Clics772

Sainte Julienne de Nicomédie

Santus
1
16 Février Ste JULIENNE DE NICOMÉDIE, VIERGE ET MARTYRE 299. Dès ses plus tendres années, elle embrassa le christianisme, quoique ses parents, fussent extrêmement zélés pour le culte des faux …Plus
16 Février Ste JULIENNE DE NICOMÉDIE, VIERGE ET MARTYRE 299. Dès ses plus tendres années, elle embrassa le christianisme, quoique ses parents, fussent extrêmement zélés pour le culte des faux dieux. En âge de se marier, elle fut recherchée par un jeune noble nommé Evilatius, à qui ses parents la promirent sans la consulter. Mais la sainte fille, pour gagner du temps et trouver un prétexte de rompre son mariage, fit dire à son prétendant qu'elle ne consentirait jamais à l'épouser, avant qu'il eût d'abord obtenu de l'empereur la dignité de préfet de la ville, c'est-à-dire de premier magistrat de la judicature. Cette condition sembla rude à Evilatius. Il était si passionné pour Julienne, que pour lui complaire, il employa tout son crédit et acheta bien cher cet office. ensuite il la fit avertir, l'assurant qu'elle serait mariée à un préfet, comme elle le désirait. Julienne, ne sachant plus comment se défaire de ses poursuites, lui fit savoir qu'elle était chrétienne, et qu'elle n'épouserait jamais un homme d'un autre religion que la sienne. elle le suppliait d'embrasser la foi de Jésus-Christ, afin qu'il pussent vivre ensemble dans une sainte union et dans une conformité de croyance. Evilatius fut extrêmement troublé de ce message. Il en avertit le père de Julienne. celui-ci parla d'abord à sa fille avec tout l'artifice que l'amour paternel et le zèle des faux dieux lui put fournir, s'efforçant de l'engager à épouser le nouveau préfet. voyant qu'il ne gagnait rien, il y ajouta les menaces et les terreurs. puis, il en vint aux fouets, à la prison et aux fers. Connaissant que la résolution de sa fille était inébranlable, et qu'elle ne consentirait jamais au mariage, si son époux n'était chrétien, il la mit entre les mains de son prétendant. Evilatius, en qualité de préfet, la fit aussitôt comparaître à son tribunal, quoiqu'il fût tout bouillant de colère. la beauté qu'il aimait encore éblouit tellement ses yeux, qu'il sentit en lui-même un combat d'amour et d'indignation. l'amour, triomphant de la fureur, il lui parla doucement, l'exhortant à le prendre pour mari, et l'assurant qu'il ne l'empêcherait pas d'être chrétienne, et que lui-même se ferait chrétien, si cela se pouvait accorder avec le respect qu'il portait aux édits des empereurs. Il ajouta qu'il lui conseillait en époux, ce qui lui était le plus avantageux. Si elle ne voulait pas le croire, elle serait condamnée à mort. Prévenue des bénédictions de son Epoux céleste, Julienne n'eut d'oreilles, ni pour ces ordres ni pour ces menaces. elle répondit avec une générosité chrétienne que, quand elle devrait être brûlée toute vive ou dévorée par des bêtes sauvages, elle ne changerait point de résolution. Le préfet, irrité jusqu'à la rage par cette réponse, la fît cruellement fouetter d'une façon toute extraordinaire. il commanda qu'elle fût suspendue en l'aîr par quatre courroies. Il la fit battre si longtemps à coup de nerfs de boeuf et de verges d'osier vert, que les bourreaux se lassèrent. ce tyran lui disait, en l'insultant, que ces coups n'étaient que l'ombre de ce qu'il lui ferait souffrir. Julienne répliqua qu'elle espérait que Dieu lui donnerait la force et le courage de souffrir tous les supplices, et qu'il serait plus tôt las de frapper, qu'elle de souffrir. Ensuite, elle fut suspendue en l'air par les cheveux, ce qui dura si longtemps, qu'il n'y en eût pas un qui ne fût arraché. On brûla ses flancs. On fit percer ses mains avec un morceau de fer chaud. puis, On la renvoya en prison. Elle n'y fut pas plus tôt qu'elle se mit en prières. pendant son oraison, le démon se présenta à elle sous la forme d'un ange de lumière. Le démon lui dit que le préfet avait préparé des tourments, bien plus horribles. que Dieu ne voulait pas qu'elle les endurât. qu'au sortir de la prison, elle devait obéir à la volonté des empereurs, et ne point faire difficulté de sacrifier. Julienne s'aperçut que ce conseil venait du démon et non pas d'un ange de lumière. Julienne pria Dieu de la fortifier toujours dans ses combats, et de lui découvrir la qualité de celui qui la voulait tromper sous le masque d'un ange. Elle entendit une voix du ciel qui lui dit : « Julienne, aie bon courage. je suis avec toi. arrête celui qui te parle, je te donne puissance de lui faire dire son nom ». Cette voix fut aussitôt suivie d'un miracle, car la vierge se trouva saine et libre. s'étant relevée de terre, elle aperçut un démon enchaîné à ses pieds. elle le traita comme un esclave. Elle lui demanda qui il était, pourquoi il était venu là, et qui l'avait envoyé. Le démon répondit qu'il était un des principaux ministres de Satan, qui l'avait envoyé afin de la séduire comme il en avait trompé une infinité d'autres. A ces paroles, l'innocente vierge le garrotta et le chargea de coups. cet infâme monstre fit voir qu'il les sentait. Il se plaignit qu'après avoir triomphé de tant de fidèles, il était maintenant vaincu par une fille. Le préfet commanda que Julienne, si elle était encore en vie, fût amenée devant son tribunal. Elle y vint aussitôt, traînant après elle son ennemi enchaîné. Elle parut aussi saine que si elle n'avait rien souffert, et avec une beauté qui était au-dessus de tout ce qu'on peut imaginer. Evilatius, étonné et persistant toujours en sa fureur, fît chauffer un four. Il ordonna que Julienne fût jetée dedans. Mais le feu perdit sa force. par ce nouveau miracle, le peuple qui était présent fut si touché, qu'il commença à crier qu'il n'y avait point d'autre Dieu, que le Dieu de Julienne. plus de cinq cents personnes embrassèrent la religion chrétienne. Ces personnes furent mises à mort parle commandement du préfet. Il y eut aussi cent trente femmes qui firent de même, et ne se montrèrent pas moins vigoureuses que les hommes. Tout cela ne servit qu'à animer de plus en plus la rage de ce juge cruel. Il fit jeter la vierge dans une grande chaudière pleine d'huile bouillante. Julienne y trouva du rafraîchissement. L'huile bouillante toute enflammée, rejaillit sur les bourreaux et les ministres de l'injustice. le préfet ne sachant plus que faire, la condamna à avoir la tête tranchée. le démon, la voyant aller au supplice, excitait les exécuteurs à la tuer vivement pour être délivré de ses mains. Julienne, regardant le démon d'un visage sévère et terrible, le fit trembler de crainte. aussitôt, le démon disparut. Julienne pria Dieu. après, elle présenta la tête au bourreau. Il lui donna le coup de la mort. C'est ainsi qu'elle s'envola au ciel pour y recevoir les deux couronnes de Vierge et de Martyre.
Source : Les petits bollandistes
.
Biographies audio
Biographies texte
Violaine partage cela.
Sainte Julienne de Nicomédie a beaucoup souffert pour sa Foi chrétienne !