jozecat
....tous les extrêmistes se ressemblent : sionistes, islamistes ou évangélistes. On retrouve chez eux la même violence et la même manière d'éduquer les enfants : la haine, la peur et l'excusion de l'autre
Ahawim
veillezetpriez likes this.
Ahawim
Israel, defeat the Islamists!

veillezetpriez likes this.
amarillo
Roy-XXIII
Entre les uns et les autres, il a quoi le monde contre Jésus Christ ???
(Mis à part appeler le mal bien et le bien mal)
Bereshit likes this.
Roy-XXIII
Le vrai visage d’Israhell

Rappel : liste des attentats ayant précédé la création de l’Etat d’Israhell

La protection divine dont nous bénéficions, le génie de la technologie juive du « Dôme d’Acier » et le courage de nos soldats ne peuvent compenser ni remplacer une détermination politique qui semble faire défaut et une direction gouvernementale faible.
Nous parlons en hébreu à des barbare…More
Le vrai visage d’Israhell

Rappel : liste des attentats ayant précédé la création de l’Etat d’Israhell

La protection divine dont nous bénéficions, le génie de la technologie juive du « Dôme d’Acier » et le courage de nos soldats ne peuvent compenser ni remplacer une détermination politique qui semble faire défaut et une direction gouvernementale faible.
Nous parlons en hébreu à des barbares criminels qui ne comprennent que l’arabe. Les 150 à 200 missiles quotidiens lancés par le Hamas sur Israël sont destinés à tuer. Le commando maritime des terroristes arabes qui a tenté de pénétrer sur le territoire israélien, était destiné à tuer. Pour ces fanatiques du Coran, peu importe qu’ils tuent mais de préférence leurs tirs sont dirigées sur des villes où les femmes, les enfants et civils risquent d’être atteints.
Dans cette bande de Gaza où sont distribuées des friandises pour célébrer un drame en Israël, où les enfants sont éduqués dans la haine la plus féroce par des maîtres musulmans fanatiques, où les programmes télévisés exaltant le meurtre des Juifs, où la population a voté unanimement pour le Hamas, où les défilés militaires sont quotidiens avec des volontaires pour devenir « martyrs », je ne vois pas de « civils innocents » mais des ennemis à éliminer.
C’est pourquoi, j’aimerais que l’on m’explique pourquoi nous avons laissé le temps aux terroristes de Gaza de se procurer ou de fabriquer des milliers de missiles sans intervenir. J’aimerais comprendre pourquoi encore aujourd’hui nous envoyons par le poste-frontière de la nourriture et des biens d’équipement dans la bande de Gaza.
Pourquoi nous envoyons des centaines de milliers de tracts et d’appels téléphoniques pour dire à l’ennemi d’abandonner ses maisons avant le bombardement.
Si je dois choisir entre le fait de détruire tous les missiles et de laisser vivant ceux qui les envoient, je préfère que les missiles rouillent sur place mais qu’il n’y ait plus personne pour les manier.
Lorsque les alliés ont voulu mettre un terme à la guerre contre l’Allemagne nazie, ils ont détruit la ville de Dresde. À juste titre. Lorsque les États-Unis ont voulu mettre un terme à la guerre contre le Japon, ils ont détruit Hiroshima et Nagasaki en lançant la bombe atomique. À juste titre. Si nous voulons mettre un terme à la guerre, nous devons raser Gaza.
Gaza doit devenir un champ de ruines d’où ne peuvent sortir que des gémissements.
Si un seul instant, la protection divine et le soutien de notre technologie cessaient de s’exercer, nous aurions à pleurer un véritable désastre. Nous devons considérer ce que l’ennemi a voulu faire et non pas ce que nous l’avons empêché d’exécuter. Nous devons considérer que les centaines de missiles envoyés sur toute l’étendue de notre territoire ont touché les cibles qu’ils étaient destinés à toucher. Notre réaction doit être proportionnelle à leur intention et non pas à la réussite de notre défense.
Nos trois jeunes garçons massacrés par les terroristes arabes méritaient une opération militaire immédiate car il était clair, dès le deuxième jour de leur enlèvement, qu’une issue tragique était vraisemblablement intervenue. Pourquoi attendre ? Pourquoi devons-nous supporter davantage qu’un seul missile sur Israël avant de détruire l’ennemi ? Pourquoi attendre le centième missile avant de réagir ? Ce qui semble être de la retenue occidentale civilisée pour notre gouvernement, n’est que le signe d’une immense faiblesse pour les Arabes. Nous devons réagir à la première fusée lancée contre Israël comme s’il y en avait eu 1000. Nous devons réagir aux 1000 fusées lancées contre notre territoire comme si elles avaient toutes touché leur cible.
Nous sommes en guerre contre des barbares et nous devons parler un langage qu’ils comprennent.
Un T-shirt publicitaire résume fort bien la pensée populaire : « Seul D.ieu peut pardonner aux terroristes. Notre mission est de permettre le rendez-vous ! » Notre capacité à effectuer des frappes chirurgicales est certainement la meilleure du monde. Certainement davantage que celle des avions alliés exécutant les invités d’un mariage en Afghanistan, des hôpitaux en Serbie ou des emplacements civils à Tripoli.
Mais le problème aujourd’hui n’est plus celui d’une opération chirurgicale mais d’une ablation totale.
Nous payons le prix de notre retrait malheureux de nos soldats de la bande de Gaza, la destruction des maisons juives et de nos synagogues, Nous sommes en guerre contre un État nazi soutenu par sa population et par une idéologie islamiste criminelle.
Il est évident que nul Juif ne peut se satisfaire de bombarder des hôpitaux. Mais les stocks de fusées sont entreposés dans les mosquées, les hôpitaux, les écoles de l’ONU.
Entre la certitude que ces missiles seront sortis de ces places protégées par nos principes humanitaires et la possibilité qu’elles touchent un enfant en Israël, mon choix est évident. Que soient détruits leurs hôpitaux, leurs écoles et leurs mosquées mais que soit protégée notre population. Les Gazaouis comprendront rapidement qu’il n’y a plus d’asile pour leurs armes et leurs chefs cesseront de se servir d’eux impunément comme « bouclier inhumain ».
La condamnation des Nations unies, les cris des gauchistes dans le monde seront les mêmes. Ils montrent les photos truquées de nos destructions, autant en faire de vraies !
Une guerre doit se terminer par une victoire. L’ennemi doit lever le drapeau blanc et demander la fin des hostilités à genoux. Les pressions extérieures et notre manque de persévérance nous ont toujours empêchés de mettre l’ennemi à terre. Ce n’est pas un cessez-le-feu qu’il faut atteindre mais une reddition totale. Cela signifie de pouvoir dicter nos conditions quant au contrôle complet de tout ce qui rentre et qui sort de Gaza et en particulier, la destruction de toutes leurs armes, de leurs missiles et même de leurs armes blanches.
Dans de telles conditions ça suffit d’entendre nos journalistes et nos médias faire preuve de compassion pour l’ennemi. Ça suffit de les entendre demander en permanence quel est le coût de cette opération. Ça suffit de les entendre pleurer sur les éventuelles victimes arabes dans ce conflit. Ça suffit de vouloir plaire au monde civilisé occidental qui ne sait pas ce que cela signifie de dire à un enfant d’aller se terrer dans un abri.
Pour chaque larme d’un enfant juif obligé encore aujourd’hui de rentrer dans un abri, l’ennemi doit payer le prix du sang.
Si l’opération terrestre est complexe à exécuter et si la vie d’un seul soldat juif devait être mise en danger alors c’est à l’armée de l’air de raser Gaza. Si cela ne sera pas fait maintenant, nous aurons à tout recommencer une quatrième fois.
Que Gaza devienne un site archéologique.

Jacques KUPFER - membre de l’Organisation sioniste mondiale, membre du Bétar et co-président du Likoud Mondial – Source : Europe-Israel
P.S. A mes amis de France, aux Juifs de notre communauté qui demandent de nos nouvelles, je dirais que c’est pour eux que nous nous inquiétons. Alors venez avec nous écrire le grand livre de l’Histoire éternelle d’Israël.
stephane77 likes this.
One more comment from Roy-XXIII
Roy-XXIII
Liste des attentats juifs précédant la création d’Israël

La création de l’entité sioniste n’a rien de miraculeux, encore moins de divin… Le devoir de mémoire s’impose. Kyrie Eleison.
Afin d’occuper les territoires palestiniens et de créer l’Entité sioniste, des bandes de Sionistes armés pratiquèrent, de 1937 jusqu’en 1948, une longue série de crimes qui furent commis pour semer la terreur …More
Liste des attentats juifs précédant la création d’Israël

La création de l’entité sioniste n’a rien de miraculeux, encore moins de divin… Le devoir de mémoire s’impose. Kyrie Eleison.
Afin d’occuper les territoires palestiniens et de créer l’Entité sioniste, des bandes de Sionistes armés pratiquèrent, de 1937 jusqu’en 1948, une longue série de crimes qui furent commis pour semer la terreur au coeur des Palestiniens afin qu’ils quittent leurs domiciles, leurs biens, leurs terrains, enfin leur patrie.
En voici la longue liste attristante et terrifiante, accumulant horreurs sur horreurs :

- Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 6 mars 1937, dans le marché de la ville. Un membre des bandes Alatsel et Lihi lança une bombe sur des Palestiniens pour en tuer 18 et en blesser 38 autres.

- Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 31 septembre 1937, dans le marché de légumes de la ville. Un membre de l’organisation terroriste sioniste d’Alatsel lança une bombe sur le marché avoisinant le portail de Naplouse. Des dizaines de Palestiniens y périrent et tant d’autres furent blessés.

-Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 15 juillet 1937, dans le marché de la ville. Les terroristes de la bande Alatsel firent exploser deux voitures piégées. 21 Palestiniens tombèrent en martyre ; 52 autres furent blessés.

- Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 15 juillet 1938. Un membre de l’organisation terroriste sioniste Alatsel lança une bombe sur des croyants palestiniens qui quittaient une mosquée de la ville. 10 personnes y laissèrent la vie et 3 autres furent blessées.

-Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 25 juillet 1938, dans un marché de la ville. Les terroristes de la bande Alatsel firent exploser une voiture piégée, dans le marché arabe de la ville. 25 Palestiniens tombèrent en martyre ; 70 autres furent blessés.

- Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 28 juillet 1938, dans un marché de la ville. Un terroriste de la bande Alatsel y lança une grenade pour tuer 47 Palestiniens.

- Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 26 août 1938, dans le marché arabe de la ville d’Al-Quds. La bande Alatsel fit sauter une voiture piégée pour tuer 34 Palestiniens et en blesser 35 autres.

- Massacre de Haïfa : le 27 mars 1939, deux bombes furent explosées par la bande d’Alatsel pour assassiner 27 Palestiniens et en blesser 39 autres.

- Massacre du village Al-Cheikh : 12 juin 1939, des membres de l’organisation terroriste Haganah attaquèrent ce village du sud-est de la ville de Haïfa. Ils enlevèrent cinq de ces habitants pour les tuer plus tard.

- Massacre de Haïfa : le 19 juin 1939, dans un marché de la ville, un juif lança une grenade. 9 Palestiniens tombèrent en martyre ; 4 autres furent blessés.

- Massacre de Haïfa : le 20 juin 1938, dans un marché de la ville, quelques membres des bandes Alatsel et Lihi cachèrent une bombe dans une caisse de légumes pour qu’elle explose et tue 78 Palestiniens et en blesse 24 autres.

- Massacre d’Al-Abbassia : le 13 décembre 1947, la bande sioniste Aragon attaqua le village d’Al-Abbassia, à l’est de la ville de Java. Ils ouvrirent le feu sur un certain nombre de ses habitants et tuèrent 9 personnes et en blessèrent 7 autres.

- Massacre d’Al-Khassas : le 13 décembre 1947, une force de Balmakha attaqua le village d’Al-Khssas et tua dix de ces femmes et enfants.

- Massacre de Bab Al-Amoud : un groupe de l’organisation terroriste Aragon, le 29 décembre 1947, mit un baril plein de produits explosifs à côté de Bab Al-Amoud, une porte de la ville d’Al-Quds. L’explosion de ce baril fit 14 martyrs et 27 blessés parmi les Palestiniens. Et le lendemain, 11 Palestiniens et 2 ressortissants britanniques furent tués par les mêmes criminels et sur le même lieu.

- Massacre d’Al-Quds : le 30 septembre 1947, l’organisation sioniste Aragon lança, d’une voiture en marche rapide, une bombe qui tua 11 Palestiniens.

- Massacre de Cheikh Brik : dans la ville de Haïfa, une force sioniste attaqua, le 30 décembre 1947, le village de Cheikh Brik et tua 40 de ses habitants.

- Massacre de l’hôtel Samir Amis : dans le quartier Al-Yaqtamoun de la ville d’Al-Quds, la bande Aragon fit exploser cet hôtel, le 5 janvier, et tua tous ses occupants. 19 personnes tombèrent en martyre et plus de 20 autres furent blessés, tous des Palestiniens.

- Massacre d’Al-Quds : un membre de la bande Aragon lança, le 5 janvier, une bombe sur le portail de Java, dans la ville d’Al-Quds. 18 Palestiniens tombèrent en martyre, 41 autres furent blessés.

- Massacre des Sarayas arabes : dans ce haut bâtiment des Sarayas arabes, situé devant la célèbre horloge de la ville de Java, qui abritait le siège du Comité National Arabe, quelques bandes sionistes firent exploser une voiture pour tuer 70 Palestiniens et pour en blesser des dizaines d’autres.

- Massacre des Sarayas Al-Qadima : le 14 janvier, quelques membres de l’organisation terroriste Aragon laissèrent une voiture piégée à côté de l’ancien bâtiment d’administration de la ville de Java (saraya en arabe). Son explosion détruisit le bâtiment et tua 30 Palestiniens.

- Massacre de Haïfa : le 16 janvier, plusieurs terroristes sionistes déguisés en soldats britanniques entrèrent dans un magasin commercial, non loin de l’immeuble Al-Maghrabi, dans la rue Saladin de la ville de Haïfa, sous prétexte d’inspection. Ils y laissèrent une bombe qui le détruira et tuera 31 hommes, femmes et enfants. Plus de 60 autres Palestiniens furent aussi blessés.

- Massacre de Yazour : plusieurs membres de Haganah attaquèrent, le 22 janvier, les habitants du village de Yazour, 5 km au sud-est de la ville de Jafa. Ils tuèrent 15 personnes ; la plupart étaient encore dans leur lit !

- Massacre de la rue Abbas : plusieurs terroristes sionistes laissèrent tomber, le 28 janvier, à partir du haut quartier d’Al-Hader, un baril rempli d’explosifs sur la rue arabe d’Abbas pour détruire plusieurs maisons, tuer 20 Palestiniens et en blesser une cinquantaine.

- Massacre de Tira : un groupe de terroristes sionistes stoppèrent, le 10 février, un certain nombre d’Arabes qui retournaient à leur village de Tira, dans la ville de Tulkarem. Ils ouvrirent le feu sur eux pour tuer 7 personnes et en blesser 5.

- Massacre de Sa’sa’ : une force de la brigade Balmakh, branche de l’organisation sioniste Haganah, investit ce village de Sa’sa’ et détruit une vingtaine de maisons sur leurs habitants qui hissaient des drapeaux blancs. Sous les décombres, environ 60 Palestiniens, femmes et enfants en majorité, périrent.

- Massacre du bâtiment Al-Salam (la paix) : le 20 février, la bande terroriste Chterne volèrent une jeep militaire britannique pour la remplir et la mettre devant le bâtiment Al-Salam, dans la ville d’Al-Quds. Son explosion tua 14 Palestiniens et en blessa 26 autres.

- Massacre d’Al-Hosseïnia : le 13 mars, dans ce village, la bande de Haganah détruisit plusieurs maisons par des produits explosifs et tua plus de 30 personnes.

- Massacre d’Al-Ramla : le 30 mars, dans le marché de la ville d’Al-Ramla, 25 Palestiniens furent assassinés par des terroristes sionistes.

- Massacre du train Caire-Java : le 31 mars, cette ligne ferroviaire fut dynamitée par la bande sioniste Chterne. 40 personnes tombèrent en martyre et plus de 60 autres furent blessées.

- Massacre du train Java-Haïfa : un groupe de la bande Haganah fit exploser cette ligne ferroviaire, à proximité de Natania. 40 personnes trouvèrent la mort.

- Massacre d’Abou Kabir : le 31 mars, des divisions de Haganah attaquèrent le quartier Abou Kabir de la ville de Java, détruisirent des maisons et tuèrent les gens qui fuyaient leurs maisons.

- Massacre de Dir Yacine (9 avril) : des membres des bandes sionistes de Chterne et d’Aragon attaquèrent ce village de Dir Yacine, situé à 6 km à l’ouest de la ville d’Al-Quds, et assassinèrent tous ceux qui trouvaient dans leur chemin. De surcroît, ils mutilèrent leurs victimes et les jetèrent dans le puits du village. Ils laissèrent au moins 254 martyrs, femmes, enfants et gens âgés en majorité.

- Massacre de Qalwina (12 avril) : une force de l’organisation sioniste terroriste de Balmakh attaqua le village de Qalwina, 7 km plus loin de la ville d’Al-Quds. Plusieurs maisons furent dynamitées et 14 personnes au moins périrent.

- Massacre d’Al-Lajoun (13 avril) : ce village de la sous-préfecture de Jénine fut attaqué par la bande sioniste Haganah et 13 habitants furent tués.

- Massacre de Nasser Al-Dine (14 avril) : les bandes d’Aragon et Chterne envoyèrent une force dont les membres étaient habillés en Arabes au village de Nasser Al-Dine, au sud-ouest de la ville de Tabaria. Elle ouvrit le feu sur ses habitants pour en tuer 50 personnes. A savoir que ce village ne comprenait que 90 habitants.

- Massacre de Tabaria (19 avril) : les bandes sionistes firent exploser une maison et tuèrent 14 personnes.

- Massacre de Haïfa (22 avril) : du côté de Hadar Al-Karmel, la ville de Haïfa fut attaquée par des bandes sionistes, dans la nuit. Ils occupèrent des rues, des maisons et des bâtiments publics. Ils assassinèrent 50 Palestiniens et en blessèrent 200 autres. Les habitants voulurent faire fuir leurs enfants et leurs femmes vers la zone du port, un stade pour aller à la ville d’Akka. Mais ce groupe fut attaqué par des Sionistes. 100 personnes tombèrent en martyre et 200 autres furent blessés.

- Massacre de ‘Aïne Al-Zaïtoune (4 mai) : dans ‘Aïne Al-Zaïtoune, ce village arabe palestinien de la sous-préfecture de Safad, environ 70 captifs furent exécutés, les mains enchaînées, raconte l’écrivaine juive Natiba Ben Yahouda dans son livre "Derrière les fallacieuses".

- Massacre de Safad (13 mai) : dans la ville de Safad, la bande terroriste sioniste Haganah assassina 70 jeunes.

- Massacre d’Abou Chocha (14 mai) : des soldats sionistes de la brigade Jafati encerclèrent de tous côtés le village d’Abou Chocha, à proximité de la ville d’Al-Ramla. Ils bombardèrent le village par des balles réelles et des obus de mortier pour tuer 60 de ses habitants.

- Massacre de Beit Drass (21 mai) : une force sioniste, épaulée par des blindés, encercla le village de Beit Drass pour empêcher l’arrivée de tout secours. Puis elle le bombarda intensément en usant de ses canons et de ses obus de mortier. Un grand nombre d’enfants, de femmes, de personnes âgées qui voulaient fuir le village furent exterminés sur les entrées du village. Cet affreux massacre laissa 260 martyrs.

- Massacre d’Al-Tantoura (22 mai) : Ce qui se passa dans le village d’Al-Tantoura était un vrai carnage collectif, confirma l’Israélien Théodore Kats, dans son mémoire de DEA présenté à l’université de Haïfa. Il souligne que le village fut occupé la nuit du 22 au 23 mai 1948, par l’escadron 33 de la brigade Aleksanerouni. Pour des heures durant, les soldats de l’occupation poursuivaient et tuaient des habitants. Plus tard, le cimetière contenant les 200 corps des victimes de ce carnage sera transformé en parking servant la plage de la colonie sioniste de Dor, sur la Méditerranée, au sud de la ville de Haïfa.

- Massacre d’Al-Ramla (1er juin) : dans la ville d’Al-Ramla, des officiers sionistes donnèrent aux habitants le choix entre quitter leur ville ou l’emprisonnement collectif. Ce n’était qu’une ruse. Ils assassinèrent beaucoup de ces habitants et jetèrent leur corps sur la route publique Al-Ramlah-Allad. 25 familles y restèrent seulement.

- Massacre de Jamzo (9 juillet) : une brigade sioniste de l’armée sioniste sous le nom de Yaftah se divisa en deux parties. Une prit la route du sud pour occuper le village d’Annaba et puis celui de Jamzo. Dans ce dernier, les soldats chassèrent les habitants et ouvrirent le feu sur eux pour tuer 10 personnes.

- Massacre d’Al-Lad (11 juillet) : une unité commando sous la direction du terroriste Mochet Dayan investit la ville d’Al-Lad en tirant sur tout ce qui bougeait. Les Palestiniens, au nombre de 176, qui se protégeaient dans la mosquée de Dahach, furent massacrés. Ainsi, le nombre total du carnage s’éleva à 426 martyrs !

- Massacre d’Al-Majdal (17 octobre) : la brigade de Lihi guidée par le même terroriste de Mochet Dayan attaqua le ville d’Al-Madjal, inspecta les maisons et tira sur leurs habitants pour liquider des familles toutes entières. 200 Palestiniens dont des femmes, des enfants tombèrent en martyre.

- Massacre de ‘Aylbon (30 octobre) : l’armée de l’occupation israélienne occupa la zone de ‘Aylbon et rassembla ses jeunes, au nombre de 14, pour les tuer sur le champ.

- Massacre d’Al-Hawla (30 octobre) : la division Krmili de l’armée de l’occupation israélienne occupa le village d’Al-Hawla, et rassembla environ 70 Palestiniens pour leur tirer dessus.

- Massacre d’Arabe Al-Mowassi (2 novembre) : Arabe Al-Mowassi est une tribu arabe dont les maisons étaient éparpillées dans Akka, Tabaria et Safad. L’armée de l’occupation israélienne mit la main sur 16 jeunes de cette tribu et les tua, sous prétexte qu’ils avaient coopéré avec l’Armée de Sauvetage.

- Massacre de Majd Al-Koroum (5 novembre) : une force de l’occupation israélienne entra dans le village de Majd Al- Koroum sous prétexte de rechercher des armes. Elle regroupa ses habitants dans une place pour en tuer 8 Palestiniens.

- Massacre d’Om Al-Chof (30 décembre) : une unité de la bande Al-Atsal trouva une fusée et un pistolet chez des réfugiés palestiniens. C’était une excuse suffisante pour que cette bande tue de façon inconsidérée 7 jeunes parmi les habitants.

- Massacre d’Al-Safsaf (30 décembre) : dans le village d’Al-Safsaf, sous-département de Safad, des bandes sionistes mirent la main sur 52 hommes pour leur tirer dessus et en tuer une dizaine. Et les femmes qui les avaient suppliées de laisser leur vie sauve furent violées. 4 d’entre elles furent tuées.

- Massacre de Jiz (31 décembre) : dans le département d’Al-Ramla, des bandes sionistes investirent le village de Jiz pour tuer 13 de ses habitants, dont une femme et un nourrisson !


Zacharias – Site La Question
Sources : M. Bar-Zohar, The Armed Prophet, biographie de Ben Gourion, Londres, 1967. I.Pappé, Le Nettoyage ethnique de la Palestine, Fayard, 2008.

Publié le 17 février 2013 par bibliothequedecombat
perceval2507 and 2 more users like this.
perceval2507 likes this.
Spina Christi 2 likes this.
Bereshit likes this.
jozecat
* JACQUES KUPFER : membre de l’Organisation sioniste mondiale et du BÉTAR et co-président du LIKOUD Mondial veut faire raser Gaza sous les bombes
* MOSHE FEIGLIN : vice président de la KNESSET demande de couper l’électricté aux malades dialysés de Gaza !
* AYELET SHAKED : députée israélienne du FOYER JUIF, un parti d’extrême droite à la KNESSET, les méres de tous les palestiniens doivent mourir…
More
* JACQUES KUPFER : membre de l’Organisation sioniste mondiale et du BÉTAR et co-président du LIKOUD Mondial veut faire raser Gaza sous les bombes
* MOSHE FEIGLIN : vice président de la KNESSET demande de couper l’électricté aux malades dialysés de Gaza !
* AYELET SHAKED : députée israélienne du FOYER JUIF, un parti d’extrême droite à la KNESSET, les méres de tous les palestiniens doivent mourir
* ELAZA STERN : politicien israélien, ancien général et membre du parti Hatnuah, déclare que les bombardements de Gaza sont "bienveillants"
* Docteur MORDECHAI KEDAR, universitaire israélien déclare qu'il faut violer les mères et les sœurs des combattants palestiniens
stephane77 likes this.
stephane77
Ils ne sont pas encore disposés à recevoir un esprit propice pour la reconnaissance du Messie Jésus-Christ . La suprématie sur les autres vient du talmud qui celui ci entretien le pharisianisme . Ce qui se répercute à travers les générations .
Les Juifs antisionistes sont beaucoup plus respectables que ces colons .
perceval2507 and one more user like this.
perceval2507 likes this.
arobase34 likes this.