Clicks114

Danemark : Ramadan et travail incompatibles pour la ministre danoise à l'Intégration

le mage vainqueur
41
Vidéo Le "ftur" ( petit déjeuner ) ou rupture du jeune , Ramadan 2017 à la place de la mairie de Copenhague La ministre danoise à l'Immigration et l'intégration, dont les déclarations sur les étrange…More
Vidéo
Le "ftur" ( petit déjeuner ) ou rupture du jeune , Ramadan 2017 à la place de la mairie de Copenhague


La ministre danoise à l'Immigration et l'intégration, dont les déclarations sur les étrangers font souvent polémique, a appelé lundi les musulmans à prendre des congés pendant le ramadan au nom de la sécurité au travail.

"Je veux appeler les musulmans à prendre des congés pendant le mois de ramadan pour éviter des conséquences négatives sur le reste de la société danoise", écrit Inger Støjberg dans une tribune publiée par le tabloïd BT.
"Je me demande si un impératif religieux commandant d'observer un pilier de l'islam vieux de 1.400 ans est compatible avec la société et le marché du travail que nous avons au Danemark en 2018", poursuit-elle.
La ministre, membre du parti Venstre (centre-droit, libéral) du chef du gouvernement Lars Løkke Rasmussen, dit craindre les effets du jeûne sur "la sécurité et la productivité" lorsque par exemple des chauffeurs de bus "n'ont ni bu ni mangé depuis plus de dix heures".

"Cela peut être dangereux pour nous tous", prévient-elle.

C
ontroversée mais populaire, Inger Støjberg, 45 ans, orchestre depuis 2015 la politique migratoire restrictive du Danemark.
Elle avait déclenché un concert de protestations en mars dernier en publiant sur sa page Facebook une photo d'un gâteau célébrant "le cinquantième amendement durcissant" les lois anti-immigrations prises par le gouvernement.
La mesure la plus emblématique, votée début 2016 par les parlementaires, fut la confiscation des liquidités et des effets personnels des migrants afin de financer le coût de leur séjour pendant l'examen de leur demande d'asile.

Les bijoux, y compris les alliances ou bagues de fiançailles, devaient être confisqués mais le gouvernement avait reculé devant les remous provoqués à l'étranger par cette disposition comparée par le Washington Post à la spoliation des juifs par les Nazis.


_____________________________________________________________________________________

Aarhus: La ville danoise où les combattants djihadistes syriens sont accueillis à la maison

La file des consommateurs se sépara pour faire place à Talha, (fr.wikipedia.org/wiki/Talha_ibn_Ubayd_Allah compagnon de Mahomet) un jeune homme de 21 ans en tenue de camouflage dans le désert et une longue barbe religieuse. Il a traversé le centre commercial local avec une allure de combattant ramassé sur les champs de bataille de la Syrie. Des flots de jeunes hommes musulmans l'ont accueilli comme un roi qui revient.

Dans d'autres pays, Talha - l'une des centaines de jeunes djihadistes occidentaux qui ont combattu en Syrie et en Irak - pourrait être empêchée de rentrer ou jetée en prison. Mais au Danemark, un pays qui a engendré plus de combattants étrangers par habitant que presque partout ailleurs, la ville portuaire d'Aarhus déploie un tapis de bienvenue.

Au Danemark, pas un combattant retourné n'a été enfermé. Au lieu de cela, les fonctionnaires fournissent des conseils psychologiques gratuits tout en trouvant des emplois et des places pour les rapatriés dans les écoles et les universités. Les responsables attribuent un nouvel effort pour atteindre une mosquée radicale en étouffant le flot de recrues.

Talha, le fils d'immigrants musulmans modérés du Moyen-Orient, s'est battu avec une brigade islamiste en Syrie pendant neuf mois avant de rentrer chez lui en octobre dernier. Il rêve toujours de vivre un jour dans un califat du Moyen-Orient et bien qu'il rejette la décapitation des otages étrangers par Isis, qui s'appelle lui-même Etat islamique, il défend ses exécutions sommaires de soldats irakiens et syriens.


"Je sais comment certaines personnes pensent. Ils ont peur de nous, ceux qui reviennent », dit Talha, un nom qu'il a adopté pour protéger son identité parce qu'il n'a jamais dit à son père qu'il allait se battre. "Regardez, nous ne sommes vraiment pas dangereux."

Pourtant, les critiques appellent l'approche de cette ville juste - dangereuse. Dans un pays qui se souvient vivement de la réaction violente dans le monde musulman après qu'un journal danois ait publié des images de bande dessinée du prophète Mahomet en 2006, beaucoup d'entre eux veulent qu'Aarhus s'attaque aux extrémistes - pas aux cajous.

"Ils sont beaucoup trop mous [à Aarhus], et ils ne voient pas le problème", a déclaré Marie Krarup, membre influent du Parlement du Parti du peuple danois, la troisième force politique du pays. "Vous ne pouvez pas intégrer un grand nombre de musulmans dans un pays chrétien." Aarhus traite ses combattants religieux de retour comme des jeunes rebelles parce que c'est ainsi que la plupart d'entre eux ont commencé.

La majorité était composée de jeunes hommes comme Talha, entre 16 et 28 ans, dont plusieurs anciens criminels et membres de gangs qui avaient récemment trouvé ce qu'ils appelaient «le véritable islam». Et la plupart vivaient dans le ghetto Gellerupparken.

La ville de Gellerupparken, qui est une ville densément peuplée d'immeubles d'habitation de taille moyenne, accueille des immigrants et leurs familles qui sont arrivés dans les vagues de migration musulmane qui ont commencé dans les années 1960. Le chômage, en particulier chez les jeunes, est beaucoup plus élevé que la moyenne de la ville. À un moment donné, le crime était si grave que même les ambulances avaient besoin d'escortes policières.

"Ce sont des jeunes qui se sont tournés vers la religion à un moment très difficile de leur vie, et ils sont confrontés à des questions existentielles de se battre pour ce en quoi ils croient", a déclaré le maire d'Aarhus, Jacob Bundsgaard. "Nous ne pouvons pas adopter une loi qui change la façon dont ils pensent et se sentent. Ce que nous pouvons faire, c'est leur montrer que nous sommes sincères à propos de l'intégration, du dialogue. "

"Cela ne semble pas étrange, d'être de retour", a déclaré Talha. "Il est à la maison." Il est né au Danemark, dans une famille immigrée originaire d'une nation frontalière de la Syrie. Il a refusé de nommer lequel.

L'envie d'aller se battre, dit-il, s'est construite comme une brûlure lente. Pendant des mois, il avait regardé sur YouTube des vidéos de meurtres de civils commis par le gouvernement du président syrien Bashar al-Assad. "Je ne pouvais pas m'asseoir dans le confort du Danemark pendant que mes frères mouraient", a-t-il dit. Il a commencé à discuter de ses sentiments avec d'autres amis religieux, et un plan a été élaboré.

Le jour de son départ pour la Syrie, en octobre 2012, il a dit à ses parents divorcés que lui et un ami se rendaient en Turquie en vacances. Au lieu de cela, le cousin de son ami avait arrangé leur passage à travers la frontière vers la Syrie. Il a travaillé dans un camp de réfugiés pendant quelques semaines avant de rejoindre un bataillon indépendant associé à Ahrar al-Sham, un groupe qui aurait des liens avec al-Qaïda. Au cours des mois où il a tenu des batteries d'artillerie lourde près d'Alep, il a déclaré que son équipe entretenait également des liens harmonieux avec Isis.

"Vous ne pouvez pas croire tout ce que vous entendez à propos de l'Etat islamique", a déclaré Talha. "Il peut y avoir de mauvaises choses, mais aussi de bonnes choses." Talha revint quand des luttes intestines éclatèrent parmi les factions rivales.

Les autorités danoises affirment que la grande majorité des quelque 30 résidents d'Aarhus qui se sont rendus en Syrie étaient liés à l'un des lieux de culte les plus polarisants d'Europe: la mosquée de Grimhojvej.

Oussama el-Saadi, le président de la mosquée, rejette les allégations d'un geste de la main. Néanmoins, en janvier, les fonctionnaires d'Aarhus ont donné un ultimatum à la mosquée. Il pourrait soit s'ouvrir à un nouveau dialogue avec la communauté, soit faire l'objet d'une condamnation publique et, fort probablement, intensifier les pressions juridiques.

Depuis janvier, la police et les représentants de la ville se sont engagés dans un certain nombre de sessions sans précédent organisées par la mosquée. En présence de responsables de mosquées, les responsables ont rencontré des combattants de retour tels que Talha pour évaluer leurs niveaux de risque. Ils ont également rencontré le groupe de jeunes de la mosquée pour dissuader d'autres jeunes musulmans de voyager au Moyen-Orient. Lors de réunions mensuelles, les autorités municipales, la police et les membres de la hiérarchie de la mosquée discutent maintenant de l'idéologie religieuse, de la loi danoise et de la liberté d'expression.

La mosquée soutient toujours ouvertement un califat au Moyen-Orient et refuse d'offrir une dénonciation de l'Isis. Saadi nie les allégations selon lesquelles la mosquée est devenue un centre de recrutement pour les militants, disant que cela ne décourageait pas ni n'encourageait ceux qui voulaient se battre. Mais maintenant, sa ligne officielle est que les jeunes musulmans d'Aarhus devraient rester à la maison.

Les fonctionnaires de police disent que les statistiques prouvent que leur approche fonctionne. "En 2013, 30 jeunes se sont rendus en Syrie", a déclaré Jorgen Ilum, le commissaire de police d'Aarhus. "Cette année, à ma connaissance, nous n'en avons eu qu'un seul."


© WashingtonPost www.independent.co.uk/…/aarhus-the-dani…
le mage vainqueur
gerard57

Il y en a dix pages comme ça

reinformation.tv/search/su%C3%A8de+/
gerard57 likes this.
gerard57
@le mage vainqueur La Suède pour la peine de mort (pour les chrétiens, il va de soi) ! Merci pour l'info !
le mage vainqueur
gerard57

Oui ! je crois que c'est pire que chez nous encore , quand j'explore les journaux , je suis sidéré ( suède Danemark Norvège à fuir ) reinformation.tv/iranienne-chret…
gerard57 likes this.
gerard57
C'est l'émirat du Danemark ?
gerard57 likes this.