39:22

La dignité dans l'usage du mariage

Où l'on parle de la dignité des époux chrétiens dans leur façon de s'unir, suivant l'enseignement de la nature et de l'Église.
MarieF.
Bonjour, et merci pour cette vidéo intéressante.

Je suis d'accord avec la plupart de vos réflexions. En revanche, j'ai été très étonnée par ce que vous affirmez sur l'indignité des unions qui selon ce que vous dites ne sont correctes qu'en position "missionnaire".
Pourriez-vous s'il vous plaît me donner vos sources?

Il y a quelques années une personne non catholique m'avait dit que l'église …More
Bonjour, et merci pour cette vidéo intéressante.

Je suis d'accord avec la plupart de vos réflexions. En revanche, j'ai été très étonnée par ce que vous affirmez sur l'indignité des unions qui selon ce que vous dites ne sont correctes qu'en position "missionnaire".
Pourriez-vous s'il vous plaît me donner vos sources?

Il y a quelques années une personne non catholique m'avait dit que l'église interdisait certains positions pour l'union des époux (enseignement qu'elle avait reçu sur les banc de la fac d'histoire); je me suis renseignée auprès d'un membre du clergé de la FSSPX qui m'a expliqué que cette affirmation était fausse et qu'elle provenait d'auteur anti-catholique qui ont oeuvré pour faire perdre la Foi au travers notamment d'écrits mensongers.

Je vous conseille la lecture suivante:

SEXE CATHOLIQUE - LE PERMIS ET LE DÉFENDU
BOUVIER (Mgr Jean-Baptiste), VITTRANT (Abbé Jean-Benoît) (www.chire.fr/A-196032-sexe-c…)

Cet ouvrage est disponible en ligne ici: jesusmarie.free.fr/sexe-catholique…
(Il semblerait néanmoins qu'il soit incomplet sur cette version en ligne).

Un extrait en p. 50 de la version en ligne :
"Dans l’accomplissement de l’acte conjugal, tout ce qui, sans être absolument normal, ne s’oppose cependant pas positivement à la fin première du mariage (la procréation [et l’éducation] des enfants), n’est en soi que faute vénielle, et peut même, pour une raison proportionnée, être exempt de toute culpabilité. Il ne peut pas, en effet, y avoir, dans les conditions indiquées, de désordre grave, puisque la fonction n’est pas essentiellement détournée de son but normal. Cette règle permet de résoudre les questions qui se posent au sujet de la manière dont est accompli l’acte conjugal : position, durée, époque, fréquence… Cf. Saint Alphonse, VI, 917 ; Vigouroux, Dict. de médecine, t. IV, p.64 et 65."

Je vous remercie pour les efforts que vous faites et les vidéos que vous produisez dans le but d'aider à la sanctification de tous.
Cependant, je crois que vous avez été induit en erreur sur le point que j'évoque et cette erreur malheureuse peut-être troublante et à l'origine d'un sentiment de culpabilité et de discorde entre certains couples. Si vous approfondissez vos recherche sur cette question je serais intéressée par vos conclusions.

Bien cordialement,
MarieF.
JeanBaptiste
Ce prêtre ne sait pas de quoi il parle parce que les prêtres de la tradition connaissent rarement l'enseignement de l'Eglise en la matière : lisez n'importe quel livre (en anglais ou en français) sur la sexualité au Moyen-Âge, ils citent bien Saint Albert le Grand ou encore Saint Bernard (entre autres), qui ont expliqué qu'il n'y avait qu'une seule manière parfaitement digne de s'unir entre …More
Ce prêtre ne sait pas de quoi il parle parce que les prêtres de la tradition connaissent rarement l'enseignement de l'Eglise en la matière : lisez n'importe quel livre (en anglais ou en français) sur la sexualité au Moyen-Âge, ils citent bien Saint Albert le Grand ou encore Saint Bernard (entre autres), qui ont expliqué qu'il n'y avait qu'une seule manière parfaitement digne de s'unir entre époux, toute autre étant au moins en partie peccamineuse. Ce n'est pas pour rien, encore une fois, qu'on parle de la position dite "du missionnaire".

Le livre que vous citez a été censuré par les modernistes qui l'éditent, certains passages ont été retirés par eux parce qu'ils refusent l'enseignement traditionnel. De mémoire je crois que ces passages étaient relatifs à la condamnation d'Innocent XI (doctrine que les prêtres de la tradition ne connaissent presque jamais).
JeanBaptiste
Si jamais vous êtes intéressée, j'ai réussi à récupérer, avec l'aide d'un ami, un article universitaire qui démontre que les Pères de l'Eglise et les théologiens se sont souvent préoccupés de cette question des positions sexuelles jusqu'à une période récente, et ils disaient bien que cela impliquait un péché. Je le répète un péché véniel demeure un péché, et il y a des péchés véniels qui sont en …More
Si jamais vous êtes intéressée, j'ai réussi à récupérer, avec l'aide d'un ami, un article universitaire qui démontre que les Pères de l'Eglise et les théologiens se sont souvent préoccupés de cette question des positions sexuelles jusqu'à une période récente, et ils disaient bien que cela impliquait un péché. Je le répète un péché véniel demeure un péché, et il y a des péchés véniels qui sont en quelque sorte à la frontière du péché mortel. En dehors de la position du missionnaire et de ses variantes on tombe dans des pratiques indécentes et avilissantes pour la femme.

Chez les Pères de l'Eglise le vocabulaire était très pudique, ils ne parlaient pas de positions sexuelles mais d' "embrassements".

Je précise que la brochure est en anglais...
AveMaria44
1262
p.1 Il est souhaitable que les hommes et les femmes, dans les églises, soient groupés séparément, selon l'ancienne discipline.
Catholique et Français
J'ai vu avec admiration cette séparation il n'y a pas si longtemps, en 1993, dans une église de la campagne alsacienne, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg. Je trouve que c'est effectivement une excellente et sainte habitude.
AveMaria44
Je crois me souvenir que cela se pratique aussi en Corse.C'est une prescription du droit canon fort réaliste et catholique, les femmes côté épître, les hommes côté évangile.
DDFG5
Ce serait si bien, et jupe longue jusque 'aux pied pour les femmes, avec voile bien couvrant et non une mantille qui laisse voir la nuque
Tcim1401
Chère ami soyez béni pour vos paroles inspirées !! Très salutaires pour le salut de nos âmes. 👏
AveMaria44
La dignité du catholique est celle de membre de Jésus-Christ, de temple du Saint-Esprit.

« Reconnais, ô chrétien, ta dignité ; et, entré en participation de la nature divine, veille à ne pas retomber par une conduite indigne dans ton ancienne bassesse. Souviens-toi de quelle Tête et de quel Corps tu es membre. » Saint Léon le Grand,