Clicks89

Célébrer saint François d'Assise

Il s'appelait François...

Il avait l'habitude de louer Dieu l'Artiste dans chacune des œuvres de Dieu. Quelle que soit la joie qu'il trouvait dans les choses faites, il se référait à leur créateur. Il se réjouissait de toutes les œuvres des mains de Dieu. Tout lui criait : « Celui qui nous a faits est infiniment bon !

Il appelait les animaux « frère » ou « sœur », et il les exhortait à louer Dieu. Il parcourait les rues et les ruelles, invitant tout le monde à chanter avec lui. Et une fois, lorsqu'il est tombé sur un amandier, il a dit: "Frère Amandier, parle-moi de Dieu." Et l'amandier a fleuri.

C'est ce qu'a fait saint François d'Assise, et c'est ce qu'il fait pour nous une fois que nous sommes pris dans sa vie et ses enseignements. Il nous fait fleurir, où que nous soyons et qui que nous soyons. Nous nous épanouissons parce que nous voyons en François ce qui pourrait nous arriver si nous embrassions la bonté débordante de Dieu révélée dans tout ce qui existe, et que cette étreinte nous change.

Cette page est notre humble tentative de comprendre cet humble homme de Dieu.

L'histoire de la façon dont saint François d'Assise a apprivoisé le loup de Gubbio est l'une des grandes légendes liées à la vie du saint. Je ne me suis jamais trop inquiété de savoir si l'histoire était historiquement vraie ou non. Je suis plus intéressé à voir comment l'histoire s'intègre dans le modèle des thèmes bibliques et des plans de Dieu pour la création. Dans cette légende bien connue, saint François se rend dans la ville italienne de Gubbio, où un loup féroce terrorisait le village et tuait même certaines personnes, y compris des enfants.

Lors de sa visite à Gubbio, François sort à la rencontre du loup. Vous pouvez trouver un récit de cet événement dans Les Petites Fleurs de Saint François, un recueil d'histoires du XIVe siècle sur François et ses compagnons. Selon l'histoire, lorsque le loup voit saint François, il vient charger le saint la bouche ouverte, prêt à attaquer. Saint François fait aussitôt le signe de croix sur lui et dit : « Viens ici, frère Loup. Je vous ordonne au nom du Christ de ne faire de mal ni à moi ni à personne. » Dès que saint François fit cela, note Les Petites Fleurs , « le redoutable loup ferma la gueule et s'arrêta de courir ; et une fois l'ordre donné, il vint docilement comme un agneau, et se jeta aux pieds de saint François.

François passe un marché avec le loup

Puis saint François gronde Frère Loup pour avoir détruit et tué les créatures de Dieu. « Toute la ville se plaint de toi », dit doucement Francis au loup. « Mais je veux faire la paix entre vous et le peuple. C'est pourquoi je vous promets que je vous ferai donner à manger régulièrement, Frère Loup, par les habitants de cette ville pour que vous ne souffriez plus de la faim. Et je veux que vous, frère Loup, promettiez que vous ne ferez jamais de mal à une personne humaine ou à un animal. Le loup montra son accord en baissant simplement la tête.

C'est ainsi que François demande aux habitants de la ville s'ils promettent de fournir régulièrement de la nourriture au loup. Ils disent tous qu'ils le feront. Enfin, saint François demande au loup de garantir devant tout le monde qu'il ne fera plus de mal aux habitants de Gubbio ou à ses animaux.

« Alors le loup, levant sa patte droite, la plaça dans la main de saint François. À cause de cette action… il y avait une telle joie et un tel émerveillement parmi tous les gens… qu'ils se mirent tous à crier vers le ciel, louant et bénissant Dieu qui leur a envoyé François qui, par ses mérites, les avait libérés des mâchoires de la bête cruelle. . "

« Ensuite, ce même loup a vécu à Gubbio pendant deux ans, et il est entré docilement dans les maisons, allant de porte en porte, sans faire de mal à personne et sans qu'on lui fasse rien ; et il a été gentiment nourri par les gens….Enfin, après deux ans, frère Loup est mort de vieillesse, ce qui a beaucoup affligé les citoyens.

Écho du « Royaume de paix »

Le « royaume de paix » est une expression de l'ère messianique de paix, prévue par le prophète Isaïe dans ce passage célèbre : « Alors le loup sera l'hôte de l'agneau, et le léopard se couchera avec le chevreau ; le veau et le lionceau brouteront ensemble, avec un petit enfant pour les guider » (11:6).

Un autre passage d'Isaïe se lit comme suit : « Le loup et l'agneau paîtront de la même manière, et le lion mangera du foin comme le bœuf… Nul ne blessera ni ne détruira sur ma montagne sainte, dit le Seigneur » (65 :25).

Il est clair que l'écrivain inspiré du livre de l'Apocalypse, le dernier livre de la Bible, faisait référence au « royaume de paix » lorsqu'il a écrit : « Alors j'ai vu un nouveau ciel et une nouvelle terre…. ville, la nouvelle Jérusalem, descendant du ciel de la part de Dieu, préparée comme une épouse parée pour son mari. J'ai entendu une voix forte venant du trône dire : "Voici, la demeure de Dieu est avec la race humaine... Il essuiera toute larme de leurs yeux, et il n'y aura plus de mort et de deuil, de lamentations ou de douleur, [pour] le l'ancien ordre est passé » (Ap 21 :1-4).

L'auteur inspiré de l'Apocalypse, que nous connaissons sous le nom de Jean, nous renvoie certainement à la description d'Isaïe de la montée du messie : fleur. L'esprit du Seigneur reposera sur lui : un esprit de sagesse et d'intelligence….Il jugera les pauvres avec justice, et décidera bien pour les affligés du pays….Alors le loup sera l'hôte de l'agneau, et le léopard mentira à bas avec le chevreau » (voir Ésaïe 11 :6-9). Comme nous le dit une note de bas de page de la Catholic Study Bible , « cette image de l'harmonie idyllique du paradis est un symbole dramatique de la paix et de la justice universelles des temps messianiques » (p. 891).

Harmonie, Interrompu

Ce qu'Isaïe nous montre ici est une vision d'une ère future dans laquelle l'état original de paix et d'harmonie dans le jardin d'Eden, perdu à cause de la désobéissance et du péché, est restauré. Dans ce nouveau monde, il n'y aura ni douleur, ni chagrin, ni inimitié, ni mort prématurée, seulement du bonheur et de la joie. Même les animaux retourneront à un état d'innocence et de félicité… Il est clair que l'auteur de l'Apocalypse fait tout son possible pour montrer que, tout comme le premier livre de la Bible [Genèse] a commencé avec un jardin paradisiaque idéal où Dieu, les humains et les bêtes habitaient paisiblement ensemble, alors maintenant le dernier livre de la Bible se termine avec le jardin original d'harmonie et de paix restauré.

En partie, ce que l'histoire de François et du loup nous révèle, c'est que saint François, en tant que disciple du Christ, le Messie prédit par Isaïe, contribue à apporter la même paix et la même réconciliation dans ce monde. Cette paix, cette harmonie et cette réconciliation ne sont pas seulement censées exister entre Dieu et les humains, mais aussi entre Dieu et toute la famille de la création ! Nous aussi, nous pouvons être des instruments de cette paix.

Ces événements de la vie de saint François l'ont rapproché du Christ.

Avant d'aborder le premier moment clé de la vie de saint François d'Assise, plantons le décor en nous concentrant sur sa jeunesse. François est né en 1182 à Assise. Il était le fils d'un marchand de draps prospère, Peter Bernadone. Ses compagnons le considéraient comme un jeune insouciant, l'appelant le "Roi des Fêtes".

François aimait faire la fête avec ses amis et rêvait de devenir chevalier et de gagner la gloire sur le champ de bataille. Mais peu de temps après être parti se battre contre Pérouse, une ville voisine, il s'est retrouvé dans leur prison, un jeune homme brisé et désabusé. C'est après son retour de prison, et lors de la convalescence qui a suivi, que la vie de François a basculé.

1) François rencontre un lépreux. Comme la plupart de ses contemporains, François avait du mépris pour les lépreux et les évitait à tout prix. Un jour, avant sa conversion, François montait seul à cheval dans la campagne. Alors qu'il se déplaçait le long de la route, il aperçut un lépreux qui marchait vers lui. L'instinct de François était de faire demi-tour ou de s'écarter pour éviter le contact avec le malheureux. Mais Francis est allé directement vers cet homme avec des parties de son visage et de ses mains rongées par cette redoutable maladie.

François mit pied à terre, embrassa chaleureusement et embrassa tendrement le lépreux sur ses lèvres. Dans son Testament, François écrit : « Quand j'étais dans le péché, la vue des lépreux m'a écœuré au-delà de toute mesure ; mais alors Dieu lui-même me conduisit en leur compagnie, et j'eus pitié d'eux. Une fois que j'ai fait leur connaissance, ce qui m'avait écœuré auparavant est devenu pour moi une source de consolation physique. Après cela, je n'ai pas attendu longtemps avant de quitter le monde. François finit par se rendre compte qu'il n'avait en fait embrassé personne d'autre que son Seigneur, Jésus-Christ.

François s'est vite retrouvé à vivre avec des lépreux et à s'occuper d'eux. Sa rencontre et son embrassement du lépreux étaient la meilleure préparation que François ait pu avoir pour la fondation d'un nouvel ordre dans l'Église, dont l'idéal le plus élevé était de servir les plus pauvres des pauvres.

Quelque temps plus tard, François priait seul devant un crucifix dans la chapelle abandonnée de San Damiano, située en bas de la colline d'Assise. Soudain, François entendit ces paroles du Christ sortant de la croix : « François, répare ma maison qui tombe en ruine. François s'est rendu compte plus tard que c'était une maison beaucoup plus grande - l'Église chrétienne elle-même - que le Christ lui demandait de reconstruire.

2) François rompt avec son père. Peu de temps après, François, vêtu de vêtements grossiers, prend de précieuses marchandises dans le magasin de son père et les vend à ses clients, afin de payer la reconstruction de la chapelle effondrée. Il a également vendu le cheval de son père. Le père de Francis, Peter, aurait préféré voir Francis se remettre à porter des vêtements de fantaisie et organiser des fêtes pour ses vieux copains. Il fut d'ailleurs consterné et embarrassé d'apprendre que François s'occupait souvent des lépreux, qui vivaient dans la vallée au-dessous d'Assise.

En réponse, son père, bouillant de rage, traîne François devant l'évêque d'Assise et demande la restitution de ses biens et biens. François accepta volontiers. Aux oreilles de tous, François a dit : « Désormais, je ne dirai plus Mon Père Pierre Bernadone, mais Notre Père qui es aux cieux. François a rendu à son père non seulement ses biens et ses biens, mais aussi l'argent et tous ses vêtements. François posa soigneusement ses vêtements sur le sol.

L'évêque, admirant la ferveur de François, l'attira dans ses bras et le couvrit de son manteau. L'évêque a compris que les actions de François étaient inspirées par Dieu et faisaient partie de la manière de Dieu de conduire François vers une forme de vie étonnamment nouvelle. Le cœur de François débordait de joie. Son Père céleste l'avait libéré de tout attachement aux choses terrestres.

François était maintenant prêt à servir le Seigneur simplement et sans crainte. Pour tous ceux qui suivent saint François d'Assise aujourd'hui, ce genre de pauvreté et de détachement peut conduire à la liberté de, selon les mots de saint Matthieu, devenir « enfants de votre Père céleste, car il fait lever son soleil sur les mauvais et les bons , et fait pleuvoir sur les justes et les injustes. . . . Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (5 :45,48).

3) François, le Héraut du Grand Roi. François, qui portait de beaux vêtements, se promenait maintenant vêtu des vêtements les plus pauvres. Alors qu'il traversait un bois voisin, chantant des louanges au Seigneur en français, des voleurs se sont soudainement précipités sur lui. Quand ils lui ont demandé d'un ton bourru qui il était, François a répondu avec assurance d'une voix forte : « Je suis le héraut du grand roi ! Puis ils le frappèrent encore et encore, et le jetèrent dans un fossé rempli de neige épaisse, en disant : « Allongez-vous simplement là dans la neige, 'Héraut du grand roi !' »

Mais Francis a simplement brossé la neige. Et quand ils furent partis, il sauta du fossé, et avec une grande joie se mit à crier les louanges de Dieu à haute voix. François a ensuite marché jusqu'à ce qu'il arrive aux marches d'un monastère, où il espérait que les moines pourraient le vêtir en échange d'un travail. Ils l'ont fait, mais François n'est resté avec eux que peu de temps.

Tout cet épisode ne semblait que renforcer le sentiment de liberté de François et sa confiance en la providence de Dieu. Il aurait besoin de cultiver cet esprit de plus en plus car il serait encore confronté à des défis plus difficiles dans les jours à venir. Les vrais disciples de saint François restent aujourd'hui conscients de leur grande mission : être « Hérauts du grand Roi ».

Dans la Lettre de saint Paul aux Philippiens, nous trouvons des échos de ce noble idéal : le Christ Jésus « s'est vidé, prenant la forme d'un esclave, venant à l'image de l'homme . . . il s'est humilié, devenant obéissant jusqu'à la mort, jusqu'à la mort sur une croix. À cause de cela, Dieu l'a grandement exalté. . . " (2:7-9).

Guidés par l'Esprit Saint, les disciples de saint François s'efforcent encore aujourd'hui de rechercher cet idéal !

Nos vies sont si facilement fragmentées entre les responsabilités envers les amis, la famille, les employeurs, les voisins et la grande famille humaine que nous pouvons penser que nous n'avons pas le temps ou l'énergie pour la prière. C'était l'expérience de François d'Assise jusqu'à la mi-vingtaine. Puis il découvrit que la prière était plus réelle que beaucoup de choses qu'il considérait comme plus importantes.

Ce n'est que dans la prière que ses ambitions chevaleresques s'orientèrent dans une nouvelle direction ; ce n'est que dans la prière qu'il a trouvé la force de diriger les gens qui voulaient le suivre, mais selon leurs propres termes. La prière lui a permis de découvrir le lien entre l'Église que Jésus a établie et l'Église qui avait besoin de beaucoup plus de conversion aux voies de Jésus.

Nous pensons souvent à la prière comme une activité qui est garantie de nous laisser plus sereins qu'au début. Cela conduit finalement à la sérénité, mais seulement après nous avoir conduits à une plus grande honnêteté envers Dieu, les autres et nous-mêmes. Tant que certaines parties de la vie d'une personne sont « interdites » comme sujet de prière, les possibilités de conversion de cette personne seront réduites.

La prière n'est pas pour les poules mouillées, et François d'Assise le savait. La prière ne consiste pas simplement à réarranger les meubles mentaux d'une personne ; cela conduit à se débarrasser de certains meubles (attitudes) qui ne sont plus compatibles avec les voies de Dieu et à acquérir d'autres meubles (attitudes différentes) nécessaires pour vivre honnêtement devant Dieu, avec les autres et avec nous-mêmes.

Peut-être qu'aucune partie de la Bible ne fournit une plus grande aide à la prière que les Psaumes. Elles jaillissent de toutes les parties de notre spectre émotionnel et nous conduisent au même point : la gratitude pour la générosité de Dieu et le désir de l'imiter autant que nous pouvons ici et maintenant. François connaissait les Psaumes par cœur, et ceux qui l'ont suivi rapidement l'ont fait aussi. Ils ont appris les autres prières les plus célèbres de la Bible et pouvaient les prier en marchant d'un endroit à l'autre, réfléchissant à ce que Dieu avait accompli à travers eux dans leur emplacement précédent et se préparant à ce que Dieu pourrait leur demander dans le prochain endroit.

François était autant sujet au doute que n'importe lequel d'entre nous. Ses motifs étaient purifiés dans la prière ; son ego y est devenu à la bonne taille. Sa prière était à la fois privée et publique ; l'un sans l'autre a tendance à conduire la personne qui prie dans une sorte d'illusion. Au lieu de cela, la prière nous conduit à une honnêteté plus profonde et plus radicale tout en nous permettant de faire face aux conséquences de toute honnêteté retrouvée.

John Dewey, un théoricien de l'éducation, a écrit un jour que toute éducation consiste à établir des liens. La prière a permis à François d'Assise de voir les liens dans ce qui autrement aurait pu être une vie très fragmentée : prédicateur, guérisseur, chef de frères, guide spirituel pour de nombreux laïcs et conseiller des papes et des évêques. Plutôt que de demander comment il pourrait trouver le temps et l'énergie pour prier, François s'est demandé : « Comment pourrais-je ne pas prier ?

Vivre comme François l'a fait

Les personnes qui prient régulièrement peuvent mieux gérer les tensions qui surviennent dans la vie commune que les personnes qui ne prient pas ensemble, en supposant que la prière commune approfondit leur conversion aux voies du Seigneur. La prière nous donne le temps de nous éloigner des préoccupations quotidiennes et de voir la vie dans son ensemble. Cela en soi peut créer un esprit plus calme et équilibré.

Grandir avec François

Demandez-vous si vous pourriez avoir peur qu'une vie de prière plus profonde puisse conduire à une plus grande conversion et au changement que cela entraînerait. Priez pour vous et pour tous ceux qui sont tentés de céder au découragement. Dieu a de riches dons à nous offrir !

Le Cantique de Frère Soleil

Très haut, tout-puissant, tout bon, Seigneur !

Toute louange est à toi, toute gloire, tout honneur

Et toute bénédiction.

A toi seul, Très-Haut, appartiennent-ils.

Aucune bouche mortelle n'est digne de

prononcer ton nom.

Que toutes les louanges soient à toi, mon Seigneur, pour tout ce que tu as fait,

Et d'abord mon seigneur Frère Soleil,

Qui apporte le jour ; et la lumière que tu nous donnes par lui.

Qu'il est beau, qu'il rayonne de toute sa splendeur !

De toi, Très-Haut, il en porte la ressemblance.

Que toutes les louanges soient à vous, mon Seigneur, à travers Sœur Lune et Étoiles ;

Dans les cieux tu les as faits, brillants

Et précieux et beaux.

Que toutes les louanges soient à toi, Mon Seigneur, à travers les Frères Vent et Air,

Et beau et orageux, toutes les humeurs du temps,

Par lesquelles tu chéris tout ce que tu as fait.

Que toutes les louanges soient à vous, mon Seigneur, à travers Sœur Eau,

Si utile, humble, précieuse et pure.

Que toutes les louanges soient à toi, mon Seigneur, par Frère Feu,

Par qui tu illumines la nuit.

Qu'il est beau, qu'il est gai ! Plein de puissance et de force.

Que toutes les louanges soient à toi, mon Seigneur, à travers Sœur Terre, notre mère,

Qui nous nourrit dans sa souveraineté et produit

Divers fruits avec des fleurs et des herbes colorées.

Que toutes les louanges soient à toi, mon Seigneur, par ceux qui accordent le pardon

Par amour pour toi ; à travers ceux qui endurent la

maladie et l'épreuve.

Heureux ceux qui endurent en paix,

Par toi, Très-Haut, ils seront couronnés.

Que toutes les louanges soient à vous, mon Seigneur, par sœur Mort,

dont aucun mortel ne peut échapper à l'étreinte.

Malheur à ceux qui meurent dans le péché mortel !

Heureux ceux qu'elle trouve en train de faire votre volonté !

La seconde mort ne peut pas leur faire de mal.

Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâce

et servez-le avec une grande humilité.

Peu de prières sont plus populaires dans le monde et mieux aimées que la «Prière de paix de Saint François». Presque tout le monde reconnaît une heureuse harmonie entre les paroles de cette prière et l'esprit généreux, joyeux et pacifique de saint François d'Assise. Regardons cette prière de plus près.

Ce qui surprendra beaucoup de lecteurs, c'est qu'aucun savant sérieux aujourd'hui, franciscain ou autre, ne placerait la prière pour la paix parmi les écrits authentiques de saint François. Au cours des dernières décennies, il est devenu évident que la prière est née au début des années 1900, mais jusqu'à récemment, personne n'a indiqué l'année exacte. Enfin, les chercheurs vont au fond du mystère.

Il y a environ huit ans, un confrère franciscain m'a donné l'adresse e-mail de l'universitaire français Dr. Christian Renoux de l'Université d'Orléans en France, qui en avait appris beaucoup sur cette question. En 2001, Renoux est l'auteur d'un livre en français, intitulé La priere pour la paix attribuée à Saint-François. Une enigme a resoudre (La prière pour la paix attribuée à saint François : une énigme à résoudre). Alors que je travaillais sur un projet d'écriture il y a environ 7 ans, j'ai demandé au Dr Renoux s'il pouvait me résumer ses découvertes. Le Dr Renoux a gentiment accepté de le faire.

La prière pour la paix prend un chemin détourné

« La première apparition de la Prière pour la paix », selon le Dr Renoux, « a eu lieu en France en 1912 dans une petite revue spirituelle appelée La Clochette (la petite cloche). Il a été publié à Paris par une association catholique connue sous le nom de La Ligue de la Sainte-Messe, « La Ligue de la Sainte Messe » , fondée en 1901 par un prêtre français, le Père Esther Bouquerel (1855-1923). La prière portait le titre de Belle priere a faire pendant la messe ; « Une belle prière à dire pendant la messe » et a été publiée de manière anonyme. L'auteur aurait pu être le Père Bouquerel lui-même, mais jusqu'à présent l'identité de l'auteur reste un mystère.

« La prière fut envoyée en français au pape Benoît XV en 1915. Elle fut bientôt suivie de son apparition en 1916, en italien, dans l' Osservatore Romano. Vers 1920, la prière a été imprimée par un prêtre franciscain français au dos d'une image de François avec le titre Priere pour la paix, « Prière pour la paix», mais sans être attribuée au saint. Entre les deux guerres mondiales, la prière a circulé en Europe et a été traduite en anglais.

« La première traduction en anglais que nous connaissons est parue en 1936 dans Living Courageously , un livre de Kirby Page (1890-1957), un ministre des Disciples du Christ. Page a attribué le texte à François d'Assise. Pendant la Seconde Guerre mondiale et immédiatement après, cette prière pour la paix a commencé à circuler largement sous le nom de Prière de saint François et a acquis au fil des ans une popularité mondiale auprès des personnes de toutes confessions.

Réflexions sur la prière pour la paix

Bien qu'écrite dans un langage simple, la prière pour la paix fournit un riche matériel de réflexion spirituelle. Voici quelques-unes de mes réflexions sur la prière pour la paix inspirées par les lignes (imprimées en caractères gras) de cette prière et par l'exemple de saint François.

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix.

Comme celle du Christ, notre mission sur terre est d'apporter aux autres la paix de Dieu – l'état de « parfait bien-être » et de plénitude de Dieu. Shalom est le mot hébreu pour ce riche concept de « paix ». Souvent utilisé comme une salutation de paix, S halom est un souhait que ceux qui sont ainsi accueillis trouvent la guérison et la plénitude de vie.

François considérait cela aussi comme sa mission. Au chapitre 3 de sa Règle de 1223, il conseillait à ses disciples qu'en parcourant le monde « ils ne devraient pas être querelleurs ou prendre part à des disputes avec des mots… ou critiquer les autres ; mais ils doivent être doux, paisibles et modestes, courtois et humbles, parlant avec respect à tout le monde….Quelle que soit la maison où ils entrent, ils doivent d'abord dire : 'Paix à cette maison' » (Cf. Luc 10:5). Assurément, François était un instrument de paix.

Là où il y a de la haine, laisse-moi semer l'amour,
Dans sa 9e Admonition, appelée Charité , saint François dit à ses disciples : « Notre Seigneur dit dans l'Évangile : Aimez vos ennemis (Matthieu 5 :44). Un homme aime vraiment son ennemi lorsqu'il n'est pas offensé par le mal qu'il s'est fait, mais pour l'amour de Dieu, il ressent une douleur ardente pour le péché que son ennemi a causé à sa propre âme et prouve son amour d'une manière pratique.

Là où il y a blessure, pardon,
Au cours des croisades violentes, François a découvert un chemin de paix, de pardon et de non-violence. Le « petit pauvre » s'est rendu en Égypte pour engager un dialogue pacifique avec le sultan (chef des forces musulmanes), une rencontre où régnait un esprit de pardon, de respect et de compréhension. François aurait le même message pour ceux de notre temps qui voient si vite la violence comme le seul remède contre le terrorisme.

Là où il y a le doute, la foi,
Quand, jeune homme, François s'est retrouvé dans un brouillard de doute quant à la nature des soins de Dieu pour lui, il a cherché le visage de Dieu par la prière dans des lieux solitaires. Dieu a ouvert les yeux de la foi de François. Le saint eut une vision du Christ le regardant de la Croix avec un tel regard d'amour que « l'âme de François fondit », pour reprendre les mots de son biographe, saint Bonaventure. Le brouillard du doute s'est levé pour François, et il a parcouru le monde en libérant les autres de leurs propres fardeaux de doute.

Là où il y a du désespoir, de l'espoir / Là où il y a des ténèbres, de la lumière,
Pensez à saint François embrassant les lépreux et lavant avec amour leurs plaies. Certes, beaucoup de ces âmes souffrantes ont ressenti un élan intérieur d'espérance et de dignité humaine lorsqu'elles ont fait l'expérience des soins de François.

Et là où il y a de la tristesse, de la joie.
Le secret de l'esprit joyeux de saint François était sa croyance vibrante en un Dieu débordant de bonté et d'amour. Saint François était tellement amoureux de Dieu que parfois il ramassait deux bâtons au sol, en mettait un sous son menton comme un violon et passait l'autre dessus comme un archet. Puis, dans une extase de joie, il chantait en français des chansons d'amour et de louange à Dieu. François avait l'habitude de dire qu'il voulait que ses disciples parcourent le monde comme des ménestrels ambulants, "pour inspirer le cœur des gens et les éveiller à la joie spirituelle". Ils nous donnent un exemple à suivre de nos jours !

divin maître, accorde que je ne cherche pas tant
à être consolé qu'à consoler ;
être compris comme comprendre ;
être aimé comme aimer ;
car c'est en donnant qu'on reçoit,
c'est en pardonnant qu'on est pardonné,
et c'est en mourant qu'on naît à la vie éternelle.


François d'Assise n'a peut-être pas écrit les paroles de la prière qui lui sont attribuées, mais il les a certainement vécues . Quiconque est capable de lire et de comprendre ces paroles, d'ailleurs, voit bien qu'elles communiquent le cœur des Évangiles et capturent ce qu'il y a de plus essentiel dans les grandes religions du monde.

Nous voyons donc que la prière pour la paix de saint François est un puits profond de sagesse spirituelle. Nous sommes sages de visiter ce puits souvent.
viensmevoir65