Clicks1K
apvs
15

1 ) "Maria Valtorta telle que nous vous l'avons affabulée - Réponse par le bienheureux Gabriel Allegra

"MARIA VALTORTA TELLE QUE NOUS VOUS L'AVONS AFFABULÉE" , RÉPONSE DU BIENHEUREUX ALLEGRA.

Suite de :

4/4 Réponse à : "MARIA VALTORTA T…

Le P. G.M. Allegra, bibliste renommé, fut un lecteur de l'œuvre de Maria Valtorta dès 1961, époque où l'œuvre était encore officiellement à l'Index. Il découvre toute la profondeur du texte inspiré à Maria Valtorta et confie sa démarche à divers correspondants.

Puis, à partir de 1968, il note ses découvertes dans un "Journal" (
première partie de cette page) qui sera ultérieurement mis en forme dans le but d'être édité.

Il rédige ensuite une "Critique
[1]" (deuxième partie de cette page). Elle ne sera publiée qu'après sa mort, à l'occasion de l'ouverture de sa cause de béatification. Ce qui fut proclamé le 29 septembre 2012 dans sa Sicile natale, par le cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les causes des Saints, représentant le pape Benoît XVI.

Les écrits du Bienheureux G.M. Allegra furent édités pour la première fois dans le Bolletino Valtortiano n°6 de septembre 1972
[2] puis dans le n°29 de Janvier-Juin 1984, à l’occasion de l’ouverture de son procès en béatification. La traduction française est parue en mars 2009 dans le n°217 de Chrétiens Magazine[3].

Nous employons indifféremment Le Poème de l’Homme-Dieu ou l'Évangile tel qu'il m'a été révélé pour désigner l'œuvre de Maria Valtorta, mais le Père Allegra n'utilise que le premier, seul titre qu'il ait connu.


Extraits du journal du Bienheureux G. Allegra.

Mardi et Mercredi Saints, 9-10 avril 1968, Macao.
Haut de page.


Le Poème de l’Homme-Dieu de Maria Valtorta a été publié en tant que roman, et j’espère qu’avec pareil titre il continuera d’être réimprimé dans le futur, et souvent ; mais ce n’est pas un roman. C’est le complément des quatre traditions évangéliques, et leur explication.

Cette explication nous surprend parfois, elle nous semble tellement nouvelle, tellement vraie et énergique, que nous sommes prêts à la négliger. Il s’agit de révélations privées ! Et puis, faites à une femme ! Et nous autres, les hommes, les prêtres, savons bien en cela imiter les Apôtres qui appelèrent délire de petites femmes la vision que celles-ci eurent du Christ ressuscité. Certes St Paul, dans la liste qu’il donne des témoins de la Résurrection, exclut les femmes ; mais les Évangiles, au contraire, leur donnent une part prépondérante. Et pourtant tous les prêtres veulent imiter St Paul sur ce point !

De fait, le Poème de l’Homme-Dieu
[4] ne mérite pas vraiment d’être négligé avec cette assurance et cette suffisance qui est la caractéristique de nombreux théologiens modernes. Dans l’Église se trouve l’Esprit, et dès lors, se trouvent les charismes de l’Esprit. Je pense que c’est seulement avec un charisme de l’Esprit Saint - seulement avec son aide - qu’une pauvre femme malade, d’une culture biblique limitée, a pu écrire, en l’espace de trois années, 20 000 pages[5] qui, une fois imprimées, équivalent à 10 volumes. Et quelles pages ! Et je note aussi que certains des discours du Seigneur - dont les principaux sujets sont tout juste évoqués dans les Évangiles - sont développés dans cette œuvre avec un naturel, avec un fil de pensée si logique, si spontané, si intrinsèquement lié au temps, au lieu, aux circonstances, que je n’ai pas trouvés chez les exégètes les plus célèbres.

Je ne citerai que le discours du Seigneur avec Nicodème et celui du Pain de Vie. Mais les exégètes, formés à la "Méthode de l’Histoire des formes"
[6] ne s’humilieront jamais ( !) à jeter un œil à cette œuvre où de nombreux problèmes sont résolus avec une facilité merveilleuse, et où tant de discours, dont nous n’avions malheureusement que le thème, sont retrouvés.

En somme, je retiens que cette œuvre de M. Valtorta mérite au moins cette attention que les théologiens ont accordée à la "Cité Mystique de Dieu" de la Vénérable
Maria de Ágreda, aux révélations de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich, et à celles de Ste Brigitte.

Personne ne pourra me faire croire qu’une pauvre infirme, seulement en vertu de son fervent sentiment religieux, a écrit le Poème, d’autant plus qu’elle ne vit pas les diverses images ou scènes de la vie du Seigneur dans l’ordre chronologique, mais bien au contraire, elles lui ont été présentées dans une succession imprévisible en l’espace de trois ans.

Que fut ce charisme ? Quelles en furent les dimensions ? Comment l’instrument humain coopéra-t-il avec lui ? Qu’est-ce qui provient de l’Esprit à travers la pensée et le cœur d’une pieuse chrétienne, et qu’est-ce qui est le fruit exclusif de la psyché de M. Valtorta ? Et avec l’hypothèse de visions surnaturelles, pourquoi Jésus a-t-il adopté le langage de la théologie du XXème siècle et pas celui de son propre temps ? Peut-être a-t-il voulu nous enseigner ce qu’on peut trouver dans les Saintes Écritures, et comment elles doivent être exprimées aujourd’hui ? Il y a tant de questions qui méritent d’être étudiées et méditées avant d’exposer raisonnablement comment le Poème de l’Homme-Dieu ne contredit jamais l’Évangile, mais le complète admirablement, le rendant vivant et puissant, tendre et exigeant.

Une fois bien déterminée la nature du charisme de l’Esprit et la réalité de son action en Maria Valtorta, quelle attitude le chrétien doit-il adopter en lisant ces admirables pages évangéliques ?

Il me semble que la même conclusion pratique s’impose à quiconque a lu et étudié les documents de l’Histoire des Apparitions de Paray-le-Monial
[7], Lourdes, Fatima, Syracuse [8]

Et avec le même degré de foi, et dans la mesure où le Seigneur Jésus et l’Église le désirent, j’y crois.


Jeudi Saint 1968.
Haut de page.


Aux côtés des pieuses femmes qui assistaient à la crucifixion du Seigneur sur le Calvaire, parmi lesquelles quatre sont nommées et plusieurs autres sont laissées anonymes[9], St Luc parle aussi de certaines connaissances de Jésus : gnostoi, qui assistaient à sa mort en se tenant un peu à distance[10]. Qui sont ces connaissances ? On pourrait penser à Joseph d’Arimathie, Nicodème, Manaën, Chouza ( ?), et d’autres parents de ces personnages de haute condition sociale.

Sans se poser le problème, Maria Valtorta dans son Poème de l’Homme-Dieu désigne ces connaissances comme étant le groupe des (12) Bergers et quelques disciples. Tandis que le condamné était torturé, et pendant que Lui, le torturé, était encore en vie, il ne fut pas permis aux amis du coupable de s’approcher, car ils étaient des hommes. C’est seulement à Sa Mère et aux pieuses femmes qui étaient avec Elle que le Centurion accorda le droit de venir près de la Croix, ainsi qu’à Jean qu’il [le Centurion] croyait être le fils de Marie et le frère du condamné.


Vendredi Saint 1968, Macao.
Haut de page.


D’après M. Valtorta (Poème de l’Homme-Dieu), les principales causes physiques qui conduisirent à la Mort de Jésus furent : 1) l’hémorragie avant la Crucifixion, qui eut lieu pendant l’Agonie du Gethsémani et la Flagellation ; 2) l’œdème pulmonaire ; 3) la fièvre ; 4) le tétanos ; 5) et plus particulièrement la souffrance spirituelle endurée au travers de l’abandon par son Père. Pendant cette ineffable, incompréhensible épreuve de l’Homme-Dieu, Il ressentit en quelque sorte la séparation d’avec son Père comme quelqu’un qui est damné. Vraiment, Il est devenu le péché personnifié. Illum qui peccatum non noverat peccatum fecit ! Redempti enim estis pretio magno ! (Celui qui n’avait pas connu le péché, Il l’a fait "péché" ! Vous avez été bel et bien achetés ! [2 Corinthiens 5,21 ; 1 Corinthiens 6,20])

Pendant la Passion et la Mort du Seigneur, la Mère des Douleurs accomplit son office en tant que nouvelle Ève corédemptrice, acceptant de son cœur la Volonté du Père, en compatissant, comme seule Elle pouvait le faire, avec son Fils Jésus, et pardonnant et priant pour nous les hommes, ses crucificateurs.


Samedi Saint 13 avril.
Haut de page.


Une fois Jésus mort, Marie agit en corédemptrice par sa désolation jusqu’au moment de Sa Résurrection.

La
désolation de la Douloureuse comprend une attaque directe, personnelle de Lucifer, puis de nombreux assauts indirects contre sa foi en la Résurrection, et, même pour elle, l’abandon par le Père.

En deux longs chapitres, M. Valtorta décrit ce qu’elle a vu et entendu pendant la nuit du Vendredi Saint, le jour du Sabbat, et la nuit du Sabbat [Samedi Saint]
[11].

Le peu que j’ai lu sur la Mère des Douleurs sur ce sujet, se cantonne à des généralités ; et ne peut être comparé à ces puissantes et très tendres pages de Maria Valtorta. Je ne puis absolument pas me convaincre qu’elles sont une simple méditation d’une pieuse chrétienne, non, cette âme a vu et entendu !

Digitus Dei est hic ! (Le Doigt de Dieu est ici !)


30-31 juillet 1968.
Haut de page.


Pour un livre aussi absorbant, aussi charismatique, aussi extraordinaire même d’un point de vue purement humain, comme l’est le Poème de l’Homme-Dieu de Maria Valtorta – pour un tel livre je trouve une justification théologique dans la Première Épître aux Corinthiens 14,6, où St Paul écrit : "Et maintenant, frères, supposons que je vienne chez vous et vous parle en langues, en quoi vous serai-je utile, si ma parole ne vous apporte ni révélation, ni science, ni prophétie, ni enseignement ?"

Dans cette œuvre, je trouve tant de révélations qui ne sont pas contraires au récit de l’Évangile, et au lieu de cela le complètent
[12].

Je trouve la science, et une telle science dans les domaines théologique (en mariologie particulièrement), exégétique, mystique, que si elle n’est pas infusée, je ne sais pas comment une pauvre femme malade aurait pu l’acquérir et la maîtriser, eût-elle été douée d’une éminente intelligence.

Je trouve le charisme de la prophétie au sens juste de la voix à travers laquelle M. Valtorta exhorte, encourage et console au nom de Dieu et, en de rares occasions, élucide les prédictions du Seigneur.

Je trouve enfin l’enseignement, et semblable enseignement est sûr ; il embrasse presque tous les champs de la révélation. Et dès lors, il est un et multiple, immédiat, lumineux. Bien que par moments quelque doute puisse effleurer mon esprit, en pensant à la complexité de cet enseignement je me dis à moi-même : il me faut mieux y penser ; cette opinion de l’heureuse voyante est tout de même possible.

Mes doutes tournent en particulier autour de ce que M. Valtorta dit au sujet du Péché Originel ; au sujet de l’appel des premiers Apôtres, qui me semble en contradiction avec l’Évangile de St Jean ; au sujet de certains points dans le discours de Jésus
sur le Tabor après la Résurrection et sur la colline dans les environs de Nazareth ; au sujet de l’affirmation de Jésus d’être Dieu, le Fils de Dieu et le Messie. Et si ces déclarations de la part du Seigneur étaient vraies, comment expliquer l’Ébionisme[13], précisément né en Palestine ? Et le gnosticisme ? [14]

Comme il ne s’agit pas de difficultés insurmontables ; je dis seulement que je n’ai pas encore réussi à les surmonter.

Et le secret messianique (particulièrement dans l’Évangile de Marc), comment peut-il s’accorder avec les très fréquentes assertions de Jésus qui sont lisibles dans le Poème de M. Valtorta ?

Éclaire-moi, Seigneur, parce que je veux passer ce peu de vie qui me reste à Te connaître toujours plus. Éclaire-moi, parce que Ton serviteur veut se présenter devant son Roi orné de lumière.


25-26 août .

Haut de page.


Le Poème de l’Homme-Dieu m’impressionne toujours plus du point de vue littéraire, exégétique, théologique.

Littérairement, nul besoin d’avoir recours à des dons surnaturels ; l’extraordinaire intelligence de M. Valtorta et sa sensibilité très aiguë suffisent à expliquer cette œuvre. Toutefois, même sur ce point, il ne faut pas oublier que l’Auteure n’a pas suivi l’ordre chronologique de la vie de Jésus, mais celui dans lequel Jésus lui montrait les visions.

Concernant l’exégèse de M. Valtorta, il y aurait de quoi écrire un livre. Ici je me borne à réaffirmer que je ne trouve aucune autre œuvre chez les éminents spécialistes des écritures, qui complète et clarifie les Évangiles Canoniques aussi naturellement, spontanément, et avec autant de vivacité que ne le fait le Poème de M. Valtorta. Dans les Évangiles, il est en permanence fait mention de foules, de miracles, et nous avons quelques grands traits des discours du Seigneur. Dans le Poème de l’Homme-Dieu, en revanche, les foules bougent, crient, agissent ; les miracles, pourrait-on dire, se voient ; les discours du Seigneur, même les plus ardus dans leur concision, deviennent d’une clarté solaire.

Et ce qui me fait le plus m’émerveiller, c’est que M. Valtorta ne tombe jamais dans des erreurs théologiques ; au contraire, elle rend les mystères révélés plus faciles pour le lecteur, en les transposant dans un langage populaire et moderne.

Certes, je ne suis pas convaincu par l’explication du péché originel, de l’appel des premiers Apôtres ; de l’identification de
la Madeleine avec Marie de Béthanie, encore que sur ce point je me suis presque rendu en tant qu’exégète, de la chronologie de la vie de Jésus…, mais je ne peux pas prouver que les opinions admises par M. Valtorta dans son Poème sont erronées. Il se pourrait que je sois moi-même dans l’erreur, et avec moi quantité d’autres.

Quiconque lit cette œuvre après les articles et monographies de tant de disciples modernes de la Formgeschichte
[15] [Critique formelle] et de la Redaktionsgeschichte[16] [Critique rédactionnelle], respire enfin l’atmosphère de l’Évangile, et devient presque l’un (il a beau être un numéro, il est toujours plus chanceux que les exégètes bultmanniens[17] !), il devient presque, dis-je, l’un des membres de la foule qui suivait le Maître.

Des dons naturels et des dons mystiques harmonieusement mariés, voilà qui explique ce chef-d’œuvre de la littérature religieuse italienne, et peut-être devrais-je dire, de la littérature chrétienne mondiale.


7-8 septembre 1968.
Haut de page.


La figure, les vertus, la mission de la Madone ont été et sont décrites par de nombreux saints, sages et dévots, et pourtant aucun ne le fait avec la simplicité de Maria Valtorta dans son Poème de l’Homme-Dieu.

M. Valtorta a vu et entendu, les autres, pour la plupart, ont seulement pensé et médité. Mais ce qui me surprend le plus est la vision sûre des dons de la très sainte Marie
[18].

Les apôtres ont dû connaître la plénitude de la révélation… plénitude que l’Église rejoint en progressant continuellement, sous l’action de l’Esprit Saint.

Les dogmes que l’Église définit au fur et à mesure des siècles – spécialement les dogmes mariaux – sont une affirmation solennelle de la foi des Apôtres. M. Valtorta a été, par un charisme ineffable, replongée dans la foi tendre, émouvante, spontanée des Apôtres, spécialement de St Jean.


Samedi Saint.
Haut de page.


Certes Jésus, à l’époque de sa vie mortelle, ne parlait pas avec ces termes théologiques venus par la suite, et peut-être en développant la céleste richesse de sa parole, comme elle apparaît dans le Poème de l’Homme-Dieu, c’est-à-dire comme il la fit voir et entendre à sa chère Maria Valtorta.

Comment s’explique ce fait ? Je répondrais ainsi : Jésus, après vingt siècles, répète et explique son Évangile en se servant de toute la terminologie théologique de son Église, pour nous dire que l’enseignement de celle-ci se trouve déjà implicitement dans son Évangile – M. Pouget aurait dit : de manière équivalente – et que cet autre enseignement n’est rien d’autre que l’explication d’autorité et infaillible, que l’Église donne et qu’elle seule peut donner, guidée et illuminée par l’Esprit Saint.

Quant à ce qui concerne certaines vérités, par exemple la Très Sainte Eucharistie, la dignité et la mission de la Vierge Marie, Jésus durant sa vie en parla déjà plus clairement que ne l’a fait l’Église pendant tous ces siècles, de sorte que le progrès dogmatique pour ces vérités et d’autres est un retour à la plénitude de la source.

Enfin j’observe que l’œuvre de M. Valtorta est indirectement une preuve de l’historicité des Évangiles : ceux-ci sont, oui, un catéchisme, un cherigma, mais basé sur la maturité des textes choisis et approuvés par Dieu. Tout autre chose que la Formgeschichte
[19] !

Résurrection du Seigneur.
Haut de page.


L’efficacité de la parole de Dieu est conditionnée par la qualité du terrain sur lequel elle tombe. L’homme a le terrible don de la liberté, par lequel il peut dire non, même à Dieu !

En ayant à l’esprit la parabole du semeur, la liberté de l’homme, et ma conviction que le Poème de l’Homme-Dieu est l’œuvre de Jésus d’abord et de Maria V. ensuite, la réaction des lecteurs devant cette œuvre s’exprime ainsi :

- l’Œuvre ou le Poème rencontre : des lecteurs distraits, des lecteurs honnêtes, des lecteurs pieux, des lecteurs critiques et hypercritiques.

- Le théologien et l’exégète devraient être en même temps parmi les lecteurs honnêtes et les lecteurs critiques.

Les discours de Jésus dans la plaine de la Belle Eau (
M. Valtorta, Le Poème de l’Homme-Dieu, II) sont l’explication du Décalogue. Par ceux-ci, Jésus, selon son objectif manifesté tant et plus, entend reconduire la Loi à sa plénitude primitive, en la libérant des superfétations humaines. Ces discours ne suivent pas l’ordre des commandements, mais répondent à des besoins particuliers de quelques personnes présentes, besoins connus du Seigneur seulement, puisque Lui n’est pas seulement le Fils de l’Homme, mais aussi le Fils de Dieu.

Ce contact intime avec les âmes, qu’elles soient dans le péché ou désireuses de rédemption, hommes ou femmes, épouses trahies ou mères meurtries par la conduite de leurs enfants, donne aux paroles du Seigneur un ton vivant, actuel, palpitant même aujourd’hui.

Dans la plaine mélancolique de la Belle Eau, entre Jéricho et Éphraïm, dans les journées mélancoliques de novembre et décembre, à la fin de la première année de la vie publique, le Seigneur fit ses premières grandes semailles, en semant la Parole qui ne passe pas et ne meurt pas.

Jusqu’à quel point les paroles du Seigneur, rapportées par M. Valtorta, sont-elles authentiques ? Voici : je ne parviens pas à me persuader que la voyante ait inventé ou ajouté quelque chose d’elle-même : non, elle reproduit ce qu’elle entend et tel qu’elle l’entend.

Mais d’autre part personne ne peut nier qu’il y a une traduction des paroles du Seigneur dans le langage de l’Église d’aujourd’hui, c’est-à-dire le langage riche et polymorphe de notre théologie, ainsi qu’il s’est formé après et à travers tant de siècles de polémiques, de discussions, de prédications.

Qui a fait cette version, qui est d’ailleurs double dans la mesure où Jésus, de 1943 à 1947 parlait en italien tandis que sur cette terre dans les années de sa vie mortelle il parla en araméen, en grec et peut-être à l’occasion en latin ? Et surtout, pourquoi en parlant avec M. Valtorta adopta-il notre langage théologique ? Ce ne peut être que Jésus lui-même. Et s’il a agi de la sorte, je pense que c’est soit pour nous faire voir que l’enseignement de son Église n’est rien d’autre que la déclaration de ses paroles, soit pour graver son Évangile éternel dans le cœur des contemporains
[20].

De même que les discours de la Belle Eau expliquent la Loi, de même
le discours sur la Montagne constitue un pas en avant, c’est la perfection de la Loi, soit en se référant à l’intention du Divin Suprême Législateur, soit en la méditant à la lumière de l’incarnation de la Rédemption imminente.

Cette double série de discours est complétée par la Conversation de Jésus avec les Apôtres, par ses polémiques dans le temple et à Jérusalem ou sur les chemins de la Palestine, et enfin par ses suaves confidences célestes avec les Apôtres, les Disciples, hommes et femmes, et spécialement sa Très Sainte Mère… Quelle œuvre que ce Poème !

Dans le Poème de l’Homme-Dieu,
Mammon équivaut souvent à Satan, c’en est un autre nom ; or je constate que Théodore Zahn[21] aussi, dans son commentaire sur l’Évangile de St Matthieu, est arrivé à la même conclusion.

Le Poème nous réserve de nombreuses surprises de ce style, ce qui confirme que nous n’avons pas affaire aux rêveries d’une femme malade, mais que nous sommes en présence de la déposition d’une témoin, certes seule témoin, mais tellement digne de foi.

Cette femme malade, avec pour seul don celui d’une plume facile, bien que cultivée à hauteur d’études littérales moyennes, écrit en moins de quatre ans une œuvre de dix volumes, dans laquelle elle fait ressusciter l’ambiance religieuse, politique et culturelle du premier siècle, et ce qui épouvante davantage les spécialistes eux-mêmes, elle raconte dans l’ordre – mais cet ordre n’a été reconnu et stabilisé qu’une fois que les visions ont cessé – la vie de Christ, en complétant les Évangiles sans jamais les contredire.

Parfois, c’est vrai, je suis resté et je reste encore dubitatif sur la manière d’expliquer, de dérouler, de suppléer au récit évangélique, mais il s’agit toujours de sujets ou de nœuds exégétiques, qui se prêtent à diverses interprétations.

Après les Évangiles, je ne connais pas d’autre vie de Jésus qui puisse se comparer au Poème, de même que je ne connais pas d’autres vies de St Pierre ou St Jean qui rendent aussi vivants les caractères des douze saints Apôtres.

Je cite ces deux-là parce que l'on trouve quelque chose sur eux dans l’Écriture, tandis que sur les autres Apôtres, on n’a pratiquement que leur nom. Or,
tous les caractères sont toujours tellement bien dessinés et tellement cohérents, qu’on se trouve face à un dilemme : ou bien l’Auteure est un génie de la trempe de Shakespeare ou Manzoni, ou bien elle a vu.

J’opte, si on me contraint de choisir, pour la seconde alternative.

Quant à la Mariologie de cette Œuvre, eh bien je ne connais pas d’autres livres qui en possèdent une aussi captivante et convaincante, aussi ferme et aussi simple, aussi moderne et en même temps aussi antique, en étant pourtant ouvert à ses progrès futurs
[22].

De même, et en fait surtout sur ce point, le Poème enrichit notre connaissance de la Madone, et irrésistiblement aussi notre pauvre amour, notre langoureuse dévotion pour Elle.

En traitant le mystère de la Compassion de Marie, il me semble que M. Valtorta, par l’ampleur, la profondeur et l’exploration psychologique du Cœur de la vierge, va même au-delà de St Bonaventure
[23] et St Bernardin[24]. Pouvait-elle accomplir cela sans avoir vu et entendu surnaturellement ?

Macao, le 8 janvier 1970.
Haut de page.


Il me plairait de voir traduit le Poème de l’Homme-Dieu en d’autres langues, parce que je suis certain que beaucoup, par sa lecture, croîtraient dans la connaissance et l’amour du Seigneur Jésus. Je confie mon désir à Ste Claire et à Lucia Mangano.

Quelques "saintes morts" décrites ou évoquées dans le Poème :
la mort de St Joseph, celle d’Alphée l’époux de Marie, tante de Jésus, celle de Saul de Kariot, de Jonas l’ancien berger, de Saint Jean-Baptiste, de Lazare, d’Abraham d’Engaddi, de Jean d’Endor, du Bon Larron, de Saint Étienne

Veni, Domine Jesu !

Dans son tragique destin, une figure puissante et émouvante dans le Poème, est
Marie de Simon, la mère de Judas, tant aimée par Jésus. Aucun poète ou dramaturge n’a jamais pensé un profil aussi robuste, aussi délicat et en même temps aussi empli de compassion, que cette malheureuse et suave femme.

Macao, le 9 janvier 1970.
Haut de page.


Les grands discours de Jésus dans le Poème de l’Homme-Dieu sont enchâssés dans l’environnement et les circonstances, ce qui nous les montre plus spontanés et plus naturels.

Les
discours de la Belle Eau sont comme la vraie explication authentique du Décalogue, le Discours sur la Montagne est la grande carte du Royaume des Cieux, les paraboles parsemées au long du livre et toujours ancrées à quelque circonstance qui les a fait naître et qui aide à les comprendre pleinement, et les grands discours de Jérusalem, et les instructions continuelles données aux Disciples, hommes et femmes, font du Poème un écrin de trésors célestes.

Remarquable est la manière dont Jésus explique
l’Ancien Testament, en l’appliquant toujours au présent, à l’Ère Messianique déjà en action, et qui est en train de s’accomplir.

Même les discours des Apôtres, spécialement ceux de Pierre et de Jean, sont comme un écho à la pensée de Jésus… Je ne crois pas qu’il soit sage et juste de rester indifférents devant pareils trésors.


Janvier 1970.
Haut de page.


Souvenir émouvant : les noms des petits enfants amis de Jésus selon le Poème de l’Homme-Dieu. Jésus était attiré et attirait les enfants, voilà pourquoi il est impossible de dresser la liste de tous ses chers jeunes amis, néanmoins pour des motifs expliqués dans le Poème, certains sont dignes d’être spécialement rappelés, lesquels sont :

À Capharnaüm :
Benjamin, Jeanne et son petit frère Tobie, Jacques qui apportait au Seigneur la bourse de Matthieu…

À Magdala :
Benjamin.

À Corozaïn :
Joseph, le petit menuisier.

Puis : Marie et son petit frère Matthias, adoptés par Jeanne de Chouza, et surtout Margziam, l’enfant-orphelin-symbole, adopté par Pierre.

Nisi efficiamini sicut parvuli, non intrabitis in Regnum caelorum (si vous ne retournez à l'état des enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux - Matthieu 18, 3).


Macao, le 11 janvier 1970.
Haut de page.


Les instructions, que donne le Seigneur dans le Poème, tout en étant imprégnées des pensées et de la culture de son temps, sont en même temps accordées à l’enseignement de l’Église Catholique de nos temps.

Tout en admettant que Jésus, le Verbe Incarné, ait pu parler ainsi, je préfère penser qu’Il a répété son Évangile à Maria Valtorta de cette façon, c’est-à-dire en le modernisant, pour enseigner que la doctrine actuelle de l’Église constitue son propre enseignement éternel. Voilà le motif, je pense, pour lequel le Seigneur donne sur le trinôme chrétien : la Foi, l’Espérance, la Charité ; sur la constitution de l’Église, bien qu’embryonnaire, et sur les Sacrements, et spécialement sur la mariologie, sur le Célibat, sur le Sacrifice de la Nouvelle Alliance… ces enseignement tellement vivants et actuels.

Conséquence pratique : Je suis enfant de l’Église ! Je suis dans la barque de St Pierre !

Veni Domine Jesu !


Macao, le 12 janvier 1970.
Haut de page.


Les instructions que Jésus, d’après le Poème de l’Homme-Dieu, donna à son cousin Jacques sur la cime du Carmel (EMV 258), sont complétées par le Sauveur lui-même dans le discours qu’Il tient après la résurrection, sur le Tabor (EMV 634).

Discours au(x)quel(s) renvoie justement le titre : Loquens de Regno Dei, o : Sermo de Regno Dei.

Le Seigneur se limite aux lignes essentielles de son programme et laisse l’Esprit Saint illuminer et fortifier son Église, lui qui la guide, à travers les siècles, et selon les besoins.

Qui est dans la vraie Église du Seigneur, est nourri par la parole de Jésus, illuminé par sa Lumière, mu et nourri par son Esprit.

Quelle gloire et quelle joie de pouvoir dire : Je suis enfant de l’Église !


Macao, le 14 janvier 1970.
Haut de page.


Le discours du Seigneur aux Disciples sur les œuvres de miséricorde corporelle et spirituelle (EMV 275) est un complément du Discours sur la Montagne. C’est-à-dire que selon le Poème de l’Homme-Dieu, le Discours sur la Montagne insiste spécialement sur les devoirs des fils envers le Père dans le Nouveau Royaume, le Discours aux Disciples insiste plutôt sur les devoirs des frères envers leurs frères.

L’un et l’autre discours font sentir profondément et doucement que le Royaume des Cieux est une famille, la famille de Dieu.

Vivre dans cette famille, dans cette maison, en tant que fils, aimer et être aimé, parce que fils, voilà la sublime vocation du chrétien, de celui qui par la foi en Jésus est né de Dieu.

Quotquot autem receperunt eum, dedit eis potestatem filios Dei fieri... ex Deo nati sunt ! (Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu -
Jean 1,12-13).

Macao, le 16 janvier 1970.

Haut de page.


En citant et en argumentant sur les Écritures, Jésus, dans le Poème de l’Homme-Dieu, s’adapte à la version italienne, même quand celle-ci diverge de l’originale. Il doit y avoir une raison à cela. Je pense qu’il s’agit de la suivante. Les divergences tournent toujours autour de points secondaires, pratiquement aucune version n’est parfaitement fidèle à l’originale, mais nous avons seulement de nombreuses versions approuvées par la Ste mère Église et donc il cite et argumente en se servant de la version (celle du P. Tintori) approuvée par elle et que Maria Valtorta employait. Si seulement les "docteurs difficiles" se servaient de la Sainte Écriture avec l’intention dont s’en servait M. Valtorta !

La façon de faire de Jésus confirme encore une fois la grandeur de l’autorité de l’Église. Ste Jeanne d’Arc disait qu’entre le Seigneur et l’Église il n’y a pas de différence… Que dire des contestateurs d’aujourd’hui ?


Macao, le 10 mars 1970.
Haut de page.


Dans le Nouveau testament on trouve de brefs aperçus de l’apostolat de Jésus en Samarie, mais ces passages contiennent tant de choses qui sont révélés à pleine mesure dans le Poème de l’Homme-Dieu. Il me semble, par conséquent, évident le succès de l’Évangélisation de la Samarie dont on parle dans les Actes des Apôtres (Actes 8,5-25) ; au moins dis-je ceci, que le Poème me la rend plus naturelle et comme un évènement attendu, étant donné le ministère de Jésus, sa miséricorde, ses miracles auprès de ces pauvres "frères séparés".

J’ajoute que les plus belles paraboles – celles de l’évangile exceptées – parmi les "ajouts", sont celles que le Seigneur prononce en Samarie.

La réaction des Samaritains au message du Seigneur en général fut plus sincère que celles des juifs, lesquels par l’envie et la rancœur de ceux de leur temps, se refusèrent à accueillir le Sauveur promis et attendu.


18 juin 1970 – St. Ephrem[25].
Haut de page.


Dans le Poème de l’Homme-Dieu il y a trois figures de voyants – pour le moment je n’en vois pas d’autre – sur la bouche desquels le Seigneur met sa parole, qui est une explication de la vraie mission du messie et du vrai caractère de son Royaume.

La première fois, c’est Saul de Keriot, mort sur la poitrine de Jésus ; la deuxième, c’est le Samaritain lépreux, guéri avec les neuf autres, la troisième est Sabéa de Betléchi.

Le discours de Sabéa est plus long, plus complet, plus ardent.

À ces voyants authentiques, qui rapportent les paroles de Dieu, s’opposent les discours de certains ensatanisés, pleins de rancœur, de blasphèmes, d’envie… ainsi par exemple celui de Judas Iscariote quand il fut surpris à voler dans les coffres-forts de Jeanne de Chouza, et d’autres d’Elchias, de Caïphe, de Doras… La lutte entre les ténèbres et la lumière : le témoignage donné à la lumière et le témoignage donné aux ténèbres.

Depuis que j’ai lu et relu le Poème de l’Homme-Dieu de M. Valtorta je n’ai plus le goût des romans biblico-évangéliques. Néanmoins entre hier et aujourd’hui j’ai lu The Centurion de L. Witbuley, une nouvelle, qui peut-être m’aurait passionné avant de connaître le Poème de M. Valtorta, mais qui maintenant m’a seulement intéressé par son style concis, pur, et pour la bonne connaissance que l’auteur possède des coutumes palestiniennes au temps de Jésus.

De nombreuses "conjectures" de la trame de ce roman ne me plaisent pas, spécialement la présentation de Judas et la description de sa trahison. Mais étant convaincu que M. Valtorta «a vu", d’une façon que je ne réussis pas encore à m’expliquer complètement, tandis que Willebury, de même que Lloyd Douglas, ou L. De Wohl, et d’autres… ont seulement repensé en artistes, plus ou moins grands, les pages de l’évangile, il ne m’est pas permis d’être aussi exigeant.

Personne ne demande aux apocryphes ce que seuls les Évangiles peuvent donner.

L’Autobiographie de M. Valtorta se détache des œuvres similaires, même celles écrites par des saints. Elle est puissante et originale au point de me faire souvent penser à celle de B. Cellini quant au style, robuste, vivace, spontané.

C’est en outre un livre dramatique, parce que le drame se tient dans la nature des choses et des faits : Le drame naît, dirais-je, dans le caractère de sa mère, qui malheureusement n’avait rien ou presque du cœur d’une épouse et d’une mère. La description est tellement vivace de cette femme égoïste se grave dans le lecteur et lui fait lire avec peine les pages de sa fille, de cette fille qui devint "voix" de Jésus et qui écrivit le Poème de l’Homme-Dieu. Quelle différence de caractère entre la mère et la fille ! Et quel héroïsme en Maria ! Quelle épreuve, quelles croix, quel martyre du cœur !

La famille Valtorta est à l’opposé de celle de St François. Dans cette dernière, le père Pietro di Bernardone
[26] ne comprit pas son fils, qui au contraire fut toujours compris par sa mère, la suave Pica[27] ; dans la famille Valtorta au contraire, le père aime et comprend sa fille, que la mère par contre ne comprend pas du tout et fait toujours souffrir.

Le cœur de cette femme est encore plus sombre que celui du Prince, père de la moniale de Monza, et on reste très amer en lisant ces pages parce qu’elles ont été écrites, naturellement par obéissance, par la fille.

Style vigoureux et très vivace, foisonnant et coloré, qui peut-être dépasse celui du Poème de l’Homme-Dieu. Des pages riches de pensées et de profondeurs psychologiques, qui nous aident à comprendre la physionomie spirituelle de la porte-parole de Jésus : Maria Valtorta.

Dans les journaux du Père Allegra, on a aussi trouvé la note sur l’article publié en 1961 dans La Civiltà Cattolica, que nous avons reportée dans le chapitre précédent. Elle est écrite au jour le jour, sous les dates des 27 et 28 janvier et des 5, 6, 7, 8 et 9 février 1970
[28].
profides shares this
35
juristecatholique
Cela fait plaisir de voir que de grands esprits et de grands personnages édifiants défendent l'origine divine de l'œuvre de MV. Les affirmations irrationnelles, passionelles et gratuites des opposants à MV discréditent leur position.
amdg0379
MERCI !
Olivier L
J’ai commencé ma cinquième lecture de l’oeuvre. Cette œuvre est un don extraordinaire.
France Fidèle
Merci ! Une bonne leçon d'exégèse catholique qui illumine encore une fois l'oeuvre de Maria Valtorta.
France Vappereau
Oui! Et il suffit de lire...pour en être convaincu.
Merci au bienheureux Père Allègre et à apvs de défendre cette puissante et édifiante et tellement enrichissante oeuvre de Dieu.
Il est impossible que celles et ceux qui la dénigrent et la combattent aient pris la peine de la lire un jour.
Gloire à Dieu pour ce poème de l'Homme-Dieu livré aux hommes et aux femmes de notre si confuse époque.