fr.news
1589

Guerre à Dijon : Mgr Minnerath cherche le cheveu dans la soupe

Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, dénigre la Fraternité Saint-Pierre (FSSP) pour justifier leur injuste éviction de son archevêché.

Dans un communiqué non signé du 17 juin, Mgr Minnerath rappelle que le premier prêtre de la FSSP a été reçu dans l'archidiocèse de Dijon en 1998 avec la clause - illégale - qu'il devait concélébrer "de temps en temps" dans le nouveau rite afin qu'il n'y ait "pas de séparation étanche" entre les "deux rites." Présenter la "concélébration" comme un signe d'unité est inadmissible car chaque prêtre est libre de concélébrer ou non.

Minnerath, qui est arrivé à Dijon en 2004, écrit qu'en 2007, lorsque le premier prêtre de la FSSP est parti, l'archidiocèse a prévu de doter son église de vieux rite de prêtres diocésains, mais ce plan a échoué, de sorte que la FSSP a été autorisée à envoyer un autre prêtre, le père Xavier Garban, à la condition illégale qu'il concélèbre dans le nouveau rite, ce qu'il a fait.

Lorsque Garban a été nommé ailleurs en 2010, l'archidiocèse a de nouveau demandé illégalement un prêtre de la FSSP prêt à concélébrer. La Fraternité n'a pas pu en trouver un, donc Garban est resté à Dijon jusqu'en 2016. Un an plus tard, Garban a publié un livret sur les paraboles du Christ avec une préface de l'archevêque Minnerath.

La déclaration se lamente du fait que les successeurs de Garban refusent de concélébrer ce qu'elle appelle un "geste de communion sacerdotale et sacramentelle." Il s'agit, là encore, d'une déformation de la signification de la concélébration.

A une époque où tant de paroisses meurent, Minnerath continue à se plaindre que les prêtres de la Fraternité aient construit "une pastorale quasi-paroissiale" et qu'ils ne soient pas un mais deux prêtres !

Il se plaint également que certains fidèles "rejettent ce qu'ils appellent "l'Église conciliaire"" - bien que ce terme ait été inventé par Paul VI, que le Vatican considère comme "un saint".

L'hypocrite Minnerath prétend qu'il faut "que la communauté catholique ne soit pas divisée" - un argument que l'Église conciliaire utilise uniquement contre les catholiques authentiques.

Pour Minnerath, toute la faute revient à la Fraternité "qui a exclu que ses prêtres célèbrent dans le rite ordinaire". C'est un autre mensonge, puisque les prêtres de la Fraternité ne savent même pas comment célébrer le nouveau rite, tout comme Minnerath n'est pas capable de célébrer une messe romaine.

#newsIadinkxnvm

Etienne bis
Depuis la fin de ce concile "pastoral" rien n'a changé : il faut toujours le considérer et considérer toute décision qui s'en réclame comme l'expression (à peine indirecte) de la volonté de Dieu.
Nos prélats se prennent tous pour des Mahomet : eux, ils définissent la volonté de Dieu.
Ce qui a changé après ledit concile "pastoral", c'est que des millers de clercs ont défroqué et que des …More
Depuis la fin de ce concile "pastoral" rien n'a changé : il faut toujours le considérer et considérer toute décision qui s'en réclame comme l'expression (à peine indirecte) de la volonté de Dieu.

Nos prélats se prennent tous pour des Mahomet : eux, ils définissent la volonté de Dieu.

Ce qui a changé après ledit concile "pastoral", c'est que des millers de clercs ont défroqué et que des centaines de milliers (voire plus) de fidèles ont été ex-communautarisés...
C'était au nom de la volonté de Dieu ? Plus exactement, au nom d'une idéologie politique bien + que religieuse.