a du favoritisme dans l'air ☕ Malheureusement je n'ai pas un rond pour vous payer un droit de commenter. Est-ce que vous acceptez le credit maison sur une durée minimale de 50 ans pour un emprunt de 100 euros avec possibilité de commenter une fois l'an et sans garantie aucune d'une censure 😊
apvs
Merci, cher olivierjean, pour nous avoir rappelé que TOUT COMME LE PADRE PIO FUT MIS AU BANC DE L'EGLISE CATHOLIQUE et interdit de célébrer publiquement la sainte Messe ( alors qu'il était prêtre bien validement ordonné ! ), l'oeuvre révélée à Maria Valtorta elle-aussi fut persécutée par des membres de l'Eglise ( les mêmes ? Certains indices le laissent croire ), même après avoir été lue …More
Merci, cher olivierjean, pour nous avoir rappelé que TOUT COMME LE PADRE PIO FUT MIS AU BANC DE L'EGLISE CATHOLIQUE et interdit de célébrer publiquement la sainte Messe ( alors qu'il était prêtre bien validement ordonné ! ), l'oeuvre révélée à Maria Valtorta elle-aussi fut persécutée par des membres de l'Eglise ( les mêmes ? Certains indices le laissent croire ), même après avoir été lue et appréciée à sa juste valeur par un pape Pie XII, et recommandée par lui.

Merci de tout coeur, et sans aucune ironie, de m'avoir permis de répondre sans détour à tous vos arguments, qui n'ont pas d'assise théologique sûre, ni de valeur ecclésiale.
Vous pourrez vous-même le vérifier en changeant de sources, abandonnant wikipedia pour lire celles que je vous ai mises abondamment en lien. Que Dieu vous bénisse, chère Aube Nouvelle ?


J’aime
Plus
15 more comments from apvs
apvs
Le " lobby Maria Valtorta " :
il ne s'est pas arrêté en chemin, ce "lobby", et c'est là le plus grand et cinglant reproche que vous lui faîtes. Non content d'avoir fait connaître la traduction en français qu'en fit monsieur Félix Sauvage, avec ses imperfections qui n'empêchèrent pas le succès rencontré par l'Oeuvre, ce "lobby", comme vous dîtes, s'attacha à améliorer cette traduction. Et depuis …More
Le " lobby Maria Valtorta " :

il ne s'est pas arrêté en chemin, ce "lobby", et c'est là le plus grand et cinglant reproche que vous lui faîtes. Non content d'avoir fait connaître la traduction en français qu'en fit monsieur Félix Sauvage, avec ses imperfections qui n'empêchèrent pas le succès rencontré par l'Oeuvre, ce "lobby", comme vous dîtes, s'attacha à améliorer cette traduction. Et depuis très peu de temps - on a envie de dire "ENFIN ! " - il s'attache à en faire des éditions plus accessibles à ceux du plus jeune public qui est encore d'avantage sensible aux images qu'au texte lui-même, ainsi qu'aux adolescents qui peuvent se trouver découragés par le nombre impressionnant de pages et de chapitres de l'oeuvre originale.

( ... ) Les motifs sont évidents pour qui aura une patience de Chartreux, de lire ces presque quatre mille pages.

L'ironie de ces lignes saute aux yeux du lecteur : si l'amour inconditionnel pour cette oeuvre a pu inspiré à un monsieur Félix Sauvage la "patience de chartreux" d'effectuer à la main la traduction en français à partir de l'italien de presque toutes ces 4000 pages, on comprend qu'il est largement plus que seulement "possible" pour tout un chacun d'en entreprendre la lecture ! Surtout au rythme où passent les pages, lors de cette lecture qui ne lâche jamais le lecteur dans l'ennuie. Et pages qui pourtant mériteraient bien d'être longuement méditées ! ( mais chaque chose en son temps ).

Et juste en passant : pourquoi ne pas dénoncer également le "lobby du Sacré-Coeur de Jésus" lancé par sainte Marguerite-Marie Alacoque ?
apvs
(...) ou encore Maria Valtorta désigne Jésus-Christ sous le nom de « l'Homme-Dieu » alors que pour le catholicisme il est « Dieu fait homme ».
VS :
Liturgie byzantine de la Résurrection :
" Toi qui as enfanté la Source de Vie, ô Vierge Marie, tu as délivré Adam du péché. Par toi, les larmes d'Eve furent changées en joie, car Il a fait coulé sur elle les sources de Vie, l'Homme-Dieu
qui s'est …More
(...) ou encore Maria Valtorta désigne Jésus-Christ sous le nom de « l'Homme-Dieu » alors que pour le catholicisme il est « Dieu fait homme ».

VS :

Liturgie byzantine de la Résurrection :

" Toi qui as enfanté la Source de Vie, ô Vierge Marie, tu as délivré Adam du péché. Par toi, les larmes d'Eve furent changées en joie, car Il a fait coulé sur elle les sources de Vie, l'Homme-Dieu
qui s'est incarné dans ton sein ".

" Homme-Dieu" ne peut désigner qu'une seule Personne dans tout l'univers, visible et invisible, passé, présent et à venir : le Christ, Dieu qui s'est fait Homme.

" Homme-Dieu" en effet, désigne le seul Être existant qui ait DEUX natures, et non pas une seule, comme dans tous les cas dont Il est la seule exception.

" Homme-Dieu" veut dire très exactement : " QUI POSSEDE PLEINEMENT, INSEPARABLEMENT, SANS CONFUSION, A LA FOIS LA NATURE DIVINE, ET LA NATURE HUMAINE."

CELA N'EST APPARU QU'UNE SEULE FOIS DANS TOUTE L'HISTOIRE DU MONDE : LORS DE L'INCARNATION DU VERBE DE DIEU.
Jésus est vraiment, au sens propre du mot, " l'Homme-Dieu", car de même qu'Il est le Dieu qui s'est fait Homme, Il est tout aussi pleinement, et par voie de conséquence, le seul Homme qui soit pleinement fait Dieu, par Dieu lui-même, UN avec Lui.

Si vous ne croyez pas cela du Christ, votre foi n'est pas adulte, elle s'accroche encore à des tournures de phrases que vous ne comprenez pas bien encore ( comme vous le montrez bien en prêchant " le Dieu fait Homme" contre " l'Homme-Dieu", alors que la dernière expression est la conséquence logique de la première, ce que la Tradition confirme. Mais connaissez-vous seulement la Tradition ? Il semble bien que non, en réalité... )

Que l'Esprit Saint vous éclaire, et vous conduise à la vraie Théologie, celle que l'on n'acquière que par la prière, comme le dit saint Siméon le Nouveau Théologien :

" Si tu prie vraiment, tu es vraiment théologien ; et si tu es un vrai théologien, c'est que tu pries vraiment ".

Vous acquerrez très certainement et amoureusement cette Vraie Théologie en lisant ET MEDITANT les écrits de Maria Valtorta.
apvs
Cher olivierjean ! Merci ! Je craignais que vous vous découragier, mais non, vous voilà bon pied bonne oeil, afin de continuer à mettre en pleine lumière, bien malgré vous c'est entendu, les révélations du Ciel à Maria Valtorta pour notre temps, venant après celles de Maria d'Agreda et de Catherine Emmerich, et de me permettre de répondre à vos arguments sans aucune envergure.
COMME D'ABORD …More
Cher olivierjean ! Merci ! Je craignais que vous vous découragier, mais non, vous voilà bon pied bonne oeil, afin de continuer à mettre en pleine lumière, bien malgré vous c'est entendu, les révélations du Ciel à Maria Valtorta pour notre temps, venant après celles de Maria d'Agreda et de Catherine Emmerich, et de me permettre de répondre à vos arguments sans aucune envergure.

COMME D'ABORD CELUI-CI :
" Pourquoi faire de la propagande pour Maria Valtorta ?
Pour mieux détourner les chrétiens des Evangiles canoniques, les seuls qui nous révèlent la vérité du Christ dans sa Divinité et son Incarnation, les seuls qui nous présentent Marie sa mère telle qu'elle a été dans sa réalité : simple, humble, cachée, laissant Jésus partir avec son propre entourage sur les routes de sa prédication. "


Quelques esprits psychorigides comme vous tentent de résumer la vie de Notre Seigneur, celle de sa sainte Mère, les dialogues qu'Ils ont eu sur la terre avec autrui, STRICTEMENT à ce que nous en rapporte les quatre Evangiles, ET RIEN DE PLUS. Ce qui serait révélé en plus par la suite ne pourrait être que logorrhée, immodestie, indiscrétion, bruitage, fanfaronnade, commérage sans importance etc... bref, contraire à ce que l'on en sait par le Nouveau Testament.
Il est donc bien sûr, comme vous le prétendez, que dans l'environnement de Jésus et de Marie, on entendait surtout voler les mouches.... Car ces deux Colonnes de l'humanité, la Mère et son Divin Fils, ne disaient RIEN, en tout cas, pas un seul mot de plus que ceux que nous lisons à l'église, le dimanche.

Ce qui fait

pour la sainte Vierge : 161 MOTS PRONONCES DURANT SA VIE.

Et

pour le Christ : A LA LOUCHE UN PETIT MILLIER DE MOTS DURANT SA VIE TERRESTRE ET C'EST TOUT.

Ce qu'on en rapporterait de plus "viendrait du mauvais" : car cela n'est pas rapporté noir sur blanc dans les Evangiles.


QUEL RAISONNEMENT D'UNE STUPEFIANTE PORTEE, POUR LE MOINS EXTRAORDINAIRE, OU RESPLENDIT L'INTELLIGENCE A L'ETAT PUR !!! DE TRES FIABLES ET SAVANTS THEOLOGIENS ONT FORCEMENT DU VOUS AIDER A LE TENIR.

Il n'y eut donc QU'UN ET UN SEUL MOMENT dans la vie purement silencieuse de la Vierge, où celle-ci, à peine humaine, enchaîna à la file quelques phrases en une seule fois :
LORSQU'ELLE DIT SON MAGNIFICAT EN PRESENCE D'ELISABETH.

Aussitôt après, elle replongea dans son profond mutisme, qui dura plusieurs années, 12 ans très exactement, après quoi elle en ressorti un bref instant pour dire à l'Enfant Jésus retrouvé au Temple le fameux :
" Mon enfant, pourquoi nous avez-vous fait cela ? Voyez : votre père et moi nous vous cherchions, angoissés. "
Et de nouveau, le silence scella les lèvres de la Vierge, jusqu'aux Noces de Cana, où elle mit enfin pour de bon un terme par deux petites phrases à son ultra-modeste carrière d'oratrice sur cette terre.

Il est sûr et certain que si la Vierge avait dit un seul mot de plus durant sa vie, une seule phrase de plus, elle n'aurait pas pu accomplir ce que l'Evangile déclare d'elle : " Quant à Marie, elle conservait toutes ces choses, et les méditait dans son coeur." Cela aurait fait d'elle une pipelette, et irrémédiablement détruit sa sainteté qui consistait principalement en une seule chose : SE TAIRE. En méditant. Bouddha n'a qu'à bien se tenir.

Un Dieu qui tire du néant la plus sublime de ses créatures, parfaitement humaine, totalement pure et sans péché et en pleine capacité d'aimer Dieu et ses soeurs et frères humains à la mesure même de l'Amour de Dieu,
ET CELA DANS UN SEUL BUT : QU'ELLE SE TAISE ! ( en dehors de 161 mots tolérés durant toute sa vie ). WAW ! QU'IL EST ETRANGE, LE DIEU AUQUEL VOUS CROYEZ, CHER SENSEUR !

En réalité, dans l'oeuvre de Maria Valtorta, on découvre bien
une sainte Vierge d'une discrétion extrême, et d'une candeur dans toutes ses paroles qui n'est pas de cette terre. D'une douceur qu'aucune mère n'eut jamais avec son enfant. D'une douleur au pied de la croix qui n'est semblable même de loin à aucune autre douleur de mère, tant elle fut atroce, toute unie à celle de son Fils.

Par parenthèse, au pied de la Croix du Seigneur, les paroles de la Vierge dans l'oeuvre de Maria Valtorta concordent d'une manière tout à fait étonnante avec ce que nous en rapporte la Tradition chrétienne la plus ancienne dans la liturgie byzantine ( stances de la Passion ), que l'on prie lors du vendredi saint.

Tout concorde, bien au contraire. Ce qui ferait dire très certainement à monsieur l'abbé Guy Pagès, de même que pour Notre Seigneur Jésus :


" J'AI JUSQUE A DIRE QUE SI LA VIERGE MARIE DE MARIA VALTORTA N'EST PAS LA VRAIE SAINTE VIERGE,

ALORS MOI, GUY PAGES,

JE NE CONNAIS PAS LA SAINTE VIERGE ! "
apvs
L'Église catholique n'est jamais revenue sur cette condamnation, 😀 😀 😀
= Le pape Pie XII, qui avait approuvé la publication de l'oeuvre de Maria Valtorta ( sans aucun doute dans sa profonde naïveté 🤐 🤦 ) , ne revint JAMAIS sur cette condamnation : et en effet, IL ETAIT DECEDE !
VS :
Le Cardinal Ratzinger, Préfet pour la congrégation de la Foi se fiant naturellement aux actes de son …More
L'Église catholique n'est jamais revenue sur cette condamnation, 😀 😀 😀

= Le pape Pie XII, qui avait approuvé la publication de l'oeuvre de Maria Valtorta ( sans aucun doute dans sa profonde naïveté 🤐 🤦 ) , ne revint JAMAIS sur cette condamnation : et en effet, IL ETAIT DECEDE !

VS :

Le Cardinal Ratzinger, Préfet pour la congrégation de la Foi se fiant naturellement aux actes de son prédécesseur, déclare, dans une lettre à l'archevêque de Gênes, qu'il n'était pas personnellement favorable à la diffusion ni à la recommandation de l'œuvre à cause de son possible impact auprès des gens "les plus naïfs". Il laissait toutefois le Cardinal Siri libre de répondre, de la manière qui lui convenait, à la demande d'un prêtre de son diocèse. Dans sa lettre il indique que la condamnation a dû être faite pour de bonnes raisons, ce qui indique qu’il n’a pas été plus avant dans ses investigations que les actes officiels qu’il transmet.

Devant la recrudescence d’intérêt pour les écrits de Maria Valtorta,, le Cardinal Ratzinger
fait demander à l'éditeur, par l'intermédiaire de la Conférence des évêques d'Italie, de bien préciser, dans les futures éditions, que l'œuvre de Maria Valtorta devait être considérée comme une œuvre personnelle. Il précise : "ne doivent pas être considérées comme" et non "ne sont pas d’origine surnaturelle". Cet imprimatur conditionnel est conforme aux révélations privées pour lesquelles il n’y a que des « certitudes humaines et non divines ».

La position du cardinal Ratzinger, plus théologique que pastorale, devient sujette à interprétation et donne des résultats divers : en 1992, les évêques du Kerala
se réjouissent unanimement de la traduction de Maria Valtorta dans leur langue, en 1993, Mgr R. Boland de l’Alabama, semble interpèter que les écrits de Maria Valtorta n’ont rien de surnaturel, en 2001, Mgr R. Danylak, évêque gréco-catholique ukrainien, certifie au contraire la parfaite valeur et conformité de ces écrits, en 2008 les évêques chinois demandent à ce que l’on poursuive la traduction de Maria Valtorta dans leur langue, … Il y a donc ceux qui ont lu l’œuvre et ceux qui ne le souhaitent pas ( comme olivierjean )

Si l’imprimatur ne fait plus de doute, on retrouve dans les faits la phrase prophétique de Pie XII : il n’y a pas à se prononcer sur l’origine de l’œuvre, il suffit de lire pour le comprendre.


SS. le Pape Benoît XVI

Pontificat 19.04.2005 – 28.02.2013
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta14.htm


On ne connaît officiellement que ses positions sur Maria Valtorta en tant que Préfet de la Congrégation pour la foi.

Sa position sur un cas certainement loin de ses soucis, pouvait se résumer ainsi :


"dans le doute abstiens-toi."

Devenu Pape, il a cependant du exercer un regard plus critique sur les rouages du pouvoir de la Curie qu’il tenta vainement de réformer.

Il faut sans doute y voir la cause des changements qui s’opèrent à la fin de son pontificat :

- Les cérémonies du
cinquantième anniversaire de la mort de Maria Valtorta (15 octobre 2011) se sont déroulées sous la présidence de Mgr Pier Giacomo De Nicolò, ancien nonce apostolique. La commémoration a eu lieu à la Santissima Annunziata de Florence où Maria Valtorta est enterrée, un haut lieu des Servites de Marie.

- Dans la dernière année de son pontificat, il béatifie coup sur coup, deux défenseurs affichés de Maria Valtorta :
Mère Maria Inès du saint Sacrement (1904 –1981), fondatrice des Missionnaires clarisses du Très saint Sacrement. Elle avait demandé qu'un exemplaire de l'Évangile tel qu'il m'a été révélé figure dans chacune des maisons qu'elle avait fondé, puis le 29 septembre 2012,
le père Gabriele Allegra , bibliste traducteur de la Bible en chinois, ouvertement favorable à Maria Valtorta dont il confirmait l’inspiration divine.
apvs
Seuls demeurent, comme critère de jugement, l’avertissement moral et la conscience mature des fidèles, tels que stipulés dans le décret de supression :
"après avoir interrogé le Saint Père, (le Saint-Office) a annoncé que l'Index reste moralement engageant, en tant qu'avertissement à la conscience des chrétiens de se garder, […] des écrits de ceux qui peuvent mettre en danger la foi et la …More
Seuls demeurent, comme critère de jugement, l’avertissement moral et la conscience mature des fidèles, tels que stipulés dans le décret de supression :

"après avoir interrogé le Saint Père, (le Saint-Office) a annoncé que l'Index reste moralement engageant, en tant qu'avertissement à la conscience des chrétiens de se garder, […] des écrits de ceux qui peuvent mettre en danger la foi et la morale, mais en même temps, avertissant qu'il n'a plus force de loi ecclésiastique avec la censure qui y est liée. Ainsi, l'Église est confiante dans la conscience mature des fidèles."

Nul ne peut imaginer, sauf quelques articles pratiquant l’approximation, que l’œuvre de Maria Valtorta, qui fut la nourriture des papes et des saints, présente un danger pour la foi et la morale.

Quant à la liberté de choix, elle correspond tout à fait à l’avis de Pie XII encourageant la publication de l’œuvre.
apvs
Les aspects juridiques invalidant désormais la mise à l’Index.
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm

La censure de la vie de Jésus de Maria Valtorta est aujourd’hui périmée pour trois raisons :
- Elle est invalide dès lors que le Pape, qui exerce l’autorité suprême en matière de révélations
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm, avait publiquement et …More
Les aspects juridiques invalidant désormais la mise à l’Index.

www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm


La censure de la vie de Jésus de Maria Valtorta est aujourd’hui périmée pour trois raisons :

- Elle est invalide dès lors que le Pape, qui exerce l’autorité suprême en matière de révélations
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm, avait publiquement et explicitement encouragé la publication, comme l’analyse www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta14.htm, spécialiste de ce sujet.

- Elle est obsolète dès lors que l’Index a été
aboli en droit et en conséquences en 1966.

- Elle est sans objet dès lors que l’imprimatur qui avait motivée la censure n’est plus requis depuis 1975
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm pour ce type de livre.
apvs
Bien que l’encouragement du Pape fut connu des censeurs, l’ouvrage de Maria Valtorta fut censurée au titre de l’article 1385, paragraphe 1, § 2 du Code de droit canonique de 1917, en vigueur au temps de Maria Valtorta. Il stipulait qu’aucun livre touchant à un sujet religieux ne peut être édité sans imprimatur. Hors c’était le cas de la vie de Jésus de Maria Valtorta qui ne pouvait fournir …More
Bien que l’encouragement du Pape fut connu des censeurs, l’ouvrage de Maria Valtorta fut censurée au titre de l’article 1385, paragraphe 1, § 2 du Code de droit canonique de 1917, en vigueur au temps de Maria Valtorta. Il stipulait qu’aucun livre touchant à un sujet religieux ne peut être édité sans imprimatur. Hors c’était le cas de la vie de Jésus de Maria Valtorta qui ne pouvait fournir une attestation écrite dans ce sens.

Il s’agit d’une condamnation disciplinaire et non doctrinale. Les condamnations doctrinales sont régies par un autre article du code : le § 1399. On imagine mal d’ailleurs que des souverains Pontifes, des cardinaux, des théologiens et des biblistes
aient pu soutenir une œuvre contraire à la foi, voire même futile ou nocive. Cela est du simple bon sens.

La censure intervient en décembre 1959 : plus de trois ans après la publication du premier tome (juin 1956). Il faut dire qu’entre-temps le Pape Pie XII, qui avait encouragé la publication, était mort : ceci explique cela.
apvs
Ce qui explique la mise à l’Index fut prononcée dix ans plus tard sans avertissement préalable requis par le code de procédure. Les censeurs estimaient l’avoir déjà fait. Malheureusement, là non plus, il n’existe aucune lettre écrite à l’éditeur ou à l’auteure comme il est requis.
Cet amateurisme et cette cacophonie surprennent, mais Mgr Giovanni Pepe, l’un des deux commissaires à l’origine …
More
Ce qui explique la mise à l’Index fut prononcée dix ans plus tard sans avertissement préalable requis par le code de procédure. Les censeurs estimaient l’avoir déjà fait. Malheureusement, là non plus, il n’existe aucune lettre écrite à l’éditeur ou à l’auteure comme il est requis.

Cet amateurisme et cette cacophonie surprennent, mais Mgr Giovanni Pepe, l’un des deux commissaires à l’origine de cette censure, semble coutumier du fait : il fut démis de ses fonctions en août 1952 à la demande de Pie XII : il avait publié une mise à l’Index de livres parlant du Padre Pio sans l’aval du Pape qui ne le souhaitait pas
[1].

Nous avons d’ailleurs de fortes raisons de penser que ceux qui mirent à l’Index la vie de Jésus de Maria Valtorta, sont les mêmes qui "persécutèrent" le Padre Pio selon le mot de Luigi Peroni, un de ses biographes
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm.

La vie de Jésus de Maria Valtorta fut une des
dernières œuvres à être mise à l’Indexavant la suppression définitive, en 1966, de ce catalogue quatre fois séculaire. Elle ne fut suivie que par La vie de Jésus de Jean Steinmannwww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm puis par l’ensemble des œuvres de Pierre Teilhard de Chardinwww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm.
apvs
Réponse point par point à toutes les allégations de olivierjean issues de la source sacro-sainte "wikipedia" :))))
Les circonstances de la mise à l’Index.
Le 6 janvier 1960, (voir l'historique) l'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, publie un article commentant le décret, en date du 16 décembre 1959, de la mise à l'Index des livres prohibés de la vie de Jésus de Maria Valtorta.
More
Réponse point par point à toutes les allégations de olivierjean issues de la source sacro-sainte "wikipedia" :))))

Les circonstances de la mise à l’Index.

Le 6 janvier 1960, (voir l'historique) l'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, publie un article commentant le décret, en date du 16 décembre 1959, de la mise à l'Index des livres prohibés de la vie de Jésus de Maria Valtorta.

L’article n’est pas signé, comme c’est l’usage, mais nous le pensons rédigé par le Père Girolamo Berruti, un dominicain.


Cela faisait suite à deux évènements :

d’une part l’encouragement explicite du Pape Pie XII à la publication de cette vie de Jésus (audience du 26 février 1948), Termes attestés sous serment par trois des témoins.

"Publiez l’œuvre telle qu’elle. Il n’y a pas lieu de donner une opinion quant à son origine, qu’elle soit extraordinaire ou non. Ceux qui liront comprendront".

et d’autre part la censure décidée parallèlement, et en sous-main, par deux commissaires du Saint-Office en 1949. Si les évènements sont relatés par le Père Berti, théologien et soutien de Maria Valtorta, on ne trouve aucune trace écrite d’une quelconque condamnation :

- Ni dans les
Actes du Saint Siège .
- Ni dans un quelconque écrit officiel. Sauf une allusion non datée à une semonce non relatée.
apvs
ON NE S'EN LASSE PAS ! :))))))))) :
Nous ne sommes pas au bout des surprises en lisant l’article de 1960 commentant la mise à l’Index. Il confirme explicitement le soutien apporté par des "personnalités illustres" à l'œuvre de Maria Valtorta. Les censeurs les connaissaient donc ( y compris le padre Pio ! ) et l’avis personnel du pape Pie XII était connu .
Ils écrivent :

"[…] malgré les …More
ON NE S'EN LASSE PAS ! :))))))))) :

Nous ne sommes pas au bout des surprises en lisant l’article de 1960 commentant la mise à l’Index. Il confirme explicitement le soutien apporté par des "personnalités illustres" à l'œuvre de Maria Valtorta. Les censeurs les connaissaient donc ( y compris le padre Pio ! ) et l’avis personnel du pape Pie XII était connu .

Ils écrivent :


"[…] malgré les personnalités illustres (dont l'incontestable bonne foi a été surprise)
😀 😀 😀

qui ont apporté leur appui à la publication, le Saint-Office a cru nécessaire de la mettre dans l'Index des Livres prohibés. Les motifs sont évidents pour qui aura une patience de Chartreux, de lire ces presque quatre mille pages."
On admire, au passage, l’ironie qui invite à se convaincre en lisant une œuvre qu’on interdit de lire et le mépris contenu dans l’accusation de naïveté portée à l’encontre de personnalités de la Curie, parmi lesquelles trois recteurs d’universités pontificales et un préfet de congrégation pour la cause des saints.

Cette accusation de naïveté s’étendait-elle au pape défunt ? On voudrait se convaincre que non.
apvs
( suite )
Conformité des aspects doctrinaux.

Haut de page
La reconnaissance de la valeur théologique de l’œuvre de Maria Valtorta vient, paradoxalement, des membres du Saint-Office qui la mirent à l’Index. Ce n’était bien sûr pas leur intention. Mais « tel est pris qui croyait prendre » dit le dicton. Nous allons le voir.
Auparavant, il nous faut pointer les
six tentatives de décrédibilisationMore
( suite )

Conformité des aspects doctrinaux.


Haut de page

La reconnaissance de la valeur théologique de l’œuvre de Maria Valtorta vient, paradoxalement, des membres du Saint-Office qui la mirent à l’Index. Ce n’était bien sûr pas leur intention. Mais « tel est pris qui croyait prendre » dit le dicton. Nous allons le voir.

Auparavant, il nous faut pointer les
six tentatives de décrédibilisation auxquelles l’article des censeurs s’essaye, tout en précisant qur toute erreur doctrinale est "évitée".Pourquoi dans ce cas en parler ?

1 – des faits rajoutés : il suffit de se reporter à la dernière phrase de l’Évangile et aux avis du Magistère, pour s’étonner qu’il s’en étonne
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm.

2 – des pages scabreuses aptes à troubler les pensionnats de jeunes filles et les couvents de religieuses. Cet avis suranné trouve son origine dans les confessions (pudiques) d’une courtisane racontant son chemin de rédemption
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm ; ainsi que dans une scène où Jésus comparaît devant Hérode Antipas qui le questionne et espère de lui un miracle selon l’Évangilewww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm. À noter que les censeurs attribuent la scène par erreur à une comparution devant Pilate.

3 – "Au milieu d’un si grand étalage de connaissances théologiques (sic), écrivent-ils, on peut cueillir quelques… perles qui ne brillent certes pas par leur orthodoxie catholique"et de citer "Ici et là s’exprime, au sujet du péché d’Adam et Ève, une opinion plutôt extravagante et inexacte". On aurait aimé plus de précisions.

Enquête faite, l'œuvre de Maria Valtorta affirmerait
"que la tentation d'Ève a d'abord été un éveil sensuel de sa chair, qu'elle a commencé le péché toute seule et l'a achevé avec son compagnon. L'Écriture n'en dirait rien".

Malheureusement pour les censeurs, Maria Valtorta ne fait qu'exprimer ce que dira presqu'intégralement, un demi-siècle plus part, le Catéchisme de l'Église catholique sur la concupiscence et son origine (
CEC § 2514 et 2515). Au jeu de l’orthodoxie, tel est pris qui croyait prendre.

4 – Une "hérésie évitée" : "Marie peut-être appelée seconde-née du Père" (
EMV 1). L’affirmation est exacte mais sortie de son contexte et révèle de vraies lacunes de la part du censeur.

Dans une note manuscrite, Maria Valtorta précise :


"Elle est seconde en perfection naturelle et surnaturelle, après celui qui est à la fois Fils de Dieu et son Fils à elle, qui est infini, comme Dieu, en toute perfection."

Qui dirait le contraire ?

Pie XII lui-même, dans son
message radiodiffusé du 13 mai 1946 à l’occasion de la fête de Notre-Dame de Fatima, n’hésite pas à qualifier Marie de "première-née du Père (Filha primogénita do Padre)www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm".

Saint Maximilien Kolbe se fait plus précis : "Les êtres spirituels sont créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, alors d’elle (la Vierge Marie) on peut dire qu’elle est Fille de Dieu
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm".

Si les censeurs trouvent que l’œuvre de Maria Valtorta ne "brille pas par son orthodoxie", force est de constater que leur article ne brille pas par sa culture la plus élémentaire.


5 – Un commentaire sur le Paradis que les censeurs jugent être "une notion hermétique et plus confuse que jamais, ce qui est heureux, car si on devait la prendre à la lettre, elle n’échapperait pas à une censure sévère" menacent-ils.

Pour qu’elle soit moins confuse, il suffit de la lire
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm : Jésus fait le portrait spirituel de sa Mère. Les censeurs devaient être assez peu coutumiers des louanges que saint Cyrille d’Alexandrie adressa au nom de tous les Pères présents, lors du concile d’Éphèse (431), sinon ils y auraient trouvés l’écho des paroles transcrites par Maria Valtorta. Auraient-ils oser dire que ce concile fondamental s’adonnait à l’hermétique et au confus ?

6 - L'article signale pour finir "une autre affirmation étrange et imprécise, dans laquelle on dit de la Madone : Toi, pendant le temps que tu resteras sur Terre, tu seconderas Pierre "comme hiérarchie ecclésiastique".

Ce salmigondis devient plus clair quand on se réfère à la citation exacte
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm(mais ont-ils lu vraiment l’œuvre comme l’avait fait Pie XII ?): Jésus évoque avec sa Mère la séparation qui approche et lui confie l’Église naissante :
"[…] Toi, pendant le temps que tu resteras sur la terre, venant après Pierre dans la hiérarchie ecclésiastique, lui Chef et toi fidèle, mais la première avant tous comme Mère de l'Église puisque tu m'as enfanté Moi, Chef de ce Corps mystique."

L’explication de Maria Valtorta est limpide. Le lecteur se reportera à ce que dit le Catéchisme de l'Église catholique
(§ 963 et suivants) sur Marie, Mère de l'Église et jugera d’où vient l’étrangeté et l’imprécision.

Ne trouvant rien de consistant à opposer sur le plan théologique, à part des "si" et des "mais" persifleurs, les censeurs lancent une pique sur le plan exégétique :
"Les spécialistes des études bibliques y trouveront certainement beaucoup d’erreurs historiques, géographiques et autres".

Lesquelles ? On ne sait pas. Mais là encore, c’est tout le contraire qui se produit : que ce soit le cardinal Bea alors recteur de l'Institut Biblique Pontifical, ou le bienheureux Allegra, cofondateur de l’École Biblique franciscaine de Hong-Kong, ou le Père François-Paul Dreyfus de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, tous confirment l’étonnante exactitude des données archéologiques, géographiques, historiques, etc. des écrits de Maria Valtorta.

Ne trouvant pas de faille dans "
un si grand étalage de connaissances théologiques" et ayant probablement survolé l’œuvre de Maria Valtorta, les censeurs crurent à une écriture en sous-main des théologiens qui défendaient l’œuvre de Maria Valtorta.Pensant les démasquer ils pointent, malgré eux, la haute valeur théologique de l’œuvre.On reste pantois devant ce qu’ils reconnaissent malgrè eux :

"Jésus est loquace à l’extrême, en véritable publicitaire, toujours prêt à se proclamer Messie et Fils de Dieu et à faire des exposés de théologie dans les termes mêmes qu’emploierait un professeur de nos jours. Dans le récit des Évangiles nous admirons l'humilité et le silence de la Mère de Jésus ; par contre pour l'auteur (ou l'auteure) de cette œuvre la très sainte Vierge a la faconde d’une propagandiste moderne ; elle est présente partout, toujours prête à donner des leçons d’une théologie mariale mise à jour selon les plus récentes études des spécialistes actuels en la matière".

Voilà l’humble Maria Valtorta, hissée à l’égal des professeurs de théologie romains ou à la pointe des études mariologiques. Cette reconnaissance venant de personnes qu’on ne peut soupçonner de complaisance, vaut un brevet d’authenticité : QUI peut en effet être le théologien des théologiens et générer 4 000 pages de textes en faisant preuve d’un "si grand étalage de connaissances théologiques" sans que des censeurs zélés puissent y trouver une erreur théologique patente ? Il n’y en a qu’un seul et les visions de Maria Valtorta rapportent sa vie sur terre.

D’ailleurs, quand la seconde édition paraît,
l’Osservatore romano du vendredi 1er décembre 1961, se contente d’un entrefilet laconique rappelant la précédente condamnation "pour défaut d’imprimatur" et spécifie que l’œuvre "n’a aucune valeur scientifique". Fini le procès en hérésie ! Les études que nous avons citées, comme les plus récentes sorties sur le sujet, démontrent, là aussi, leur erreur de jugement.

L’irrévérence institutionnelle des censeurs.
Haut de page

Nous ne sommes pas au bout des surprises en lisant l’article de 1960 commentant la mise à l’Index. Il confirme explicitement le soutien apporté par des "personnalités illustres" à l'œuvre de Maria Valtorta. Les censeurs les connaissaient donc et l’avis personnel du pape Pie XII était connu

Ils écrivent :


"[…] malgré les personnalités illustres (dont l'incontestable bonne foi a été surprise) qui ont apporté leur appui à la publication, le Saint-Office a cru nécessaire de la mettre dans l'Index des Livres prohibés. Les motifs sont évidents pour qui aura une patience de Chartreux, de lire ces presque quatre mille pages."

On admire, au passage, l’ironie qui invite à se convaincre en lisant une œuvre qu’on interdit de lire
😀 et le mépris contenu dans l’accusation de naïveté portée à l’encontre de personnalités de la Curie, parmi lesquelles trois recteurs d’universités pontificales et un préfet de congrégation pour la cause des saints.

Cette accusation de naïveté s’étendait-elle au pape défunt ? On voudrait se convaincre que non.

Jean XXIII, sous l’autorité duquel est prononcée l’interdiction, n’aurait jamais contredit son prédécesseur s’il avait été informé du dossier. On dut sans doute ne lui présenter que l’indiscipline et il avait en tête d’autres préoccupations avec le concile qui s’annonçait.

Cette irrévérence explique sans doute que par la suite, le
Père Berti,promoteur principal de l’œuvre, fut reçu au Saint-Office dans de meilleures conditions par une autre commissaire, le Père Marco Giraudo qui après s’être enquis de l’encouragement de Pie XII et du soutien des personnalités "illustres" de la Curie, pris contact avec sa hiérarchie et accorda un imprimatur verbal pour la publication de l’œuvre qui ne fut plus inquiétée désormais. L’accord fut diplomatiquement verbal car la contradiction publique n’est pas de mise à la Curie. Cependant cette ouverture arriva trop tard pour Maria Valtorta, morte peu avant, crucifiée par le poids d’une condamnation infâmante.
apvs
Les circonstances de la mise à l’Index.
Le 6 janvier 1960, (voir l'historique) l'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, publie un article commentant le décret, en date du 16 décembre 1959, de la mise à l'Index des livres prohibés de la vie de Jésus de Maria Valtorta.
L’article n’est pas signé, comme c’est l’usage, mais nous le pensons rédigé par le Père Girolamo Berruti, un dominicain.
More
Les circonstances de la mise à l’Index.

Le 6 janvier 1960, (voir l'historique) l'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, publie un article commentant le décret, en date du 16 décembre 1959, de la mise à l'Index des livres prohibés de la vie de Jésus de Maria Valtorta.

L’article n’est pas signé, comme c’est l’usage, mais nous le pensons rédigé par le Père Girolamo Berruti, un dominicain.


Cela faisait suite à deux évènements :

d’une part l’encouragement explicite du Pape Pie XII à la publication de cette vie de Jésus (audience du 26 février 1948), Termes attestés sous serment par trois des témoins.

"Publiez l’œuvre telle qu’elle. Il n’y a pas lieu de donner une opinion quant à son origine, qu’elle soit extraordinaire ou non. Ceux qui liront comprendront".

et d’autre part la censure décidée parallèlement, et en sous-main, par deux commissaires du Saint-Office en 1949. Si les évènements sont relatés par le Père Berti, théologien et soutien de Maria Valtorta, on ne trouve aucune trace écrite d’une quelconque condamnation :

- Ni dans les
Actes du Saint Siège .
- Ni dans un quelconque écrit officiel. Sauf une allusion non datée à une semonce non relatée.

Ce qui explique la mise à l’Index fut prononcée dix ans plus tard sans avertissement préalable requis par le code de procédure. Les censeurs estimaient l’avoir déjà fait. Malheureusement, là non plus, il n’existe aucune lettre écrite à l’éditeur ou à l’auteure comme il est requis.

Cet amateurisme et cette cacophonie surprennent, mais Mgr Giovanni Pepe, l’un des deux commissaires à l’origine de cette censure, semble coutumier du fait : il fut demis de ses fonctions en août 1952 à la demande de Pie XII : il avait publié une mise à l’Index de livres parlant du Padre Pio sans l’aval du Pape qui ne le souhaitait pas
[1].

Nous avons d’ailleurs de fortes raisons de penser que ceux qui mirent à l’Index la vie de Jésus de Maria Valtorta, sont les mêmes qui "persécutèrent" le Padre Pio selon le mot de Luigi Peroni, un de ses biographes
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm.

La vie de Jésus de Maria Valtorta fut une des
dernières œuvres à être mise à l’Indexavant la suppression définitive, en 1966, de ce catalogue quatre fois séculaire. Elle ne fut suivie que par La vie de Jésus de Jean Steinmannwww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm puis par l’ensemble des œuvres de Pierre Teilhard de Chardinwww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm.

Bien que l’encouragement du Pape fut connu des censeurs, l’ouvrage de Maria Valtorta fut censurée au titre de
l’article 1385, paragraphe 1, § 2 du Code de droit canonique de 1917, en vigueur au temps de Maria Valtorta. Il stipulait qu’aucun livre touchant à un sujet religieux ne peut être édité sans imprimatur. Hors c’était le cas de la vie de Jésus de Maria Valtorta qui ne pouvait fournir une attestation écrite dans ce sens.

Il s’agit d’une condamnation disciplinaire et non doctrinale. Les condamnations doctrinales sont régies par un autre article du code : le § 1399. On imagine mal d’ailleurs que des souverains Pontifes, des cardinaux, des théologiens et des biblistes
aient pu soutenir une œuvre contraire à la foi, voire même futile ou nocive. Cela est du simple bon sens.

La censure intervient en décembre 1959 : plus de trois ans après la publication du premier tome (juin 1956). Il faut dire qu’entre-temps le Pape Pie XII, qui avait encouragé la publication, était mort : ceci explique cela.


Les aspects juridiques invalidant désormais la mise à l’Index.

www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm

La censure de la vie de Jésus de Maria Valtorta est aujourd’hui périmée pour trois raisons :

- Elle est invalide dès lors que le Pape, qui exerce l’autorité suprême en matière de révélations
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm, avait publiquement et explicitement encouragé la publication, comme l’analyse www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta14.htm, spécialiste de ce sujet.

- Elle est obsolète dès lors que l’Index a été
aboli en droit et en conséquences en 1966.

- Elle est sans objet dès lors que l’imprimatur qui avait motivée la censure n’est plus requis depuis 1975
www.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta08.htm pour ce type de livre.

Seuls demeurent, comme critère de jugement, l’avertissement moral et la conscience mature des fidèles, tels que stipulés dans le décret de supression :


"après avoir interrogé le Saint Père, (le Saint-Office) a annoncé que l'Index reste moralement engageant, en tant qu'avertissement à la conscience des chrétiens de se garder, […] des écrits de ceux qui peuvent mettre en danger la foi et la morale, mais en même temps, avertissant qu'il n'a plus force de loi ecclésiastique avec la censure qui y est liée. Ainsi, l'Église est confiante dans la conscience mature des fidèles."

Nul ne peut imaginer, sauf quelques articles pratiquant l’approximation, que l’œuvre de Maria Valtorta, qui fut la nourriture des papes et des saints, présente un danger pour la foi et la morale.

Quant à la liberté de choix, elle correspond tout à fait à l’avis de Pie XII encourageant la publication de l’œuvre.
apvs
Cher @olivierjean, vous avez oublié de parler de tous ces sales éditeurs qui s'enrichissent en publiant et vendant la Bible, ayant repéré le filon juteux, et espérant que les prêtres seront de bons publicitaires auprès des fidèles, pour multiplier leur gain ! 🤦 😊 😲 🤐 🙄
Bla bla bla bla (....) Toute cette action de marketing pourrait être louable, tout cet effort serait admirable s’il …More
Cher @olivierjean, vous avez oublié de parler de tous ces sales éditeurs qui s'enrichissent en publiant et vendant la Bible, ayant repéré le filon juteux, et espérant que les prêtres seront de bons publicitaires auprès des fidèles, pour multiplier leur gain ! 🤦 😊 😲 🤐 🙄

Bla bla bla bla (....) Toute cette action de marketing pourrait être louable, tout cet effort serait admirable s’il s’agissait de messages dont l’Église avait reconnu le caractère surnaturel. Or, pour l’Église, les écrits de Maria Valtorta ne sont qu’une «vie de Jésus mal romancée».

VS :

" pour écrire une seule partie de l'œuvre (de Maria Valtorta), il faudrait être un Auteur (qui n’existe pas aujourd’hui) tout à la fois grand poète, bibliste talentueux, théologien confirmé, expert en archéologie et en topographie, et profond connaisseur de la psychologie humaine"
Mgr Maurizio Raffa (1906-1957)
Directeur du Centro internazionale di comparazione e sintesi.
Juste parmi les nations.


" J'AI JUSQU'A DIRE : QUE SI LE JESUS DE MARIA VALTORTA N'EST PAS LE VRAI JESUS,
ALORS MOI, GUY PAGES, JE NE CONNAIS PAS JESUS ! "


Abbé Guy Pagès
apvs
VS :
Mgr Maurizio Raffa (1906-1957)
Directeur du Centro internazionale di comparazione e sintesi.
Juste parmi les nations.

Haut de page.
En 1948, il est nommé par Pie XII membre de la Conseil pontifical pour les communications sociales.Il était alors chargé d’affaires de la Sacrée Congrégation du Concile, devenue par la suite la Congrégation pour le clergé. Le 25 janvier 1952, au moment où il …More
VS :

Mgr Maurizio Raffa (1906-1957)

Directeur du Centro internazionale di comparazione e sintesi.
Juste parmi les nations.

Haut de page.

En 1948, il est nommé par Pie XII membre de la Conseil pontifical pour les communications sociales.Il était alors chargé d’affaires de la Sacrée Congrégation du Concile, devenue par la suite la Congrégation pour le clergé. Le 25 janvier 1952, au moment où il joint son attestation aux autres «personnages illustres» qui soutiennent Maria Valtorta, il est Directeur du centre romain de comparaison et de synthèse, un organisme de recherche scientifique qu’il avait fondé en 1940 comme la revue Reponsabilità delSapere en 1947. Il atteste que :

" pour écrire une seule partie de l'œuvre (de Maria Valtorta), il faudrait être un Auteur (qui n’existe pas aujourd’hui) tout à la fois grand poète, bibliste talentueux, théologien confirmé, expert en archéologie et en topographie, et profond connaisseur de la psychologie humainewww.maria-valtorta.org/ValtortaWeb/MariaValtorta14.htm. "

Le 22 juin 2009, il est retenu au titre des justes parmi les nations. La cérémonie a lieu en novembre à San Giovanni Battista dei Genovesi de Rome qu’il fréquentait.
apvs
Spéciale dédicace au troll olivierjean : Poncho Prays :)) 😁 👌 🧐 😀 😊 😈