14:16

Le père enseigne à ses enfants à "agir avec sagesse et parler avec droiture"

lasourcedelille.blogspot.fr Le père enseigne à ses enfants à "agir avec sagesse et parler avec droiture" Catéchèse du 4 février en italien Rome, 4 février 2015 Le meilleur héritage d'un père pour …More
lasourcedelille.blogspot.fr
Le père enseigne à ses enfants à "agir avec sagesse et parler avec droiture"
Catéchèse du 4 février en italien
Rome, 4 février 2015
Le meilleur héritage d'un père pour ses enfants, c'est de leur apprendre « à agir avec sagesse » et à « parler avec droiture » : c'est en effet ce que souhaite à ses enfants « un père sage, un père mûr », souligne le pape François.
Lors de l'audience générale de ce mercredi matin, 4 février 2015, dans la salle Paul VI du Vatican, le pape a poursuivi son cycle de catéchèse sur la famille avec un second volet sur la figure du père.
Il a donné quelques qualités nécessaires au père « pour transmettre cet héritage » : « proximité, douceur, fermeté », « patience, magnanimité, miséricorde ». Le père doit aussi savoir « corriger sans humilier », punir « de manière juste ».
« Toutes les familles ont besoin du père », a insisté le pape en soulignant que « la première nécessité est que le père soit présent dans la famille », c'est-à-dire …More
La Source de Lille
Pour moi je reprendrais Saint Augustin :

Voici que le Père a livré le Christ et que Judas l’a livré. Leur conduite n’apparaît-elle pas comme assez semblable ? Judas est un traître, le Père est-il donc aussi un traître ? « C’est impensable ! », dis-tu […] Le Père a livré le Fils ; le Fils s’est livré ; Judas l’a livré. Voilà une seule et même action, mais qu’est-ce qui nous permet de [les] …More
Pour moi je reprendrais Saint Augustin :

Voici que le Père a livré le Christ et que Judas l’a livré. Leur conduite n’apparaît-elle pas comme assez semblable ? Judas est un traître, le Père est-il donc aussi un traître ? « C’est impensable ! », dis-tu […] Le Père a livré le Fils ; le Fils s’est livré ; Judas l’a livré. Voilà une seule et même action, mais qu’est-ce qui nous permet de [les] distinguer ? […] C’est que le Père et le Fils ont agi par amour ; mais Judas, lui, a agi par trahison. Vous voyez qu’il ne faut pas considérer ce que fait un homme, mais l’esprit, l’intention dans lesquels il agit […] Telle est la force de la charité ! Voyez qu’elle seule peut faire la distinction ; voyez qu’elle seule différencie les actions humaines entre elles […].

Nous avons parlé d’actions semblables ? Pour des actions différentes, nous découvrons qu’un homme est amené à sévir par charité et à caresser par malice. Le père frappe son enfant et le trafiquant d’esclaves caresse son esclave. Si on propose les deux choses, les coups et les caresses, qui ne choisirait celles-ci et ne fuirait ceux-là ? Si tu considères le rôle que joue chacune, la charité frappe et l’iniquité caresse.

Voyez un point sur lequel nous attirons votre attention : les actions humaines ne se distinguent les unes des autres qu’en les rapportant à la racine de la charité. Car on peut accomplir beaucoup d’actions qui ont bonne apparence, tout en ne provenant pas de la racine de la charité. Car les épines ont des fleurs elles aussi. Certaines choses paraissent dures, pénibles, mais on les accomplit pour corriger, inspiré par la charité.

Ainsi voilà une fois pour toutes le court précepte qu’on te dicte : « Aime et fais ce que tu veux ! » Si tu te tais, tu te tais par amour ; si tu cries, tu cries par amour ; si tu corriges, tu corriges par amour ; si tu épargnes, tu épargnes par amour. Qu’au dedans se trouve la racine de la charité. De cette racine rien ne peut sortir que de bon.
jean pierre aussant
Le Saint père a dit à juste titre qu’une petite fessée donnée en respectant la dignité de l’enfant n’était au fond pas si grave.

Ce qui est tout de même amusant (amusant au second degré, j’entends bien), c’est que ce sont ceux qui sont favorable à l’avortement qui tout d’un coup s’indignent des propos du Pape. Au fond cela revient à dire la chose suivante :

« T'as pas le droit de donner une …
More
Le Saint père a dit à juste titre qu’une petite fessée donnée en respectant la dignité de l’enfant n’était au fond pas si grave.

Ce qui est tout de même amusant (amusant au second degré, j’entends bien), c’est que ce sont ceux qui sont favorable à l’avortement qui tout d’un coup s’indignent des propos du Pape. Au fond cela revient à dire la chose suivante :

« T'as pas le droit de donner une fessée à ton gamin mais par contre t'as le droit de l’assassiner tant qu’il est dans l’utérus de sa mère.
Bienvenue chez les fous ou plus exactement bienvenue dans la dictature culturelle féministo-satanique mondiale et son inversion des valeurs.
www.youtube.com/watch