Clics14

Teaser Marche pour la vie 2019

dvdenise
2
MARCHE POUR LA VIE ce dimanche 20 janvier 2019 à Paris, Porte Dauphine, à 13h30Plus
MARCHE POUR LA VIE ce dimanche 20 janvier 2019 à Paris, Porte Dauphine, à 13h30
dvdenise
MANIFESTE

Au mois de septembre 2018, Laurence Rossignol a déposé devant le Sénat, une proposition de loi visant à supprimer le droit pour les professionnels de santé, médecins, sages-femmes, infirmières et auxiliaires médicaux, de refuser de pratiquer ou de participer à une interruption volontaire de grossesse.

Cet acharnement politique contre la clause de conscience révèle le profond malaise…Plus
MANIFESTE

Au mois de septembre 2018, Laurence Rossignol a déposé devant le Sénat, une proposition de loi visant à supprimer le droit pour les professionnels de santé, médecins, sages-femmes, infirmières et auxiliaires médicaux, de refuser de pratiquer ou de participer à une interruption volontaire de grossesse.

Cet acharnement politique contre la clause de conscience révèle le profond malaise qui habite notre pays : malgré les tentatives pour banaliser ce geste, l’avortement nous pose à tous un vrai cas de conscience.

Aux professionnels de santé d’abord.

Le Dr de Rochambeau, président du SYNGOF, a affirmé il y a quelques semaines que la clause de conscience lui permettait de ne pas pratiquer d’IVG, qu’il juge contraire à sa mission de soignant. Plutôt que d’entendre le trouble médical manifesté par cette déclaration, le gouvernement s’est scandalisé de ce qu’il voit comme une volonté des médecins de contrôler le corps des femmes. Il aurait peut-être fallu l’entendre uniquement comme l’expression d’une prise de conscience médicale de la contradiction entre la pratique de l’avortement et la mission du médecin : retirer une vie d’un côté, soigner de l’autre. Tandis que la clause de conscience des pharmaciens a été abandonnée déjà depuis 2016, que des quotas d’IVG ont été institués dans les hôpitaux comme des critères de bonne conduite, qu’en 2017 une loi sur le délit d’entrave a l’IVG a été adoptée par le Parlement pour contrer les informations sur les alternatives à l’avortement, le gouvernement a pour seule réponse à la détresse de ces médecins, le mépris de leur conscience.

Mais l’avortement est aussi un cas de conscience pour tous les citoyens

L’annonce d’une grossesse est bien souvent accompagnée d’inquiétude et de difficultés. C’est trop tôt, trop tard, pas le bon père, pas le moment financièrement… alors se pose la question : faut-il aller jusqu’au bout et donner vie à un enfant non désiré ? Le cas de conscience se pose quand le désir et la connaissance du bien à faire sont en contradiction. Le cas de conscience se pose à toutes les femmes qui ne veulent pas de cet enfant, mais qui savent que supprimer sa vie n’est un bien ni pour lui, ni pour elle. Il se pose à tous les pères qui ne savent comment accepter ce nouvel être mais dont le refus suppose d’abandonner la femme enceinte. Il se pose à chaque personne confrontée à cette question dans son travail, auprès de ses amis ou de sa famille : comment accompagner une grossesse difficile quand nous ne sommes pas directement concernés, quand il serait tellement plus simple d’ignorer le problème ?

Face aux multiples situations où nous avons à faire face à la question de l’avortement, la conscience est cette capacité que nous avons à éviter le chemin de l’aveuglement ou de l’indifférence. La conscience est là pour nous rappeler que supprimer une vie n’est jamais la solution, même quand son accueil est difficile.

Face à ces attaques contre l’objection de conscience, nous en appelons à la responsabilité et à la conscience de chacun. Quel monde voulons-nous pour demain ? Quel monde voulons-nous pour les futures mères, pour nos enfants, pour les femmes en difficulté ? Quel monde voulons-nous pour les professionnels sommés de faire un choix que leur conscience réprouve ?

En notre âme et conscience, nous devons refuser la fatalité de l’avortement. Nous voulons reconstruire une société où une grossesse est soutenue, où les maternités difficiles sont accompagnées, où les médecins sont là pour les soigner. Nous voulons une communauté politique où les métiers sont respectés, où le geste médical ne se retourne pas contre la vie de l’enfant à naître.

Contre la marche de la mort, nous vous appelons à marcher pour la vie !
RDV le dimanche 20 janvier 2019 à Paris, Porte Dauphine, à 13h30
dvdenise
La Marche pour la Vie se tiendra pour la treizième fois dans Paris ce dimanche 20 janvier.

POURQUOI UNE TELLE MARCHE ?

La Marche pour la Vie dénonce les choix des politiques gouvernementales en matière de santé. Le collectif considère que les 200 000 avortements annuels en France sont banalisés et que tout n’est pas mis en œuvre pour accompagner les femmes enceintes.

Les revendications …Plus
La Marche pour la Vie se tiendra pour la treizième fois dans Paris ce dimanche 20 janvier.

POURQUOI UNE TELLE MARCHE ?

La Marche pour la Vie dénonce les choix des politiques gouvernementales en matière de santé. Le collectif considère que les 200 000 avortements annuels en France sont banalisés et que tout n’est pas mis en œuvre pour accompagner les femmes enceintes.

Les revendications sont multiples :

« Nous revendiquons la mise en place de politiques de santé publique qui protègent la vie de l’être humain de sa conception à sa mort naturelle.

Nous réclamons, a minima, que soient rétablies les dispositions juridiques qui permettaient d’opposer certaines limites à l’avortement, et qui aidaient les parents à réaliser l’importance de l’acte qu’ils posent : la mention de la « situation de détresse », le délai de réflexion avant l’avortement. Nous voulons que la France s’impose comme objectif la réduction drastique du nombre d’avortements. Rappelons les chiffres : 220 000 enfants sont avortés chaque année. Cela représente 1 enfant sur 5 à chaque génération.

Nous réclamons que soit maintenue de façon ferme et explicite l’interdiction de l’euthanasie en France. Nous voulons que toute personne soit assurée d’être accompagnée et soutenue dans les derniers moments de sa vie par la société et le corps médical. Et non qu’elle soit menacée de mise à mort par ceux qui auraient dû lui prendre la main.

Nous réclamons une révision de la législation sur la procréation médicalement assistée qui conduit à la sélection des embryons et à leur destruction massive. Nous ne voulons pas que l’enfant de l’homme soit plus longtemps considéré comme un objet que l’on peut produire à plaisir et manipuler à des fins d’utilité. »


QUELS SOUTIENS A LA MARCHE POUR LA VIE ?

Le collectif d’associations est composée de la Fondation Jérôme Lejeune, Renaissance Catholique, Choisir La Vie, les Éveilleurs d’Espérance et les Survivants. Cette marche a reçu l’appui du Pape comme le montre la vidéo.

PARIS VOX