Clicks850
GChevalier
61

Témoignage-choc et réflexion lucide sur la conciliaire sodomite et antéchristique

Article précédent : L'Antéchrist noie le poisson : opération réussie à 100% !

* * *

Sodome : un couple d’hommes homosexuels mort enlacés

L’ex-séminariste et le théologien :
des messages à reconstruire à partir de la vérité


Blog d'Aldo Maria Valli, 12 septembre 2018

Les positions sur la question des abus dans l’Église continuent d’être prises. Parmi les plus claires et les plus significatives, je voudrais en souligner deux : la première est la lettre ouverte aux évêques d’un ancien séminariste, la seconde est contenue dans un article d’un théologien allemand.

Commençons par la lettre. Il s’appelle Paul Wood et il a écrit à la Conférence des évêques canadiens pour demander quelles mesures les évêques ont l’intention de prendre contre « la pratique indéniable de l’homosexualité débridée et des abus sexuels dans nos paroisses, écoles et séminaires ».

Envoyée en copie à un avocat et adressée en particulier à l’attention de l’archevêque de Toronto, le cardinal Thomas Collins, la lettre ( www.churchmilitant.com/…/one-mans-open-l… ) provient du grand tumulte provoqué par le cas de l’ancien cardinal McCarrick et le mémorial publié par l’archevêque Carlo Maria Viganò, mais veut être avant tout l’histoire d’une expérience.

Wood (aujourd’hui enseignant, titulaire d’un diplôme en langues modernes, d’une maîtrise en études religieuses et d’un diplôme en théologie) a été séminariste à St. Augustine’s de Toronto de 1980 à 1981 et écrit qu’à l’époque, les activités gaies étaient courantes et fréquentes, orgies organisées par le père John Tulk. Aux séminaristes stupéfaits, le recteur, le père Brian Clough, répondit : « Si ça ne vous plaît pas, partez. » Wood envoie ensuite un rapport à l’évêque auxiliaire chargé de suivre la vie du séminaire, Aloysiur Ambrozic (futur archevêque de Toronto, décédé en 2011), mais sans succès.

Ici, dit Wood, c’est exactement le chemin que vous, les évêques, n’avez plus à prendre. « Nous savons que le problème, c’est l’homosexualité. J’ai deux maîtrises et je sais ce qui se passe. Ma vocation et celle de beaucoup de bons candidats au sacerdoce a été détruite à cause de l’homosexualité et de recteurs amis des homosexuels. Et personne ne peut dire que j’étais partial et malveillant. J’étais plein de dévotion, dévoué et respectueux. »

Eh bien, Wood dénonce : « Je n’ai jamais entendu un évêque ou un prêtre s’élever contre l’homosexualité. » Au contraire, la culture gay est très répandue dans les milieux religieux. La dissimulation, l’acceptation et même la promotion de l’homosexualité dans l’Église sont telles que certains croient maintenant que nous voulons aller jusqu’à la considérer comme normale, mais « nous ne la tolérerons plus ». Beaucoup sont en fait horrifiés par l’insensibilité du clergé à l’égard des nombreuses victimes d’abus homosexuels commis par des clercs.

Quand certains d’entre nous, dit Wood, ont dénoncé la situation et les péchés liés à l’homosexualité, nos dirigeants nous ont fait sentir « déraisonnables, dépassés, ennuyeux ».

Paul Wood envoie un message clair aux évêques : même si c’est difficile pour les évêques, parce qu’ils craignent d’aller à l’encontre du sentiment commun, leur tâche précise reste d’affronter le problème des clercs homosexuels qui deviennent prédateurs. Malheureusement, ajoute-t-il, les évêques ne semblent pas trop préoccupés par les vies qu’ils ont détruites ou par les milliards de frais juridiques et de réparations. « Tout bon athée serait dégoûté par ce viol constant de notre jeunesse et l’éradiquerait immédiatement. Mais vous, au nom de l’Église et de la charité chrétienne, vous ne l’avez pas fait. »

« Que pensez-vous que nous, catholiques, pouvons ressentir face au refus froid de protéger les jeunes et à l’invitation à garder le silence sur les activités qui détruisent des vies humaines ? Nous savons que vous êtes tous conscients de la réalité parce que nous vous en avons informés. »

Wood ajoute : « J’ai moi-même vu les photos de McCarrick nu à quatre pattes sur le lit d’un séminariste. » Pourtant, McCarrick a continué à le faire pendant des années, pendant des décennies, sans qu’un évêque n’intervienne. « L’Église reviendra-t-elle enfin enseigner ce qu’elle a toujours enseigné sur l’homosexualité ? » « Maintenant, nous sommes très informés, outrés et préoccupés par notre Église et notre peuple, apparemment plus que vous. Vous devez vous ressaisir. Vous rendez notre Église insignifiante, un paradis gay. Encourager des évêques et des cardinaux amis des homosexuels, comme le cardinal Joseph Tobin, le père James Martin, le cardinal Kevin Farrell et d’autres, n’aide pas. »

« Cette fois, on ne part pas. Nous vous avons fait confiance pendant 50 ans. Plus maintenant ! Nous ne tolérerons pas le rejet de nos rapports et de nos reportages, afin que la saleté puisse continuer. Répondez-nous en nous disant ce que vous avez l’intention de faire pour aborder l’activité homosexuelle parmi le clergé dans l’Église et quand et comment vous allez prêcher sur les enseignements moraux de l’Église pour condamner la prédation homosexuelle du clergé. »

Entre-temps, un théologien et juriste ecclésiastique allemand, Markus Büning, déclare avec force qu’indiquer dans le « cléricalisme » la racine du drame des abus (thèse adoptée par François dans sa Lettre au Peuple de Dieu) signifie seulement « lever un écran de fumée » et cacher une autre opération, à savoir frapper des prêtres qui restent fidèles aux traditions et déterminés à combattre des positions modernes en matière liturgique, doctrine et morale.

Büning écrit dans l’article Nicht der "Klerikalismus" ist das Problem, sondern oberhirtliche Ablenkungsmanöver ( charismatismus.wordpress.com/…/nicht-der-kleri… ) : « Pendant des jours, nous avons dû écouter la répétition constante, par nos pasteurs suprêmes, de l’idée que le problème à la base de la crise des abus - à savoir les abus sexuels des enfants et adolescents par les prêtres - est le cléricalisme. Le Pape François a été le premier à le dire dans sa Lettre aux fidèles. »

Cependant, selon le théologien, cette explication n’aide pas à résoudre le vrai problème, à savoir l’homosexualité au sein du clergé. Elle est aussi utilisée de manière instrumentale : puisque les champions du « cléricalisme », selon cette thèse, sont les prêtres de la tendance conservatrice, ne voulant pas faire de compromis avec le modernisme rampant, se retrouvent dans le collimateur des critiques qui leur sont adressées.

Mais l’opération, dit Büning, a été dévoilée. Il est maintenant clair qu’à quelques exceptions près, les bergers ne veulent pas parler d’homosexualité parce qu’ils ont peur d’aller à l’encontre de la pensée dominante, alimentée par les médias, et ils ne veulent pas se sentir homophobes.

Tout à fait singulier, dit alors le théologien, se référant en particulier à l’Allemagne, c’est que beaucoup d’évêques allemands découvrent soudain l’importance de la fidélité au pape, alors que sous Jean-Paul II et Benoît XVI, rien de tel ne s’est jamais ressenti. Ils parlent ainsi parce que l’agenda de Bergoglio favorise l’affirmation de leur agenda : une Église qui ne juge pas (l’auteur le définit comme « l’Église de l’arbitraire »), une amie du monde, une Église qui peut enfin mériter la louange de tous et non la réprobation. Et c’est aussi la raison pour laquelle tant de médias, expression de la culture sécularisée, restent pour la plupart silencieux sur les responsabilités des hiérarchies dans les scandales, alors que leurs attaques battaient des records sous le pontificat de Benoît XVI.

L’opération (« astuce », dit l’auteur) ébranle l’Église dans ses fondements, mettant en péril son unité. Mais « tous les évêques qui agissent maintenant d’une manière aussi peu critique devraient se demander s’ils n’abusent pas du pouvoir. Leur cléricalisme ne vise qu’une seule chose : faire plaisir au monde. Mais je demande à ces évêques : quel usage ont-ils fait de leur pouvoir au cours des dernières décennies en ce qui concerne les abus liturgiques, les abus de chaire, l’éducation religieuse hérétique, la défiguration de l’intérieur des églises, et ainsi de suite. »

« Les tiroirs des bureaux des évêques allemands sont pleins de lettres de plainte à ce sujet, mais très probablement les lettres ont déjà été déchiquetées. Les évêques n’ont rien fait. Mais évêque signifie surintendant, superviseur [Aufseher], et non quelqu’un qui déforme ou détourne les yeux [Wegseher] ! »

« La plupart de ces pasteurs ont, pendant des décennies, permis à cette Église de devenir une caricature, dans laquelle la foi et la piété se sont pour la plupart évaporées. Et quand certains évêques pensaient différemment, le seul désir était de s’en débarrasser le plus vite possible. »

Rien ne changera, conclut Büning, jusqu’à ce que les évêques reprennent l’exercice de leur charge telle qu’elle leur a été donnée par Dieu et telle qu’elle doit être exercée selon la tradition de l’Église.

Source : www.aldomariavalli.it/…/lex-seminarista…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Latradizione
"Vous la reconnaîtrez à ses fruits". Pourquoi s'étonner de ce qui se passe ? Pourquoi vouloir à tout prix sauver cette fausse église qui éclipse la vraie Eglise Catholique reléguée aux catacombes, je veux parler de la Tradition ? C'est le dernier moment de sortir de Babylone et de monter dans les chaloupes de la Tradition. Arrêtons de perdre notre temps ! Il faut se sanctifier, enrichir les …More
"Vous la reconnaîtrez à ses fruits". Pourquoi s'étonner de ce qui se passe ? Pourquoi vouloir à tout prix sauver cette fausse église qui éclipse la vraie Eglise Catholique reléguée aux catacombes, je veux parler de la Tradition ? C'est le dernier moment de sortir de Babylone et de monter dans les chaloupes de la Tradition. Arrêtons de perdre notre temps ! Il faut se sanctifier, enrichir les rangs des combattants dont l'arme est le chapelet, le Sacrement de pénitence et la Très Saint Eucharistie, pour qu'enfin le Cœur Immaculé de Marie triomphe. Ne serait-il pas temps de chercher comment sauver son âme et prier pour la conversion des hérétiques ? La Tradition est la seule référence fixe et solide en matière de Foi et de Morale, il n'existe aucune autre référence, ni Jean XXIII, ni Paul VI, ni Jean-Paul II, ni Benoit XVI, sans parler de François, ne sont des références, car la cause est à chercher dans le modernisme et le libéralisme qui fondent l'église conciliaire. Cette église moderne n'a pas les ressources de faire le ménage en son sein, car immédiatement un autre moderniste reprendra les rennes. Pour cet ultime combat, il faut affirmer la Vraie Foi Catholique. Seule la Tradition peut l'affirmer aujourd'hui. Les Cardinaux, Evêques et Prêtres conciliaires qui ne veulent plus de ces scandales doivent se rendre à l'évidence de l'origine du problème. Ils doivent remonter jusqu'aux causes du problème. S'ils le font honnêtement, ils doivent renoncer au modernisme et au libéralisme et donc au Concile Vatican II, sinon ils ne feront que repousser le problème à plus tard. Il n'y a pas trois églises, mais seulement deux : une fausse église conciliaire moderne et la Seule Vraie Eglise Catholique qui ne peut être que celle suivant la Tradition Apostolique.
Les années 1980 et qui à dit que le malin n'est pas dans les murs du Vatican depuis 1959 .il fallait voir la débandade à cette époque,nous ne somme plu très nombreux à comprendre cela .
Latradizione likes this.
Etienne bis likes this.
AJPM
- Je n'y comprends plus rien
À tout ton baratin,
Et si d'autres t'entendaient,
Comme moi, sûr ils diraient.
- Seuls me comprennent très bien
Tous nos frères trois-points :
Hiram mort et ressuscité
Figure l'Homme damné.
Nous marcherons sur les eaux
Comme fit Diana Vaughan,
Et tu verras Bergoglio
Dans les nuées s'envolant.
- Tu me racontes des histoires !
- Attends un peu pour voir
Car tu verras bien davantage
Si ce type est du New Age...
Montfort AJPM
- Mais ce sont des tours de passe-passe !
- Nous ne faisons que cela
Et notre bienheureux François
Connaît très bien notre nasse.
Et nous avons bien d'autres tours
Que tu ne peux pas imaginer :
Quand le temps sera arrivé,
Nous les mettrons au grand jour.
GChevalier
Il n'est pas de maladie, si pernicieuse soit-elle, qui ne doive céder sur-le-champ au nom de Marie ;
Tous les vices sont résumés dans la personne de l'Antéchrist, n'est-ce pas Bergoglio ?