Clicks1.8K

Puisque Vincent Peillon vous dit que c'est une rumeur, croyez-le.

Bereshit
92
Deux plus deux égale cinq, vive la démocratie républicaine laïque vectrice du progrès!
Roy-XXIII
Petit + sur le sujet de la contribution de siloanePeillon trahi par "SOS Homophobie" !

Article du décembre 2012 ► SOS Homophobie perd son agrément

L'association, qui intervient dans les classes pour les sensibiliser à l'homophobie, n'entend pas suspendre ses activités.
C'est un coup dur pour l'association SOS homophobie. Le tribunal administratif de Paris vient en effet d'annuler son …More
Petit + sur le sujet de la contribution de siloanePeillon trahi par "SOS Homophobie" !

Article du décembre 2012 ► SOS Homophobie perd son agrément

L'association, qui intervient dans les classes pour les sensibiliser à l'homophobie, n'entend pas suspendre ses activités.
C'est un coup dur pour l'association SOS homophobie. Le tribunal administratif de Paris vient en effet d'annuler son agrément, délivré par le ministère de l'Education nationale et dont elle bénéficiait depuis 2009 en tant qu'association éducative complémentaire de l'enseignement public. "Cet agrément, c'est une sort de label, qui reconnaît la valeur de nos interventions", explique Elisabeth Ronzier, présidente de SOS Homophobie, interrogée par Europe1.fr.
"insuffisament nuancé". Selon le tribunal administratif, saisi par la confédération nationale des associations familiales catholiques, la perte de l'agrément s'explique par le contenu d'un "module de sensibilisation". Ce document, créé pour les intervenants de l'association et qui n'était pas distribué aux élèves, est selon le juge "insuffisamment nuancé". "C'est ça, le plus incroyable", s'étonne Elisabeth Ronzier. "Le tribunal administratif ne critique pas le fond de notre travail, mais la forme".
• Des retours positifs.
"Ca nous surprend beaucoup. Nous trouvons ça dommage, dans la période actuelle. La loi sur le mariage pour tous a lancé un grand débat dans la population, qui connait malheureusement des dérapages". Selon Elisabeth Ronzier, c'est d'autant plus surprenant que les établissements scolaires sont plutôt demandeurs. L'an dernier sur 533 classes visitées, elle affirme n'avoir eu "que des retours positifs".
• Les interventions continueront. Pour SOS Homophobie, la perte de l'agrément n'aura aucune conséquence. "Cet agrément n'est pas obligatoire pour faire des intervention en milieu scolaire", souligne la présidente de l'association. "On travaille déjà sur un dossier pour obtenir un nouvel agrément. Du coup, on revoit les formulations du document qui pose problème."
Roy-XXIII
Suisse : Les cours d’éducation sexuelle et la « SexBox » en question
Cela fait quelques temps déjà que les cours d’éducation sexuelle à l’école publique provoquent d’importants remous chez nos voisins helvétiques.
30.11.2013

Il y a deux ans déjà, la pétition contre « la sexualisation de l’école publique » recueillait près de 92 000 signatures en Suisse alémanique. C’est notamment l’utilisa…More
Suisse : Les cours d’éducation sexuelle et la « SexBox » en question
Cela fait quelques temps déjà que les cours d’éducation sexuelle à l’école publique provoquent d’importants remous chez nos voisins helvétiques.
30.11.2013

Il y a deux ans déjà, la pétition contre « la sexualisation de l’école publique » recueillait près de 92 000 signatures en Suisse alémanique. C’est notamment l’utilisation de pénis en bois et de vagins en peluche qui a été durement mise en cause par de nombreux parents, pédagogues ou simples citoyens.

Le fameux Plan d’enseignement 21, devant entrer en vigueur dès 2014 outre-Sarine, s’est attiré les foudres d’une large partie de la population, à commencer per les jeunes UDC lucernois (qui sont du reste à l’origine de la pétition).

L’initiative conjointe du Office fédéral de la Santé Publique et du Ministère de l’instruction publique vise ainsi à instaurer des cours obligatoires d’éducation sexuelle, et ce dès le jardin d’enfants. Pour ce faire, une livraison de « kits de formation » très spéciaux devrait être effectuée auprès des enseignants de l’école maternelle et de primaire : ce n’est rien de moins que des «Basler Sexboxen» («SexBox») qui doivent être distribuées.

Ces ‘boîtes magiques’ contiennent entre autres des pénis en bois et des vagins en peluche, sans oublier des manuels encourageant les enfants à se toucher et découvrir leur propre corps et celui des autres. Et c’est notamment le livre de bandes dessinées et de vignettes Lisa und Jan qui servira de base pédagogique : parmi la multitude d’images, on retrouve une petite fille en train de se masturber pendant qu’une autre l’observe, un petit garçon en train de se toucher sous les draps et qui éclaire ses parties intimes avec une lampe torche, une femme en train d’enfiler un préservatif à un homme, un enfant en train d’espionner ses parents en plein acte sexuel par la fenêtre (voyez par vous-même)…

La Poste suisse a d’ores et déjà pris position contre la distribution d’un tel matériel, qu’elle juge clairement pornographique.

Pour les plus grands (c’est-à-dire pour les 6-10 ans), il faut aborder les thèmes de la masturbation, des préservatifs, de l’orientation sexuelle, et de la « première masturbation ou éjaculation », tandis que l’on s’attaquera à la contraception, à l’avortement, et aux orientations sexuelles dès 13 ans (ces problématiques ne sont du reste pas sans rappeler celles de la théorie du genre en France).

La loi n’est pas encore entrée en vigueur en Suisse allemande, mais des cours sont déjà dispensés dans plusieurs parties du pays et notamment en Suisse romande.

En se rendant sur le site de l’initiative ministérielle, dans la rubrique « Notions », voici ce que l’on nous enseigne :
«Une éducation sexuelle avec une approche basée sur le droit fournit aux jeunes gens les connaissances essentielles et les aptitudes, les capacités et les valeurs dont ils ont besoin pour vivre pleinement leur sexualité avec le plaisir physique, psychique et émotionnel qui lui est attaché. L’éducation sexuelle devrait aider les jeunes gens à obtenir des informations correctes, à développer des aptitudes face à la vie ainsi que des attitudes et des valeurs positives».

Et l’objectif fixé est le suivant : « L’école vient en appui à la famille pour l’éducation sexuelle des jeunes.
Une de ses tâches principales consiste à donner à tous les enfants et adolescents des informations de base concernant le corps et la sexualité, et à leur transmettre les valeurs et les normes de notre société dans ce domaine central de la vie ».

Une fois de plus, ‘l’école publique’ s'immisce dans l’éducation de l’enfant, en s’octroyant les prérogatives de ses parents, qui plus est pour leur inculquer une vision tout à fait contestable de la sexualité.

Vous trouverez ici la lettre adressée par la Conférence des évêques suisses aux parents et aux responsables politiques à ce sujet.

sources:
La nuova Bussola Quotidiana
gerard57
Peillon est con. Oh, oups, ce n'est qu'une rumeur.
stephane77
C'est tellement une rumeur que le député socialiste Christian Assaf demande à Valls , des poursuites à l'encontre des opposants à la théorie du genre.
stephane77 and one more user like this.
stephane77 likes this.
MaMie likes this.
MaMie
Tous dans la rue, à Paris et à Lyon le 2février pour défendre la famille.

Le coup de pied du fond du puits où ce gouvernement veut nous enfoncer.
Pourquoi se mobiliser ?

Pour dire NON à la fabrication d’enfants délibérément privés de père (PMA pour les couples de femmes) Quel que soit l’avis du Comité d’Éthique à venir, on n’en veut définitivement pas !
Pour dire NON à la légalisation des …More
Tous dans la rue, à Paris et à Lyon le 2février pour défendre la famille.

Le coup de pied du fond du puits où ce gouvernement veut nous enfoncer.
Pourquoi se mobiliser ?

Pour dire NON à la fabrication d’enfants délibérément privés de père (PMA pour les couples de femmes) Quel que soit l’avis du Comité d’Éthique à venir, on n’en veut définitivement pas !
Pour dire NON à la légalisation des mères porteuses (GPA – Grossesse Par Autrui) Pas de marchandisation de la femme et de l’enfant !
Pour dire NON à l’enseignement et la diffusion de l’idéologie du gender. L’identité de genre est un concept destructeur, sans fondement et sans réalité !
Pour dire NON à l’asphyxie fiscale des familles. Pas d’utilisation de la fiscalité contre les familles !
Pour dire NON à la réduction du congé parental et oui OUI la liberté des parents dans ce domaine !
Pour l’abrogation sans rétroactivité de la loi Taubira le plus vite possible !

Pourquoi une mobilisation européenne ?

Parce qu’il est temps de répondre de manière coordonnée, concertée et unitaire aux attaques contre la famille partout en Europe.
Parce que le lobby LGBT cherche à faire adopter sa feuille de route pour les prochaines années, c’est à dire ses revendications contenues dans le rapport Lunacek qui va être soumis au vote du Parlement Européen la semaine du 4 février.

Ce que nous défendons :

· L’intérêt supérieur de l’enfant
· La famille
· L’altérité sexuelle homme/femme
· La liberté d’éducation
· La liberté de conscience
· La démocratie

lamanifpourtous.fr/…/1050-pourquoi-v…

Et encore:

Dans la diffusion de cette « théorie », l'Education nationale joue un rôle moteur avec plusieurs dispositifs, comme :

*Le dispositif « ABCD égalité » qui de façon insidieuse s’inspire des théories de « l’éducation neutre » telle qu’elle se pratique en Suède.

*L’expérimentation de crèches neutres, soutenue par Najat Vallaud Belkacem, s’inspirant de la crèche Egalia à Stockolhm.

La généralisation de l’éducation sexuelle à l’école pour tous les élèves à partir de 6 ans. Le ministère allant jusqu’à recommander la participation en classe d’intervenants issus d’associations clairement militantes.

*La promotion faite par Vincent Peillon, dans une circulaire adressée à l’ensemble des recteurs le 4 janvier dernier, de l’association « Ligne Azur » qui intervient auprès des enfants notamment sur la question de l’identité sexuelle et de l’identité de genre, en affirmant sur ses supports pédagogiques : « que l’identité de genre c’est le sentiment d’être un homme ou une femme. Pour certains, le sexe biologique coïncide avec ce ressenti ». Sic !

*La diffusion dans le cadre du programme « Ecole et cinéma » du film militant « TOMBOY », où l’on invite des enfants de CE2, CM1, CM2 à s’identifier à une petite fille qui se fait passer pour un petit garçon.
( Cela s'est passé tout dernièrement, au sein de leur école, avec des enfants de Notre Dame d'Oé)

*Les recommandations du principal syndicat d’enseignants du primaire d’utiliser en classe des livres "non-genrés" comme "Papa porte une robe".

Voilà quelques uns des motifs pour lesquels, les parents ont des raisons de s’inquiéter.

olivier.vial@uni.asso.fr
Bereshit
C'est une rumeur on vous dit.
Bereshit
2 more comments from Bereshit
Bereshit
Bereshit
Le torche-cul de la bien-pensance au service de la désinformation, pour ne pas changer.