Gloria.tv And Coronavirus: Huge Amount Of Traffic, Standstill in Donations
Clicks724
GChevalier
4

Poutine-Rouge, Chine-Rouge, Vatican-Rouge, ou le triangle des Bermudes

Article précédent : Depuis avant-hier, la Terre ne tourne plus rond mais carré : t'as remarqué ?

* * *

Le communisme
« ressemble beaucoup »

au christianisme,
affirme Vladimir Poutine


par Jeanne Smits, Réinformation.TV, le 19 janvier 2018


Tant pis si le communisme a tué au bas mot 100 millions de personnes selon les estimations les plus modestes ; tant pis s’il a réduit d’autres centaines de millions d’êtres humains en esclavage, comme il sied un système « intrinsèquement pervers » que rien ne peut justifier. Le président russe Vladimir Poutine vient de participer à une émission commentée par rt.com, « proche du Kremlin » selon l’expression consacrée, où il affirme que le communisme « ressemble beaucoup » au christianisme et que son idéologie court en filigrane dans toute la Bible.

Une première remarque : le communisme marxiste-léniniste n’est pas une idéologie, ce n’est pas un système de pensée ou de valeurs, c’est une praxis qui justifie tout et son contraire pourvu que l’objectif de l’installation de la société sans classes et de la Révolution soit servi. C’est pourquoi le communisme est à l’opposé de la religion : il ne connaît ni vérité ni morale, ne vaut que ce qui sert le Parti.

Vladimir Poutine a également comparé la vénération réservée à la momie de Lénine, toujours exposée sur la Place Rouge, au culte des saints chrétiens.

Vladimir Poutine voit le fil conducteur du communisme dans l’Écriture sainte

Il s’exprimait ainsi dans un entretien réalisé pour les besoins du documentaire Valaam, du nom d’un monastère orthodoxe que fréquente le président russe et dont des extraits ont été diffusés par la première chaîne de la télévision d’État.

« Je vais peut-être dire quelque chose qui va déplaire, mais c’est ainsi que je le vois : d’abord, la foi nous a toujours accompagnés, se renforçant chaque fois que notre pays, notre peuple ont traversé des temps difficiles. Il y eut ces années d’athéisme militant où des prêtres ont été éradiqués, des églises détruites, mais en même temps une nouvelle religion était créée. L’idéologie communiste est très semblable au christianisme en réalité : la liberté, l’égalité, la fraternité, la justice – tout cela était exposé dans l’Écriture sainte, tout y est. Quant au code du constructeur du communisme ? C’est une sublimation, ce n’est qu’un extrait très primitif de la Bible, on n’a rien inventé de nouveau », a-t-il dit.

Remarquez au passage la trilogie révolutionnaire, républicaine et maçonnique invoquée par Poutine pour caractériser le christianisme : liberté, égalité, fraternité. Il ne fait pas de doute que l’idéologie de 1789 a préparé le terrain à la Révolution d’octobre, et c’est – litote – une meilleure référence historique pour la comprendre que la foi chrétienne, le Décalogue et toute l’histoire du salut. On est là aux antipodes de la Révélation, qui nous dit la paternité divine est la source divine de toute autorité, qui ne fait pas de la liberté un absolu mais le fruit de la vérité, et qui respecte les hiérarchies naturelles et surnaturelles plutôt que de diviniser l’égalité.

Le communisme ressemble beaucoup au christianisme et le culte de Lénine à celui des saints…

A propos de Lénine, Poutine a déclaré : « Voyez, Lénine a été placé dans un mausolée. En quoi cela est-il différent des reliques des saints pour les chrétiens orthodoxes voire pour les chrétiens tout court ? Lorsqu’ils affirment qu’il n’y a par une telle tradition dans le christianisme, eh bien pourquoi… Allez donc jeter un œil à Athos, on trouve les reliques des saints là-bas, et nous avons des saintes reliques ici. »

Aussitôt, les paroles du président russe ont été relevés avec satisfaction par les membres du parti communiste russe qui y voient le point final à la controverse sur la présence de la momie de Lénine sur la Place Rouge, controverse déclenchée dès les premiers jours de la « Perestroïka » dans les années 1980 par ceux qui ne voulaient plus du culte de la plus haute figure de la révolution bolchevique. Le vice-président de la Douma, le communiste Ivan Melnikov, est cité par l’agence Interfax comme ayant réagi en ces termes : « Je crois que ces paroles du président arrondissent très efficacement et très raisonnablement les angles par rapport au thème du mausolée. »

Il a ajouté : « Les communistes et toutes les forces patriotiques de gauche [en Russie] comprennent que le communisme est aussi proche du christianisme que la forme de capitalisme qui existe aujourd’hui dans notre pays et dans notre économie est éloignée du christianisme. »

Au sens religieux, affirmer la proximité du communisme avec le christianisme est au mieux une ineptie. Reste la collusion entre le communisme soviétique et l’Église orthodoxe, selon une vieille tradition césaro-papiste de l’orthodoxie. Alex Newman du New American rappelle qu’ayant échoué dans son projet barbare d’anéantir le christianisme orthodoxe, l’URSS à travers sa police politique a essayé de le mettre à son service pour mieux le neutraliser.

Le communisme a su instrumentaliser le christianisme

Les responsables actuels de l’Église orthodoxe russe ont précisément des liens avec cette période. En 2009,Vladimir Mikhailovich Gundyaev, aujourd’hui métropolite mieux connu sous son nom religieux de Kirill ou Cyrille, est devenu le patriarche de Moscou et de toute la Russie – mais dans une vie antérieure il fut longtemps agent du KGB sous le nom de Drozdov (« Merle »), tout comme les deux autres candidats malheureux au poste qu’il allait occuper à la tête de l’église orthodoxe russe avaient eux aussi été membres du KGB.

En tant qu’agent, il n’était pas un simple indicateur comme il y en a eu des millions en Union soviétique : il était officier d’active de l’organisation, comme l’a souligné un ancien correspondant à Moscou, David Satter, dans Forbes Magazine en 2009. A l’instar de Poutine, lui aussi ancien du KGB, le patriarche Kirill n’a jamais présenté d’excuses aux son appartenance à cette organisation de police politique qui a tant de sang sur les mains.

Si l’orthodoxie est aujourd’hui à l’honneur en Russie, il n’en va pas de même pour d’autres dénominations chrétiennes, notamment les évangéliques ou les baptistes dont l’activité est étroitement surveillée et au moins partiellement interdite.

Vladimir Poutine salue le communisme comme la religion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité

N’oublions pas, souligne Alex Newman, que Marx lui-même n’avait rien d’un chrétien. Souvent présenté comme athée, il a pourtant chanté la gloire de Lucifer dans certains de ses poèmes. Relire à ce sujet Marx et Satan du pasteur luthérien Richard Wurmbrand – torturé pendant 14 ans dans les geôles communistes roumaines : pour lui, « le communisme chrétien est une impossibilité utopique, un cauchemar d’exploitation. La théologie de la révolution est une absurdité patente, une contradiction dans les termes ».

Pourquoi Poutine se livre-t-il à cette caricature ? Ou pour être plus précis : à quoi sert-elle sinon à aboutir à un christianisme dénaturé ou à faire accepter l’idée que le communisme soit un bel idéal ?

Et – question plus importante peut-être les temps qui courent – qu’est-ce qui explique l’ascendant dont jouit Poutine parmi de nombreux conservateurs occidentaux anti-libéraux qui tombent dans son panneau dialectique ?

Source : reinformation.tv/communisme-ress…

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Le pontificat de François,
une chance unique pour la Chine communiste
de résoudre son « problème catholique »


par Olivier Bault, Réinformation.TV, le 2 août 2018

La religion chrétienne – et en particulier l’Église catholique – a toujours été un problème pour les régimes totalitaires. Mais apparemment, avec le pape François, le régime totalitaire qui sévit en Chine pourrait bientôt régler son « problème catholique ». Ce ne sont pas des catholiques hostiles au pape François ni même des membres de l’Église catholique légitime de Chine qui le disent, ce sont les communistes chinois eux-mêmes. Plus précisément, c’est un article du Global Times, organe de presse en langue anglaise du Parti communiste chinois (PCC), qui l’affirme, en prêtant l’assertion suivante à un universitaire spécialiste de la religion : « Le pape François vient d’Amérique latine et il a une bonne compréhension des marxistes à cause de la théologie de la libération qui était populaire en Amérique latine, et il pense que les communistes chinois sont peut-être similaires aux marxistes d’Amérique latine. »

Les communistes chinois comptent sur le pape François pour les aider à résoudre leur « problème catholique ».

Selon les experts du Global Times, le pontificat de François serait une occasion en or pour la Chine d’améliorer ses relations avec le Vatican, ce qui « pourrait être bénéfique pour l’Église, la Chine et le monde ». Pour illustrer l’embellie historique dans les relations entre le régime communiste chinois et le Vatican, le Global Times énumère des documentaires et des films mettant en scène la religion catholique qui ont été émis ces derniers temps par les chaînes de télévision chinoises, parmi lesquels « Le pape François : un homme de parole » de Wim Wenders.

Parallèlement, le régime communiste accélère son effort de « sinisation » du catholicisme chinois. Dans le cadre de cet effort, le contrôle de la pratique religieuse est intensifié, avec de nouvelles dispositions légales interdisant tout culte en dehors des lieux et des moments désignés par les autorités et également toute participation de mineur de moins de 18 ans à un office religieux. Les églises ont été enjointes à cet effet d’afficher sur leurs portes des avis interdisant l’entrée du bâtiment aux mineurs. La sinisation des religions fait partie du nouveau plan quinquennal pour parfaire le socialisme dans l’Empire du Milieu. Sous couvert d’adaptation des religions à la culture chinoise, ce plan impose aux religions d’intégrer dans leur doctrine et leurs pratiques la poursuite des idéaux communistes.

Quand le Vatican vante la mise en œuvre de la doctrine sociale de l’Église par la Chine communiste…

C’est ce qui fait dire au cardinal Zen, évêque émérite de Hong Kong, que l’accord négocié entre Pékin et le Vatican en vue de faire reconnaître par le Saint-Siège l’Église patriotique de Chine et ses évêques nommés par les communistes est en réalité un abandon de l’Église de Chine au régime communiste. Cette impression des catholiques de l’Église légitime de Chine, persécutés depuis le début de la dictature communiste, ne peut qu’être renforcée par les propos de certains prélats du Vatican, tel l’évêque argentin Marcelo Sánchez Sorondo, chancelier de l’Académie pontificale des sciences sociales et proche du pape François, qui déclarait il y a quelques mois, après un voyage en Chine : « En ce moment, ceux qui mettent le mieux en œuvre la doctrine sociale de l’Église sont les Chinois ». Pas étonnant, donc, que l’organe de presse du PCC vante la bonne compréhension des marxistes par le pape François. On croirait presque entendre un ancien officier du KGB soviétique expliquer que « L’idéologie communiste est très semblable au christianisme en réalité : la liberté, l’égalité, la fraternité, la justice – tout cela était exposé dans l’Écriture sainte, tout y est. »

Source : reinformation.tv/chine-communist…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU


>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Notre Dame nous à dit.
Que le communisme se veut supérieur au Catholicisme ,notre Dame bous la dit en 1917 à Fatima et mis a pare les vrais Catholiques ,la multitude à rigoler et nous à traiter d'idiots de croire à de telles histoires et c'est bien pour cela que la terreur ,votre Jean XXIII à dit de Fatima une histoires de gaminerie 1960.
Montfort AJPM
Ne savez-vous pas, commentateurs,
Vous qui barbotez dans le beurre,
Que c'est lui-même, Bergoglio,
Qui s'est qualifié de crapaud ?
Renseignez-vous donc un peu
Et ne soyez plus des neuneus :
C'est pourquoi je ne réponds pas
À vos propos plus que bas.
GChevalier
Dieu est bon et il désire t'aider ;
Si tu veux un coup de main, dit Antéchrist, appelle-moi au 666 et j'arrive tout de suite en forme de crapaud rouge !