Que penser de la pensée de Mgr Fellay ?

Même si la chose est pénible, il n'est pas facultatif pour les catholiques de la tradition de se pencher quelques instants sur la pensée de Mgr Fellay. Voilà près de 20 années que l'évêque suisse …
Parce qu'il a une pensée ?
dmargot and one more user like this.
dmargot likes this.
juristecatholique likes this.
dmargot
Où est le discours clair, sans ambiguïtés de Mgr Lefebvre ? Ceux qui l'ont entendu ne devaient pas se poser de question pour bien comprendre ce qu'il voulait dire.

Mgr Fellay recherche "l'unité dans la vérité" avec François "qui n'attend pas que les questions doctrinales soient résolues". Doctrine, vérité, n'est-ce pas une même chose ?
Il y a un fait troublant concernant cet évêque successeur de Mgr Lefebvre : pourquoi s'est-il réjouit de la levée de son excommunication mais n'a t-il jamais demandé à Rome celle de Mgr Lefebvre ? Bizarre .....
Les tièdes c'est comme cela , mois les autre ...
Difficile de travailler sur la pensée d'un libéral : on est dans la fluctuation perpétuelle.
Il serait bien de faire une analyse plus détaillée si c'était possible.
On se demande si Mgr Fellay a vraiment compris le combat de Mgr Lefebvre. C'est avant tout un suisse, avec un attachement quelque peu désordonnée au Pape, avec un goût légèrement germanique pour l'ordre et la normalisation, c'est aussi un habile comptable. Il faut aussi sans doute prendre en compte l'influence de l'abbé Schimdberger. C'est un réaliste pragmatique : "Le pape François m’a dit : « …More
On se demande si Mgr Fellay a vraiment compris le combat de Mgr Lefebvre. C'est avant tout un suisse, avec un attachement quelque peu désordonnée au Pape, avec un goût légèrement germanique pour l'ordre et la normalisation, c'est aussi un habile comptable. Il faut aussi sans doute prendre en compte l'influence de l'abbé Schimdberger. C'est un réaliste pragmatique : "Le pape François m’a dit : « J’ai des problèmes, parce que je suis bon avec vous ». Ensuite, il m’a dit : « Vous aussi, vous avez des problèmes de votre côté ». Dès lors, ne nous pressons pas, avançons lentement. Je trouve ce discours réaliste et très raisonnable. Avant lui, déjà le pape Benoît XVI m’avait dit : « Il faut avancer, de manière raisonnable ». Aujourd’hui, le pape nous regarde comme catholiques' Mais il ne se pose pas du tout la question du catholicisme de François, bien qu'il ait signé la Correctio fillialis. Je ne suis pas sûr qu'il est conscience d'avoir trahi le Fondateur et je ne crois pas qu'il ait étudié vraiment les auteurs antilibéraux, ce n'est pas un doctrinaire, il parle même d'une tentation donatiste qui n'existe sans doute que dans son imagination. En fait pour lui c'est simple, il n'y a qu'une église, celle qu'il voit, un point c'est tout et il est tout heureux que François le considère comme catholique, comme les patriotes chinois. Ceci étant dit à partir du moment où il considère François comme le Souverain Pontife, il est logique qu'il cherche la pleine communion, et même pour lui elle existe déjà, il fait abstraction du "cheminons, cheminons...." de François. C'est tout le problème hérité de Mgr Lefebvre qui ne c'est pas prononcé solennellement au sujet de ces papes conciliaires, complices de la maçonnerie, modernistes, libéraux, antichrists, .....mais toujours papes.