Clicks37

Rawabi City la ville de luxe en Palestine

Sur la route au nord de Ramallah, après l'université de Bir Zeit, une nouvelle ville palestinienne en construction est appelée Rawabi (qui signifie "amas de collines" en arabe). Rawabi est la …More
Sur la route au nord de Ramallah, après l'université de Bir Zeit, une nouvelle ville palestinienne en construction est appelée Rawabi (qui signifie "amas de collines" en arabe). Rawabi est la première ville palestinienne à être construite dans les territoires palestiniens occupés et fragmentés. Compte tenu des obstacles permanents auxquels sont confrontés les Palestiniens, faire de Rawabi une réalité est un exploit incroyable qui mérite une reconnaissance internationale.

On raconte que lors de pourparlers à Washington DC entre les États-Unis et Israël sur les sanctions imposées à l'Iran en 2015, des lobbyistes pro-israéliens ont déclaré à Netanyahu qu'il devait répondre aux inquiétudes exprimées par le Congrès au président Obama concernant le déni de l'accès à l'eau pour Rawabi. Une vingtaine de membres du Congrès et de sénateurs ont visité Rawabi. Israël contrôle l'accès à l'eau sur l'ensemble de la Cisjordanie. Environ 80% de la part de la société israélienne Mekorot, l'autre 20% de l'eau en bouteille.

Rawabi chevauche les zones A, B et C des accords poussiéreux de 1993 à Oslo. La zone C est entièrement sous contrôle israélien. La canalisation d’eau reliant Rawabi traverse une petite partie de la zone C. Les Israéliens ont différé l’accès pendant 18 mois, ce qui a coûté très cher à l’entrepreneur américano-palestinien Bashar al-Masri et à ses investisseurs. Des centaines d'acheteurs de nouveaux appartements Rawabi se sont retirés et des millions ont été gaspillés dans l'attente des permis. Sous la pression des lobbyistes israéliens, Netanyahu a acquiescé à la connexion d'eau de Rawabi.


translate.google.comrevolve.media/…/&prev=search

www.youtube.com/watch

Une ville pour la bourgeoisie palestinienne

Par Michael Borgstede

Quelque chose se passe dans les Territoires occupés: entre Ramallah et Naplouse, Rawabi est en construction - une ville palestinienne conçue selon les plans. Cependant, Israël a des problèmes.

Le plus grand chantier de construction de Palestine est situé sur une colline inhospitalière en Cisjordanie, quelque part entre Ramallah et Naplouse. En fait, seuls les colons israéliens sur les collines construisent en Cisjordanie - ils ont une meilleure vue d'ensemble à partir de là.

Mais les villages palestiniens s'accrochent généralement aux pentes montagneuses de la vallée, à l'abri du vent et des intempéries, puis finissent par devenir imprévus et, comme par accident, remontent un peu la pente. Mais sur cette colline, tout est différent, rien ne se passe par accident, c'est ici qu'un plan directeur est établi. Rawabi est le nom de la première ville palestinienne prévue sur la planche à dessin. Dans sept ans, près de 40 000 personnes vivront ici dans 23 quartiers résidentiels et les 600 premières familles emménageront dans leurs appartements dès 2014.

Ranja Maree doit attendre un peu plus longtemps pour l'achèvement de son appartement. La jeune femme est responsable des relations publiques et conduit le visiteur sur le site dans un VUS climatisé. Sur son legging noir est suspendue une chemise de léopard, elle porte d'énormes boucles d'oreilles en or et un subtil piercing au nez.
Enthousiasme inexprimé

Elle n'a pas besoin de jouer son enthousiasme pour le projet, le marketing dont elle lui a confié le marketing. Des reportages animés sur la zone piétonne avec ses parkings souterrains, le centre culturel, l’hôtel prévu et l’amphithéâtre à moitié achevé, avec plusieurs milliers de sièges, qui attireront les visiteurs des villages voisins de la nouvelle ville avec des spectacles de danse et de musique.

Là où paissaient des moutons et des chèvres il y a à peine quelques années, des écoles, des jardins d'enfants, des parcs, des terrains de jeux et, bien sûr, une mosquée - et une église - sont en construction. Après tout, 11% des acheteurs précédents sont des chrétiens - dans la société palestinienne, ils ne représentent que 2%.

Ranja raconte avec fierté que les planificateurs de rues pavées, de ronds-points et de rues à sens unique veulent rendre la vie difficile à Rasern et réduire le bruit de la circulation. De plus, tout à Rawabi est bien vert et recyclable.

Aucun arbre n’a été abattu pour la construction, déclare-t-elle fièrement alors qu’elle arrête la jeep devant le showroom ultramoderne. "Nous les avons tous simplement transplantés."
L'acheteur peut choisir la conception de la cuisine

Il y a des fleurs sur le bureau de la réception dans la salle d'exposition inondée de lumière. Une jeune femme sourit amicalement et montre le chemin. Vous pouvez regarder un film publicitaire tridimensionnel sur la vie en ville ou emprunter un tunnel de simulation multimédia qui vous donne envie de flâner dans les rues de Rawabi.

En plus d'un modèle de plan directeur, l'acheteur potentiel sur iPad peut choisir ses carreaux et la conception de la cuisine. Le logiciel a été programmé à Naplouse. Pour les clients particulièrement pressés, les employés des principales banques arabes attendent quelques mètres plus loin dans leurs bureaux vitrés. Les formulaires de financement sont préparés et, bien entendu, les messieurs de la Banque Le Caire-Amman ou de la Banque arabo-islamique sont également tenus de fournir un financement sans intérêt, conformément aux normes musulmanes.

120 mètres carrés coûtent aujourd'hui à Rawabi 114 000 dollars. Pour les 16 penthouses offrant une vue époustouflante jusqu'à Tel-Aviv, vous devez dépenser plus d'un demi-million de dollars sur la table. Pour beaucoup de Palestiniens, le prix est prohibitif, mais un logement comparable à Ramallah coûte toujours 10 à 20% de plus.
Comme un univers parallèle

D. N. Mohammed a déjà décidé et a acheté 172 mètres carrés pour lui-même, sa femme et ses trois enfants. En fait, il est un enquêteur privé, dit-il. Mais maintenant, il traite également des lubrifiants pour automobiles, et il sent une chance à Rawabi. "Les résidents ici auront des voitures et elles devront être entretenues", dit-il. Et c’est la raison pour laquelle il souhaite ouvrir un atelier de réparation de voitures à Rawabi. De plus, vous ne pouvez pas faire grand chose de mal ici de toute façon. Une fois les premières zones résidentielles épuisées, les prix augmenteraient également.

Sa femme est assise à côté de lui, voilée et réservée, elle suit attentivement la conversation. La main ne le donnerait pas à un étranger, c'est clair. Mais contredisant légèrement son propre mari, elle le fait. "J'espère que tu as raison", dit-elle avec hésitation. Mais Mohammed est convaincu. C'est pourquoi il a amené son frère au showroom aujourd'hui. "C'est toujours bien quand la famille habite dans le quartier", déclare sa femme.

Cela se produit encore et encore sur cette colline de Cisjordanie, comme si vous aviez atterri dans un univers parallèle, comme Rawabi n'avait rien du tout avec la réalité palestinienne.

The city of Rawabi was born of a strategic partnership forged between Massar International Chairman Bashar Masri and the State of Qatar. Built on a series of breathtaking hilltops north of Jerusalem and Ramallah, Rawabi overlooks the Mediterranean Sea to the west and the landscape of Palestine to the north and east.
As Palestine’s first master-planned city, Rawabi is an innovative approach to urban development, integrating best practices in planning, sustainability, and resource conservation.
The city will initially comprise roughly 6,000 housing units spread across 22 neighborhoods, eventually becoming home to more than 25,000 residents. Subsequent construction phases will bring the city’s population to 40,000. Rawabi embraces elements of Palestine's architectural heritage and blends them into a sleek, modern design aesthetic.
A bustling urban core anchors surrounding neighborhoods. The city center’s pedestrian promenade bursts with shopping and entertainment options. In the gleaming high-rise towers above, business incubators and growing enterprises support the nascent knowledge economy fueling the life of the city.
Every facet of day-to-day living has been considered in Rawabi’s master plan. Rawabi English Academy, the city’s first school, welcomed students in September 2016.
A full complement of vital public services, including a regional hospital, urgent care clinics, emergency response stations and houses of worship are nearing completion. Residents already enjoy exciting entertainment at Wadena, Rawabi’s massive sports and recreation complex, featuring a Roman-style open-air theater complete with seating for 15,000.

For the hundreds of families currently living in the city, the dream of Rawabi has already come true. But with so many more exciting developments on the way, the best is yet to come!