Clicks599

Le pape aux évêques : assez de schémas intellectualistes et moralisateurs

Pour que cette beauté impérissable soit vue, on ne peut que tout donner et se donner totalement ».
Le pape François a célébré la messe aujourd'hui dans la basilique Saint-Pierre avec les participants à l'assemblée plénière du Conseil des conférences épiscopales d'Europe (CCEE), pour le 50e anniversaire de sa création.

Dans son homélie, le pontife a demandé à témoigner : « Beaucoup de gens en Europe pensent que la foi est quelque chose qui a déjà été vu, qu'elle appartient au passé. Parce que? Parce qu'ils n'ont pas vu Jésus à l'œuvre dans leur vie. Et souvent ils ne l'ont pas vu parce que nous ne l'avons pas assez montré dans nos vies.
François a invité les évêques européens à montrer le Bon Pasteur et non leurs propres ego ou agendas : « Parce que Dieu se voit dans les visages et les gestes des hommes et des femmes transformés par sa présence. Et si les chrétiens, au lieu de rayonner la joie contagieuse de l'Evangile, reproposent des schémas religieux éculés, intellectualistes et moralisateurs , on ne voit pas le Bon Pasteur .
Ils ne reconnaissent pas Celui qui, amoureux de chacune de ses brebis, les appelle par leur nom et les cherche pour les mettre sur ses épaules.

Ils ne voient pas Celui dont nous prêchons l'incroyable Passion, précisément parce qu'Il n'a qu'une passion : l'homme. Cet amour divin, miséricordieux et débordant est l'éternelle nouveauté de l'Évangile.
Et il nous demande, chers frères et sœurs, des décisions sages et audacieuses, prises au nom de la folle tendresse avec laquelle le Christ nous a sauvés. Il ne nous demande pas de nous manifester, il nous demande de montrer Dieu, comme l'ont fait les saints : non pas avec des mots, mais avec la vie. Demandez la prière et la pauvreté, demandez la créativité et la gratuité », a-t-il ajouté.

Précisément, les évêques européens étaient aujourd'hui en prière avec le Pape François et sur les tombes de Paul VI et de Jean-Paul II, "pour servir l'Europe, un continent splendide par sa variété et son destin unique".
Dans son homélie, après avoir rappelé aujourd'hui la mémoire de saint Pio de Pietrelcina, le Pape a demandé aux évêques et à tous les chrétiens d'Europe de travailler sous trois lignes d'action : « Réfléchir, reconstruire, voir ».
Reconstruire la maison du Seigneur
L'évêque de Rome a invité les Églises d'Europe à suivre le chemin de la participation à l'œuvre de Dieu.
Reconstruire ma maison. Le verbe se conjugue au pluriel. Toute reconstruction se fait avec les autres, sous le signe de l'unité. Ensemble. Il peut y avoir des points de vue différents, mais l'unité doit toujours être préservée.
Car, si nous préservons la grâce de l'ensemble, le Seigneur bâtit aussi là où nous n'avons pas atteint. C'est notre appel : être l'Église, un seul corps parmi nous. C'est notre vocation de bergers : rassembler le troupeau, pas le disperser, encore moins le conserver dans de beaux espaces clos.
Reconstruire signifie être artisans de communion, tisseurs d'unité dans tous les domaines ; pas pour une stratégie, mais pour l'Evangile. Si nous reconstruisons de cette manière, nous donnerons à nos frères et sœurs une chance de voir. C'est le troisième verbe, par lequel se termine l'évangile d'aujourd'hui, avec Hérode essayant de « voir Jésus » (Lc 9,9). Aujourd'hui comme alors, on parle beaucoup de Jésus.
A cette époque, il était dit « que Jean-Baptiste était ressuscité des morts […], qu'il était apparu à Elie, […] que certains des anciens prophètes étaient ressuscités » (Lc 9, 7-8). Tous ont apprécié Jésus, mais n'ont pas compris sa nouveauté et l'ont enfermé dans des schémas familiers : Jean, Elie, les prophètes. Mais Jésus ne peut pas être catalogué dans les schémas de « ce qui est répandu » ou « de ce qui a déjà été vu », a-t-il exprimé.
Réfléchir
L'invitation à réfléchir - a-t-il dit - « nous interpelle aujourd'hui chrétiens en Europe, tentés de rester confortablement dans nos structures, dans nos maisons, dans nos églises, dans la sécurité que nous donnent les traditions, dans la satisfaction d'un certain consensus, tandis que les temples autour de nous se vident et que Jésus est de plus en plus oublié ».
« Réfléchissons, combien de personnes n'ont plus faim et soif de Dieu ! Ce n'est pas qu'ils soient mauvais, non, mais qu'il leur manque quelqu'un qui saura aiguiser leur appétit de foi et réveiller cette soif qui est au cœur de l'homme, cette « soif innée, inépuisable » dont parle Dante Alighieri (Paraíso, II , 19) et que la dictature du consumérisme , douce mais étouffante, tente d'éteindre ».
François a expliqué qu'aujourd'hui, beaucoup de gens sont amenés à ressentir uniquement des besoins matériels, et non le manque de Dieu. « Et c'est vrai que cela nous inquiète, mais dans quelle mesure nous prenons-nous vraiment en main ? Il est facile de juger ceux qui ne croient pas, il est confortable d'énumérer les raisons de la sécularisation, du relativisme et de tant d'autres ismes, mais en réalité c'est stérile.
L'évêque de Rome nous a invités à suivre le vrai programme, celui de l'Évangile : « l'élan de la charité et l'ardeur de la gratuité. La sortie des problèmes et des fermetures est toujours la voie du don gratuit. Il n'y en a pas d'autre. Réfléchissons à cela. », a-t-il ajouté.
saints européens
Successivement, le Pontife a rappelé les « grands rénovateurs de la foi » du Vieux Continent. Ils mettent leur petitesse en jeu, faisant confiance à Dieu, a-t-il dit.
«Je pense à des saints comme Martín, Francisco, Domingo, Pío —dont nous nous souvenons aujourd'hui—; et dans les mécènes comme Benito, Cirilo y Metodio, Brígida, Catalina de Siena et Teresa Benedicta de la Cruz. Ils ont commencé par eux-mêmes, en changeant leur propre vie en accueillant la grâce de Dieu.
Ils ne se souciaient pas des temps sombres, de l'adversité et de toute sorte de division, ce qui a toujours existé. Ils n'ont pas perdu de temps à critiquer et à blâmer. Ils ont vécu l'Évangile, indépendamment de la pertinence et de la politique.
De cette façon, avec l'humble force de l'amour de Dieu, ils ont incarné son style de proximité, de compassion et de tendresse, et ont construit des monastères, assaini des terres et restauré l'esprit des gens et des peuples. Pas de programme social, seulement l'Evangile », a-t-il exprimé.
50 ans d'histoire
Le pontife a rappelé la célébration du 50e anniversaire de la création du Conseil des Conférences épiscopales d'Europe (CCEE). « Merci pour ces 50 premières années au service de l'Église et de l'Europe. Soyons encouragés, ne cédant jamais au découragement et à la résignation.
Nous sommes appelés à un travail merveilleux, à travailler pour que votre foyer soit de plus en plus accueillant, pour que chacun puisse entrer et séjourner, pour que l'Église ait les portes ouvertes à tous et que personne n'ait la tentation de se consacrer uniquement à regarder et changer les serrures. '
Conférences épiscopales d'Europe
Demain, à 17 heures, les Présidents des Conférences épiscopales d'Europe seront reçus au Quirinal par le Président de la République italienne, Sergio Mattarella. Pays hôte de la rencontre des évêques européens.
Avant la messe, le cardinal Vincent Gerard Nichols, archevêque de Westminster et vice-président du CCEE, a lu un message du cardinal Angelo Bagnasco, président de l'institution et archevêque de Gênes. Le cardinal italien a été contaminé par le Covid-19, il n'a pas pu assister à la cérémonie, présidée par le Pape.
Selon son article 1, le CCEE « est un organisme de communion entre les conférences épiscopales d'Europe dont le but est la promotion et la conservation des biens de l'Église ». En particulier, le CCEE se donne pour objectif de réaliser une coopération plus étroite entre les évêques pour « promouvoir et inspirer la nouvelle évangélisation dans le contexte européen.
Le CCEE ne doit pas être confondu avec la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), qui pour sa part est limitée au périmètre de l'Union européenne et dont la mission est de créer des liens avec les organisations européennes.
Yacine Borin
LE CHASSER DE ROME = URGENCE CHRÉTIENNE ABSOLUE !
AveMaria44
"on ne voit pas le Bon Pasteur ." Effectivement on a un peu de mal à le voir.......